Mardi 18 septembre 2018, dans les locaux du Marché d'intérêt national de Rouen "Halles de Normandie", les décideurs portuaires normands étaient conviés à un mini colloque sur les perspectives, ambitions et stratégies de la région Normandie en tant que première région de France pour l'économie maritime, portuaire et logistique du pays, un sujet d'intérêt général normand qui est aussi un sujet d'intérêt national.

Ports_normands

On connait la vision sinon la volonté d'Hervé Morin, président de la Normandie, qui est aussi la nôtre et qui part des constats suivants:

  • Les grands ports maritimes qui sont gérés depuis le lieu où ils se trouvent et par les gens qui y travaillent ont de meilleurs résultats que les ports gérés depuis les bureaux lointains d'une administration centrale.
  • Le développement commercial d'un hinterland se fait mieux depuis l'aval portuaire que depuis l'amont fut-il dominé par une mégalopole de niveau mondial.

Donc:

Laissez-nous faire ce que nous savons déjà faire en Normandie, région portuaire et maritime.

Sauf que l'Etat central jacobino-parisien ne veut pas. Il refuse cette idée révolutionnaire "girondine" qui consisterait à laisser la gouvernance d'un intérêt stratégique national aux acteurs et décideurs qui le font concrètement fonctionner et développer sur place: les cerveaux sont dans les ministères parisiens et certainement pas sur les quais du Havre ou de Rouen.

L'Etat refuse que les quatre GPM (Grands Ports Maritimes) qui resteraient (Dunkerque, Le Havre, Rouen et Marseille) soient gérés localement. Fort bien! Mais dans le même temps il n'a aucun moyen financier supplémentaire pour développer les outils portuaires selon une stratégie commerciale et logistique de long terme que personne dans les ministères parisiens n'est réellement en capacité de porter pour la bonne et simple raison que ce sujet pour les roturiers, n'intéresse personne ou pas grand monde dans l'aristocratie des inspecteurs des finances ou des ingénieurs des ponts et chaussées.

Le problème est ancien... Louis XVI et son ministre de la Marine De Sartine y avaient déjà été confrontés!

C'est ainsi qu'on apprend que 50 millions, à peine, seraient programmés par l'Etat central pour moderniser ses GPM alors que la seule région Normandie dépense, chaque année, cette somme pour investir dans les ports de Dieppe, Caen-Ouistreham et Cherbourg...

On apprend aussi que le président de région normand ne souhaite plus que les deux GPM normands soient fusionnés avec le port fluvial de Paris dans le cadre d'HAROPA car le risque serait de déménager le peu de gouvernance portuaire normande que nous avons en... région parisienne.

En revanche, l'Etat veut bien de l'argent de la région Normandie, de son "agilité" pour s'entremettre avec l'Europe ou de l'expérience concrète des acteurs et décideurs portuaires et logisticiens ou des élus locaux pour accompagner la gouvernance des GPM dont les directeurs resteront nommés en conseil des Ministres selon un plan de carrière qui n'est pas une carrière maritime: on rappelera que les privilèges ont été officiellement abolis en France le 4 août 1789.

Les principaux ports normands, d'Est en Ouest:

Dieppe, Le Havre, Rouen, Caen-Ouistreham et Cherbourg

VueDieppe

5a23ad42c6bf3a6fbbe9b194a1bb59ac-ports-normands-la-feuille-de-route-d-herve-morin_0

Rouen-PS01

16069c18a3d4e053a9f06e6124d6be4d-bons-resultats-de-ports-normands-associes

atouts-et-faiblesses-des-ports-bas-normands


 

Dans la série de captation vidéos réalisées pour l'Etoile de Normandie à découvrir ci-dessous, vous entendrez, notamment, les propos de Jean-Baptiste Gastinne, vice-président de la Région en charge des ports et des transports et, bien entendu, ceux d'Hervé Morin qui rappelle avec fermeté la volonté normande d'agir concrètement, dès que possible, pour le maintien des performances de l'outil portuaire normand qui est le premier de France par son étendu et ses divers trafics dans une compétition internationale de plus en plus vive et incertaine.

  • Propos liminaires de Jean-Baptiste Gastinne, vice-président du conseil régional en charge des ports et des transports:

https://www.youtube.com/watch?v=XcW-Rtqv9aI&feature=youtu.be

  •  Larges extraits de l'intervention d'Hervé MORIN, président de la Normandie:

https://www.youtube.com/watch?v=OC8-g2xRNTI&feature=youtu.be

https://www.youtube.com/watch?v=ekLrRJ-lQlU&feature=youtu.be

  • Conclusion de Jean-Baptiste Gastinne sur les enjeux de la Normandie portuaire:

https://www.youtube.com/watch?v=Jc-m8cXgMPE&feature=youtu.be


 Voir aussi le communiqué par Jean-Baptiste Gastinne vice-président de la région Normandie diffusé le 19 septembre 2018:

 

Jean-Baptiste Gastinne

Vice-Président du Conseil Régional de Normandie

Vice-Président de l’Agglomération Havraise

Premier Adjoint au Maire du Havre

 

Le Havre, le 19 septembre 2018

COMMUNIQUE

 

La Normandie à la conquête de la Suisse avec le Grand Port Maritime du Havre !

 

La Région Normandie a attribué, lors de sa dernière Commission Permanente, une subvention d’un montant de 100 000 euros au Grand Port Maritime du Havre, pour la création d’une nouvelle desserte ferroviaire vers la Suisse en partenariat avec le Port de Marseille.

Cette nouvelle liaison permettra l’extension de l’hinterland du port du Havre vers l’est, par l’établissement d’un flux commun avec le Grand Port Maritime de Marseille entre Chavornay et le terminal de Gevrey (Dijon) – plateforme Naviland Cargo, ce dernier étant d’ores et déjà relié au port du Havre par un service régulier opéré par Naviland Cargo.

Jean-Baptiste Gastinne, Premier Adjoint au Maire du Havre et Vice-Président de la Région Normandie en charge des Transports, se réjouit de ce soutien significatif de la Région au GPMH, contribuant ainsi directement à son développement et à celui de tout le territoire.

Cet engagement s’inscrit dans une stratégie maritime et portuaire de la Région Normandie rappelée hier lors du point d’étape du Président Hervé Morin au Marché d’Intérêt National de Rouen.


 

Et le communiqué de la Région Normandie sur sa politique maritime et portuaire:

 

L’ambition de la Région Normandie pour son développement maritime et portuaire

 

Le 15 novembre 2017, à Port Jérôme, Hervé Morin, Président de la Région Normandie, annonçait son ambition pour la Normandie en termes de développement portuaire et logistique.

 

Mardi, au Marché d’Intérêt National de Rouen (MIN), Hervé Morin, a présenté les principales mesures de la politique régionale en la matière mises en œuvre depuis un peu moins d’un an.

 

« Nous avons une situation géographique stratégique au sein de l’Europe. Nous sommes au cœur d’une aire de chalandise de 200 millions de consommateurs. Notre vocation maritime, première façade maritime française, notre vocation agricole, l’un des principaux greniers européens, la Vallée de la Seine, corridor industriel et l’un des principaux accès à la mer de la France et de sa capitale avec les ports du Havre et de Rouen, et ceux de Cherbourg, Caen-Ouistreham et Dieppe, sont des atouts majeurs pour attirer des investisseurs» déclare Hervé Morin.

Je défends par ailleurs l’idée de rapprocher les ports du Havre et de Rouen, sans pour autant les fusionner, et de renforcer la collaboration avec le Port de Paris. C’est une vision européenne qu’il faut avoir et non franco-française » ajoute Hervé Morin.

La politique portuaire de la Région menée depuis 2016, les principales avancées et projets à venir :

  • La Zone Economique Spéciale de Normandie – Caux Vallée de Seine

Exclusivement destinée aux entreprises nouvellement implantées sur le sol normand dans le secteur de l’industrie, cette zone économique spéciale (ZES), située à Port Jérôme sur Seine et Petiville, propose des services ainsi que des avantages fiscaux et économiques spécifiques, limités dans la durée. Objectif : favoriser l’attractivité du territoire et attirer des entreprises et investisseurs étrangers.

A l’initiative de la Région Normandie, en collaboration avec Caux Vallée de Seine, cette expérimentation, mise en œuvre en avril 2018, est une première en France.

Les caractéristiques de la première zone économique spéciale :

-        Exonération fiscale partielle et temporaire 

-        Taux d’intervention bonifiés en matière d’investissement

-        Mobilisation possible d’un outil d’aménagement dédié

-        Contact personnalisé au sein de l’Agence de Développement pour la Normandie

-        Promotion internationale de la zone à travers un partenariat avec Business France

-        Accompagnement spécifique et sur-mesure aux familles des personnels expatriés.

 

  • Le cluster d’entreprises « Normandie maritime »

L’objectif est de rassembler des entreprises industrielles et de services autour de trois piliers : l’industrie nautique, la construction et la réparation navale, les services maritimes, dont les services liés aux énergies marines renouvelables.

  • La mobilisation d’une société d’aménagement pour l’Axe Seine pour proposer une offre de service aux entreprises :

-      les aménagements de zones d’activité,

-      l’immobilier d’entreprises en promotion-vente,

-   l’immobilier d’entreprises à travers les nouvelles concessions économiques structurantes en soutien des EPCI (création de syndicats mixtes…),

-    le moment venu, la valorisation immobilière et l’aménagement des domaines portuaires, dont les compensations environnementales avec l’accord des autorités portuaires.

 

  • La Chatière du Port du Havre: un accès fluvial direct à Port 2000

La Région soutient la réalisation de la Chatière attendue depuis 15 ans. Son coût est évalué à 125 millions d’euros, la Région s’est engagée à financer cet investissement en totalité une fois déduites les subventions européennes.

Pour le port du Havre, la Région souhaite un vrai « plan Marshall » qui ne se limite pas à la Chatière. La collectivité est prête à financer les postes 11 et 12 de Port 2000, l’extension du terminal de l’Atlantique et le nouveau terminal croisière inscrit au contrat de territoire de la CODAH, soit environ 500 millions d’euros au total.

  • La création du syndicat mixte Ports de Normandie au 1er janvier 2019

L’objectif est de réunir sous une même bannière les ports de Cherbourg, Caen-Ouistreham et Dieppe, dans le cadre d’une organisation comprenant les trois départements, les agglomérations et la Région.

La constitution d’un acteur ayant une masse critique - ces trois ports normands représentent le trafic du grand port maritime de Bordeaux - permettra la mise en œuvre d’une stratégie portuaire à l’échelle de l’ensemble du territoire.

Elle facilitera notamment la convergence des politiques de la Région et des départements sur les problématiques de la pêche, de la plaisance et du transmanche.

  • L’adoption en octobre prochain d’une stratégie régionale pour la mer 

L’objectif est de préparer l’avenir et préserver la durabilité du développement maritime pour les générations actuelles et à venir.

Les différents axes :

-        Conforter l’identité maritime de la Normandie,

-        Favoriser le développement de l’économie maritime et fluviale,

-        Favoriser l’orientation et la formation aux métiers maritimes,

-        Favoriser la recherche, la Recherche et Développement et l’innovation,

-        Garantir un aménagement durable du littoral normand,

-        Instaurer une gouvernance adaptée.

 

  • Un plan nautique normand 2018-2021 sera présenté en décembre prochain

Pour accompagner les territoires et les investissements structurants et développer une offre de services nautiques adaptée aux clientèles touristiques.

  • La Ligne Nouvelle Paris Normandie (LNPN)

La Région se mobilise pour faire avancer ce dossier, qui permettra de diminuer les temps de parcours, d’augmenter la capacité de transport pour les voyageurs et le fret, et d’améliorer la fiabilité des dessertes. Dès 2016, la Région s’est engagée à prendre à sa charge 20 millions d’euros d’études du Y de l’Eure, qui constitue la clé de voute du projet LNPN global. Les décisions de l’Etat sont attendues sur ce projet majeur pour la Normandie.

Hervé Morin a rencontré mercredi dernier la ministre des transports, Elisabeth Borne pour évoquer avec elle ce dossier ainsi que les autres dossiers d’infrastructure normands et lui a demandé d’inscrire le projet dans sa globalité dans un calendrier précis, pour que le projet LNPN ne se transforme pas en un projet LNPM – Paris Mantes.

 

  • La création d’une Task Force normande auprès de l’Union européenne pour promouvoir conjointement les dossiers régionaux et les grands projets des territoires

 Constituée de représentants des acteurs privés et publics, cette task force a rencontré en juin 2017, à Bruxelles, les représentants de la Commission européenne en charge des questions maritimes et portuaires, pour évoquer les dossiers normands.

 

  • Les principaux chiffres de la politique portuaire régionale 

Pour Le Havre :

-        La Région soutiendra le programme d’investissements de 610 millions d’euros dont 550 millions d’euros de développement.

-        Au titre des CPER/CPIER en cours, la Région apporte déjà 22 millions d’euros pour les projets du Havre (aménagement de terminaux conteneurs (postes 11 et 12), chatière, quais Croisière de la Pointe de Floride – auxquels il faut ajouter 8 millions d’euros dans le cadre du contrat de territoire de la CODAH  ;

-        100 000 € pour la mise en place d’une navette ferroviaire entre Le Havre et Strasbourg et Le Havre et la Suisse.

 

Pour Rouen :

-        La Région soutiendra le programme d’investissements de 290 millions d’euros dont 180 millions d’euros de développement

-        Au titre des CPER/CPIER en cours, la Région apporte déjà 21millions d’euros pour les plateformes multimodales de Honfleur, Moulineaux et Petit-Couronne, l’amélioration des accès nautiques, le remplacement du dock flottant, l’étude pour l’accès sud au port de Rouen.

 

Soutien aux ports de Cherbourg et Caen-Ouistreham : 55,5 millions d’euros en 2018

 Soutien au Port de Dieppe :

-        16,7millions d’euros en 2018 

-        Ligne Dieppe-Newhaven : soutien de la Région pour 60 % du financement des épurateurs de fumée des 2 navires « transmanche », soit 9 millions d’euros.