Un récent article paru dans l'hebdomadaire spécialisé "Le Marin" (20 septembre 2018) nous oblige à mettre les pieds dans le plat ou dans le bassin portuaire...

Car il faut, de tout urgence, que l'une des plus anciennes querelles du localisme normand soit vidée définitivement avant novembre prochain, voire avant.

Tous les fins connaisseurs de l'histoire de la Normandie savent ce que nous a coûté la triste concurrence entre les deux grands ports maritimes normands que sont Le Havre à l'aval de Rouen et Rouen en amont du Havre. Sans remonter à la nuit des temps, à l'origine de cette querelle quasi biblique (c'est Caïn vs Abel version portuaire), on a la crainte d'une ancienne ville portuaire de fond d'estuaire vis-à-vis d'une nouvelle ville portuaire de bord de mer. Crainte qui s'est cristalisée par le refus rouennais de tout franchissement de la Seine en aval du port de Rouen dans le but d'isoler le port du Havre au bout de la Pointe de Caux en réduisant au maximum tout trafic de fret de ce port créé par l'Etat central vers la rive Sud de l'estuaire...

Tous les prétextes furent trouvés pour, par exemple, empêcher la construction d'un pont ferroviaire en exigeant des tirants d'air importants sous le tablier pour ne pas entraver la remontée du fleuve des grands voiliers (tirés par des remorqueurs à vapeur) jusqu'au port de Rouen (l'Armada en garde d'ailleurs le souvenir). Cette affaire avait même failli conduire à une division du département de la Seine alors inférieure tant la haine entre les bourgeoisies havraise et rouennaise fut grande!

Dès les années 1930 l'Etat imposa l'idée d'un pont routier pour franchir la Seine en aval de Rouen. La guerre et ses destructions reportera le projet aux années 1950: ce sera Tancarville entièrement financé par la CCI du Havre. Plus tard, viendront les pont de Bretonne et surtout, dans les années 1990, le Pont de Normandie entre Honfleur et Le Havre financé par un emprunt de la CCI du Havre et les revenus du péage du pont de Tancarville.

51oqUbXJxuL

Dans cette affaire des grands ponts qui unifient enfin la Normandie sur les deux rives de l'estuaire de la Seine, on observera deux étrangetés:

1) L'Etat n'a quasiment rien financé... Pourquoi?

2) L'option d'un franchissement ferroviaire n'a jamais été retenue... Pourquoi?

Faut-il y voir un compromis historique entre les deux villes portuaires normandes antagonistes?

A savoir: un désenclavement du port et de la ville du Havre en aval de Rouen mais... aux conditions rouennaises.

Car la ville de Rouen est, depuis plus de 2000 ans, un passage sinon LE passage obligé d'une rive à l'autre de la Seine. Cette évidence géo-politique explique la réticence rouennaise à multiplier les possibilités de passer le fleuve en aval de la métropole normande.

Aussi, pour être certain que le port du Havre ne puisse jamais prendre totalement pied sur les deux rives de l'estuaire, le port de Rouen a acheté le port de Honfleur pour en faire son avant-port spécialisé ainsi que tout le foncier de la rive gauche en arrière de la Rivière Saint Sauveur... Au cas où!

Si l'on va vers une autorité portuaire unique sur l'ensemble de la Seine en aval de Paris, ces vieilles querelles territoriales doivent s'effacer sous peine d'un transfert de la future direction de ce port "séquanien" du côté de Paris! Et si tel devait être le cas, la France renforcerait son exceptionnalité mondiale en expérimentant le seul grand port maritime géré depuis son... amont.

Alors l'enjeu est double et il semble que le président normand Hervé Morin en soit totalement conscient puisqu'il a envoyé un double message le 18 septembre 2018 dans son libre propos au Marché d'intérêt national de Rouen:

1) A Edouard Philippe: si tu prétends aimer Le Havre et son port, c'est le moment d'arbitrer historiquement en faveur de la Normandie. François Hollande en a bien été capable pour le retour à l'unité normande en 2014. Il faut se jeter dans l'eau du port... Et ce coup-ci, c'est pour de vrai!

2) Aux portuaires Rouennais et Havrais: défense de jouer aux cons car tout ira à... La Défense!

24-09-2018 21;54;55


 Commentaire de Florestan:

Ne pourrait-on pas imaginer une direction portuaire normande en réseau avec un site havrais et un site rouennais spécialisés comme cela existe déjà pour le fonctionnement du conseil régional de Normandie entre Caen et Rouen?

La géographie urbaine normande nous interdit de mettre la centralisation parisienne à toutes les sauces régionales...