Le 7 août 2018 nous avons appris avec tristesse le décès accidentel de Madame Josette TRAVERT qui fut la présidente de l'université de Caen. Nous tenons, en conséquence, à écrire ce billet en lui rendant hommage car Josette Travert fut dans les années 2010 une ardente ouvrière sur le chantier bien compliqué de l'une de nos plus belles évidences normandes: à savoir, renforcer l'existence d'une communauté universitaire d'établissements supérieurs qui avaient déjà entrepris des coopérations académiques et scientifiques à l'échelle des trois grandes villes universitaires normandes bien avant l'heureuse réunification normande de 2016 avec, notamment, la création d'un Pôle Universitaire Normand (PUN) dès les années 1990.

Dans un contexte politique difficile sinon clochemerlesque entre Caen et Rouen, face à un Laurent Fabius alors tout puissant à Rouen qui n'en voulait pas ou dumoins qui voulait tout à Rouen, Josette Travert tenta de faire avancer l'idée d'une communauté universitaire normande en réseau d'établissements avec les moyens du bord. A l'époque, c'était le Pôle de Recherche d'Enseignement Supérieur (PRES) mis en oeuvre par le gouvernement Sarkozy-Fillon-Pécresse dont les Fabiusiens rouennais, tout aussi socialistes que Mme Travert, ne voulaient pas entendre parler. Sauf que Josette Travert avait jugé bon que le socialisme universitaire normand était plus pertinent et important pour l'avenir de notre région que le socialisme fabiusien.

Elle avait raison et elle fut courageuse.

Avec tous ces ennuis essentiellement politiques (n'oublions pas, en effet, le rôle néfaste d'un certain... LeVern), le projet de PRES Normand fut validé à la fin de l'année 2011, année du Onzième centenaire "de je ne sais plus quoi" (Le Vern) grâce à la tenacité de... Josette Travert.

josette_travert_archives_e1533741120137


 Après avoir rappelé le rôle de Josette Travert, on peut maintenir lire ce qui suit, à savoir cette analyse plutôt pertinente proposée dans la dernière livraison de la lettre Eco Normandie (n°1587 datée du 24 août 2018) et dont nous partageons totalement les analyses (notamment la fin) si l'on doit respecter la mémoire de Mme Travert et le rôle qu'elle joua pour défendre les intérêts d'une Normandie universitaire enfin réunifiée...

Ainsi, le retour à une académie normande unique avec son siège à Caen (elle existait jusqu'en 1965) semble aller de soi.

En revanche, nous le disons et le re-disons: il ne faut pas confondre unité normande et fusionnite aigüe!

Une seule académie avec une communauté d'établissements universitaires en réseau sous une forme fédérale nous semble être la meilleure solution pour éviter d'inutiles concentrations  et pour permettre d'utiles coopérations complémentaires à l'échelle de la tripolitaine normande Caen-Rouen-Le Havre entre nos trois universités normandes et nos écoles supérieures spécialisées.

Enfin, l'évidence académique normande ne saurait servir de faire valoir au gouvernement Macron-Philippe pour justifier un grand charcutage académique dans de grands machins néo-régionaux qui ne ressemblent à rien...

27-08-2018 21;49;14