Samedi 20 octobre 2018 à la villa du Cercle de Deauville, dans une lumière radieuse, une journée d'étude consacrée à la définition d'une identité normande pour le XXIe siècle était organisée par le Mouvement Normand: au titre de l'Etoile de Normandie, nous avons été invité à y participer...

25424805_26710927

Un colloque organisé par le Mouvement Normand

en collaboration avec TVNormanChannel

10:00 - Accueil du Public


10:30 - Mot d’accueil d’Emmanuel Mauger,


10:45 : Conférenciers

 

Gwenahel Thirel

Franck Buleux

Yves Guermond

Synthèse de Didier Patte

12:30 : Repas au restaurant Gastronomique La Flambée
 

14:30 - Table Ronde

Quelle identité normande à construire?

15:30 - Table Ronde

Normandie Welcome !


16:00 : Pause Café & dédicaces des intervenants

 

16:45 - Conférence de Denis Joulain
"le blason, vecteur d'identité"

Héraldiste, chroniqueur de TVNormannChannel, Écrivain, Co-directeur de la collection Héraldique des Éditions d'Héligoland

17:00 : Conclusion des travaux par Emmanuel Mauger

 


 

Arcisse-de-caumont

D'emblée, nous mettrons le compte-rendu critique de cette journée sous l'autorité d'un grand Normand, à savoir, l'historien et archiviste Arcisse de Caumont, fondateur de l'archéologie médiévale en France qui plaça la création en 1830 de son association "anti-centrale", la toute première association du régionalisme moderne en France, sous le mot d'ordre suivant:

"Normands! Unissez-vous dans l'action!"

A ce mot d'ordre d'une brûlante actualité alors que l'Unité normande réapparait institutionnellement et politiquement depuis trois ans après une éclipse de plus de deux siècles (1790 - 2016) nous ajouterons celui-ci:

C'est la Normandie qui fait le Normand...

A condition de connaître toute la riche matière normande et les puissantes valeurs politiques et morales qui en résultent: l'identité normande est atypique car, contrairement à d'autres identités régionales actuellement affirmées plus bruyamment,  la nôtre n'est pas seulement qu'un rapport charnel à un territoire ou à une origine sinon une essence ethnique, culturelle ou linguistique précise mais un PROJET POLITIQUE avec des pratiques et des valeurs nous venant tout droit de l'exceptionnel patrimoine institutionnel, juridique et constitutionnel de la Normandie creuset de l'ETAT DE DROIT OCCIDENTAL MODERNE...

RIEN DE MOINS!

En effet, la Normandie fut de 1066 à 1204 le creuset de l'Etat moderne anglais et avec un bloc constitutionnel de droit écrit complet dès la fin du XIIe siècle (droit privé, droit public, jurisprudence administrative) avant d'être, à partir de 1204, le modèle qui va servir à l'affirmation de l'Etat moderne français.

index

Si la charte aux Normands concédée en 1315 par le Roi de France Louis X le Hutin était un bout de papier auquel les Normands tenaient beaucoup au point d'inventer bien avant Habermas le concept de "patriotisme constitutionnel" c'est que dans ce bout de papier on trouvait reconnu et autorisé par le roi capétien l'idée que la Normandie était liée à la France sur une base contractuelle; l'idée d'une justice et d'un droit égal pour tous; le refus d'introduire la torture ou le supplice du bûcher dans les procédures; la garantie de la procédure d'enquête contradictoire; le droit de plaider contre l'administration publique; de consentir aux impôts voire... de faire prendre en charge ses frais d'avocats par le tribunal! 

En 2015, on a fêté le 700 ème anniversaire de ce grand monument normand:

http://normandie.canalblog.com/archives/2015/01/04/31254610.html

La force de l'identité politique normande c'est qu'elle permet un rapport normand au Monde sinon à l'universel à l'instar de l'identité française qui s'est forgée bien après...

UNE IDENTITE NORMANDE AU XXIe siècle, pourquoi faire?

pont_de_normandie_740x497

Trois ans après sa réunification officielle après plus de deux siècles d'éclipse (1790 - 2016) la Normandie en 2018 est dans une situation paradoxale... On aurait envie de dire: la Normandie c'est la région idéale puisque c'est la seule qui, jusqu'à nouvel ordre en France métropolitaine, dispose du privilège de fusionner sur le même périmètre géographique, la province géo-historique, la région "charnelle" et la région "fonctionnelle".

Sauf que le problème d'une région "idéale" c'est sa réalisation concrète dans la tête et le coeur des citoyens et habitants d'une Normandie niée, méprisée, abîmée dans la médiocrité localiste et le manque d'ambition et d'affirmation pendant plus de 40 années de division régionale entre l'Ouest breton et l'Est parisien.

Il faut donc réaffirmer la fierté d'être Normand. Que les Normands ne soient plus ceux qui connaissent le moins bien leur région dont le nom est pourtant connu et reconnu dans le Monde entier. Qu'ils puissent se réapproprier leur Normandie:

L'identité normande du XXIe siècle doit être un outil de NORMANDISATION des Normands dans l'idée de nous reconquérir nous-mêmes!

leopold-sedar-senghor-1920x1271

Léopold Sédar Senghor et sa chère Normandie (un documentaire TV de 1982)

https://www.youtube.com/watch?v=T4PHF5AcPX0

Cela passe par une prise de conscience individuelle de l'écart observé entre la beauté et la richesse du "gardin" normand et une Normandie réelle en friche ou en jachère. Nous avions proposé d'appeler "Normanditude" cette prise de conscience normande qui invite à l'engagement et à l'action à la suite de la "Négritude" de Césaire, l'ami de Léopold Sédar Senghor qui fut avec la "Normandité" le dernier grand poète de l'identité normande...

L'identité normande, une identité non identitaire, ouverte, existentialiste plus individuelle et contemplative que communautaire et militante, semble idéale pour cette nouvelle conquête.

Pourquoi? 

Parce que l'identité normande trouve son fondement essentiel dans un patrimoine régional institutionnel, juridique, politique exceptionnel  qui permettrait de mettre en valeur et de mettre en oeuvre une identité normande qui ne serait pas simplement l'affirmation d'un plaisir ou d'une fierté d'être ensemble ou d'être entre soi mais qui pourrait être le fer de lance de méthodes et d'outils pour faire une politique publique d'action régionale plus démocratique, plus horizontale, plus proche des citoyens  et qui les associent à l'élaboration définitive des projets et à la prise de décision (maîtrise démocratique d'usage).

Exemple: la fameuse formule "ptêt ben qu'oui, ptêt ben qu'non" qui serait la marque d'une indécision atavique des Normands sinon de leur duplicité quasi génétique est surtout le constat proverbial de l'usage du droit de réflexion et de rétractation avant tout engagement contractuel définitif qui était inscrit dans le droit normand. C'est le symbole de la nécessité d'avoir du temps pour une vraie discussion démocratique préalable et réfléchie avant d'arrêter définitivement un projet d'intérêt général.

eole_treport

Les technocrates jacobins de Paris seraient donc bien avisés de prendre davantage en considération l'opinion éclairée des pêcheurs du Tréport avant que de bétonner des frayères à poissons dans le but d'installer un parc d'éoliennes marines...

Bref! Faire du projet normand, un projet politique collectif, positif et de proximité: un laboratoire, sinon une alternative à la grave crise de conscience et de confiance que la France et les autres grands Etats nations centralisés de démocratie représentative traversent en ce moment en Europe.

L'identité normande pour mieux se connaître: un enjeu stratégique

domesday_book

L'enjeu pour la Normandie qui renait au XXIe siècle va être de faire connaître et de faire partager une connaissance aussi exhaustive que possible des données et ressources régionales par la société civile normande et par les décideurs publics ou privés normands: le processus de "normandisation" de la Normandie est donc essentiel sinon légitime car il s'agit de se réapproprier collectivement un patrimoine régional ayant une notoriété mondiale et un potentiel de haut niveau en terme de savoir-faire, d'initiatives et d'innovations.

la Normandie, désormais seule vraie région de France, a besoin d’une plateforme open data car il y a urgence à faire disparaître le paradoxe d’une région au nom illustre dans le monde entier mais encore méconnue des Normands après plusieurs décennies de division administrative. Mais aussi parce que l’héritage, le patrimoine culturel, historique et juridique, de la Normandie en fait un bien intemporel, une civilisation permettant d’envisager pour l’avenir de la démocratie en France un autre modèle de l’action publique fondé sur la liberté, l’autonomie et la responsabilité d’une société de citoyens.

C'est pourquoi il semble judicieux de lancer une grande enquête sur les données et ressources régionales normandes qui pourraient être publiées et partagées sur une plateforme numérique globale par tous les Normands: cette plateforme normande open data pourrait s'appeler le NEW DOMESDAY BOOK.

Pour en savoir plus:

http://p9.storage.canalblog.com/98/76/20815/113874537.pdf

Grâce à son identité tout à la fois existentielle, charnelle ET politique, la Normandie, comme jadis le Bonheur, est une idée... neuve en France: porté à la connaissance des Normands et porté par la société civile régionale, un projet positif normand approprié par les Normands serait l'occasion de refonder dans l'action régionale notre contrat social démocratique dans un enracinement régional tout en faisant reculer la colère, la résignation, la peur, le mépris et le désespoir grâce à une fierté régionale retrouvée.

La Normandie, la région humaniste:

01braves

La sculpture contemporaine "The Braves" (Anilore Banon) installée le 6 juin 2014 sur la plage d'Omaha Beach évoque avec puissance et émotion le Débarquement du 6 juin 1944.

http://6juin.omaha.free.fr/12braves/121_braves.php

Ce patrimoine institutionnel normand génère des valeurs fortes sinon humanistes que l'on peut résumer autour de deux principes fondamentaux:

1) L'affirmation des droits de la personne humaine, libre et maîtresse d'elle même ("Sire de Sei") et la coopération solidaire entre égaux.

2) La tolérance politique et religieuse, la résistance à l'arbitraire, à l'oppression et le refus de tout extrémisme.

Ma_Normandie_de_F_Berat_romance_celebre

La Normandie qui a déjà son hymne officiel, la "Marseillaise des sentiments", c'est à dire la chanson de Frédéric Bérat (1836) "J'irai revoir ma Normandie", l'hymne le plus anti-chauvin qui puisse exister pourrait aussi avoir la devise officielle suivante:

LIBERTE PAIX DROIT

En préambule de notre compte-rendu, nous avons donc voulu réaffirmer avec force ces évidences puisque comme toutes les évidences invisibles comme le nez que nous avons au milieu de la figure, il a été difficile de les faire émerger dans les communications et les échanges proposés à l'occasion de ce colloque qui avait néanmoins son utilité sinon son urgence puisque son objet consistait, justement! à tenter de définir une identité normande POUR le XXIe siècle...


 Des propos et idées échangées lors de ce colloque, on retiendra ce qui fait et justifie le nom de "NORMANDIE":

102079

Dreknor -port d'attache Carentan - Normandie - (photo Emmanuel Luce)

1) La Normandie est un projet politique porté par un petit groupe d'Hommes venus du Nord (Northmens de Scandinavie) dans le cadre d'une colonie d'encadrement de populations locales galloromano-franques christianisées. Avec une fondation correspondant à un accord passé entre le chef norvégien Rollon et ses hommes (des Danois) et les autorités religieuses de la Basse-Seine (l'abbé de Jumièges et l'archevêque de Rouen dès 890) avant l'accord passé en 911 avec l'autorité royale franque qui intègre le chef "Viking" dans le système féodal et étatique du royaume franc, avec, dès 980, une histoire officielle écrite rédigée par le chanoine picard Dudon de Saint Quentin à la demande du duc Richard 1er, les origines de la Normandie ne sont pas mythologiques et brumeuses mais historiques sinon factuelles...

seconde_lyonnaise

2) La Normandie est la région dont le nom nous rappelle une histoire collective d'assimilation et d'intégration: des étrangers venus du Nord ont abandonné progressivement leur langue, leurs traditions et leur religion pour se fondre dans la civilisation et la population d'accueil non sans transformer celle-ci. S'il y a bel et bien une "fille aînée de l'Eglise" ce n'est pas la France mais plutôt la Normandie dont le projet politique fut, au départ, intimement lié à celui de rétablir la paix et l'autorité de l'archevêque de Rouen sur la totalité de sa province ecclésiastique, sept diocèses, du Couesnon à la Bresle, du Cotentin au Vexin. La Normandie existe officiellement depuis 911 (1100 ans) mais le cadre géo-historique qui soutend la Normandie est plus ancien puisqu'il remonte à la fin du IVe siècle avec la création de la Seconde Lyonnaise autour de la métropole de Rotomagus (Rouen) à la fin de l'Empire romain. Le cadre régional normand est donc l'un des plus anciens de France.


 Ont contribué à ce colloque par leurs communications le géographe Yves GUERMOND, l'avocat rouennais Gwenhael THIREL, le professeur Franck BULEUX, l'ancien président du Mouvement Normand Didier PATTE, Denis JOULAIN, héraldiste ainsi qu'Astrid FROIDURE animatrice du réseau international Normandie Welcome.

Emmanuel MAUGER président du Mouvement Normand et Paul ASTOLFI étant chargés de l'animation de la modération et de conclure une journée d'étude tout a fait stimulante qui a fait l'objet d'une captation complète par Normandie TV Channel, la webTV du Mouvement Normand.

Yves GUERMOND a d'abord rappelé l'existence du collectif des Douze puis des Quinze géographes universitaires normands qui ont lancé en 2010 le débat et la réflexion sur l'organisation du territoire de la Normandie réunifiée autour d'une métropole régionale formée du réseau constitué avec Caen, Rouen et Le Havre. Puis actant la renaissance institutionnelle et politique de la Normandie depuis 2016, il constate la nécessité de réfléchir à la définition des éléments d'une identité régionale forcément immatérielle pour agréger les populations autour d'un projet régional qui semble plus évident qu'ailleurs car la Normandie avec la Corse dispose du privilège rare d'une coïncidence entre la région culturelle et la région fonctionnelle. En 2015 un colloque de Cerisy a été organisé sur cette question intitulé "La région, de l'identité à la citoyenneté" avec trente contributions, dont la nôtre...

Par provocation, Yves Guermond choisit de présenter l'analyse du géographe parisien très médiatique Jacques Lévy qui estime que le cadre géo-historique normand est périmé et que les Normands devraient faire le choix de s'arrimer définitivement à la métropole parisienne. Ce à quoi Yves Guermond répond que les trente dernières années ont montré l'incapacité de faire le moindre début de commencement de coopération entre la mégalopole parisienne, la région parisienne et les villes et régions situées à une heure de Paris: cette vision géographique large n'intéresse pas les décideurs Parisiens obnubilés par leur importance sinon par l'importance des complexités... parisiennes. Ensuite, Yves Guermond nous présente le point de vue de Martin Vanier qui se fait le prophète de la fin d'une citoyenneté déterminée physiquement par le territoire au profit de l'immatérialité des réseaux. Là encore Yves Guermond relève que la démocratie réelle dans son fonctionnement réel a encore besoin d'organiser de vraies réunions publiques avec de vrais gens sur de vrais territoires et que dans un réseau où tout le monde pense la même chose la seule dématérialisation réelle est celle, justement, du rapport au réel et on en voit aujourd'hui les premiers effets négatifs. Enfin, Yves Guermond nous présente le point de vue de Guy Di Méo, géographe spécialisé dans l'étude du rapport entre identité et espace: l'essentiel de l'identité se construit à partir de la maison familiale de vacances ou de résidence principale entre 7 et 15 ans. Les souvenirs de l'enfance créent une identité d'appartenance charnelle à laquelle on reste, souvent, fidèle sa vie durant.

Gwenhael THIREL, avocat au barreau de Rouen, fils d'un père Normand et d'une mère Bretonne présente son livre, "L'identité normande au XXIe siècle", ouvrage qui a justifié cette journée d'étude. L'objectif de l'avocat rouennais est de réveiller les Normands avec une identité, à nouveau conquérante, créant une action et une solidarité régionales à l'instar de ce qui se fait depuis des années en Bretagne. L'idée est de reprendre et de réactualiser l'héritage culturel et moral des anciens Scandinaves pour construire une identité de la fierté individuelle et fraternelle (exemple de la coutume des "frères jurés" relatée dans les sagas islandaises). Avec dynamisme et chaleur, Gwenhael Thirel propose, de fait, une réactualisation sinon une modernisation (un ouvrage suivra sur une présentation du "Viking Spirit" à destination des porteurs de projets normands) de la conception "Nordiste" de l'identité normande.

Reprenant, en outre, une vieille tradition intellectuelle remontant aux tous premiers travaux de statistique sur la population normande réalisés dès le XVIIIe siècle par le médecin Caennais Louis Lepecq de la Clôture qui cherchait, déjà, à définir un ethno-type normand, tout comme le fera plus tard, le fondateur français de la science politique André Siegfried dans une conférence restée célèbre sur la "psychologie du Normand" (1955), Gwenhael Thirel nous propose enfin une liste des qualités et valeurs d'une certaine mentalité normande à partir desquelles, il est possible de définir l'identité du Normand. C'est ainsi que le ou la Normand(e) serait: atypique et libre; contemplateur de la Nature; réfléchi(e); maître ou maîtresse de son destin; aimant son travail; soucieux ou soucieuse de son bon droit; relativisant les réalités et les idées qui doivent l'être; "violemment modéré(e)" (Siegfried); lucide; donnant difficilement une confiance solide et durable; fier(e) et discrète; capable d'humour et d'autodérision ("les Bretons en sont incapables" a cru bon devoir préciser G. Thirel)...

Faute d'être une seule fois évoqué ou présenté par quiconque durant le colloque et c'est bien dommage, on précisera ici que la conception "nordiste" de l'identité normande fut inventée en 1886 par le poète patoisant Aristide Frémine au moment il fallait remobiliser les Normands et les Français après la catastrophe de la défaite de Sedan face aux Prussiens (1870). C'est à Aristide Frémine que l'on doit l'invention des mots de "Vikings" et de "drakkar" que l'on retrouve dans son épopée poétique "La Légende de Normandie"... Tout de même!

CPA_76_VILLE_de_ROUEN_Mill_naire

Franck BULEUX, chargé de cours dans l'enseignement supérieur, fut obligé de présenter son point de vue après la pause dînatoire méridienne puisqu'avec la SNCF on ne sait jamais à quelle heure on part ou à quelle heure on arrive... Reprenant des éléments de son livre récemment paru "l'Unité normande, réalité historique et incertitude politique", Franck Buleux fit le panégyrique passionné mais sans nuances d'une identité normande d'abord portée et énoncée par les poètes régionalistes influencé par le "Nordisme": il fut question  de Charles-Théophile Féret ou de Louis Beuve voire du journaliste et écrivain... Jean Mabire (une simple allusion sans développer car le personnage reste idéologiquement controversé) mais, aucune allusion, nous l'avons déjà relevé au fondateur du genre, à savoir le poète Aristide Frémine. De même on aurait souhaité une belle présentation de la plus belle création de notre plus grand et dernier poète normand: le "lyrisme lucide" au coeur de la Normandité inventé par Léopold Sédar Senghor dans les années 1980. On aurait souhaité, enfin, que l'auteur nous réexpose la thèse plutôt stimulante de son livre quant aux causes de l'échec du régionalisme normand en tant que mouvement ou projet politique... Ayant nous-même notre idée sur la question (la conception "Nordiste" toujours minoritaire n'a pas pu s'imposer face à la conception "Antiquaire" du patrimoine historique normand),  nous aurions aimé en discuter avec l'auteur au cours de la table ronde.

Didier PATTE, ancien président du Mouvement Normand, prend la parole et nous brosse un tableau historique des tribulations de l'idée normande alors que la renaissance historique de la Normandie politique et institutionnelle voulue en 2014 par le Rouennais François Hollande nécessite la reconnaissance de l'identité normande, l'une n'allant pas sans l'autre. Cette identité normande qui se réveille aujourd'hui est nouvelle.

Dans la première partie de son propos Didier Patte note que l'identité normande demeura sous-jacente sinon fantasmée et nostalgique du passé glorieux de la Normandie médiévale ducale. Mais il serait faux de limiter l'existence de la Normandie à la période 911 - 1204. Le cadre de la géographie religieuse préexistait (province ecclésiastique de Rouen héritière de la Seconde lyonnaise romaine) et la Normandie continua d'exister en tant quelle quoique de plus en plus amoindrie dans le cadre français jusqu'en 1789.

La Révolution fut un grand boulversement puisque la province (gouvernement et duché) fut supprimée et remplacée par cinq départements qui (c'est nous qui l'ajoutons) eurent la sagesse de s'inscrire dans l'espace géographique séculaire normand tout en faisant sauter, déjà! la division entre Haute et Basse-Normandie établie à partir de la fin du XVIe siècle par la Monarchie centralisatrice pour des raisons d'efficacité fiscale... C'est ainsi que la Normandie n'ayant plus aucune consistance institutionnelle, administrative ou politique devint un cadre mental qui sera travaillé par Arcisse de Caumont au point d'être le pionnier du réveil régionaliste français au XIXe siècle. Les deux grandes guerres mondiales du XXe siècle (surtout la seconde) vont briser cet élan du régionalisme normand qui avait redécouvert l'héritage des anciens Scandinaves à la fin du XIXe siècle ("Nordisme"). Dans l'Après-Guerre et la Reconstruction d'une Normandie en ruines, les urgences firent qu'il fallut attendre un nouveau choc, celui du choix de l'Etat central jacobin de créer deux régions administratives normandes au lieu d'une seule, pour que réapparaisse une réflexion régionaliste normande forte avec la création, en 1969, du Mouvement Normand... Sauf que l'urgence n'était pas à la réflexion sur l'identité normande et à une modernisation ou remise à niveau de l'idée normande mais au combat politique et militant pour obtenir la réunification normande.

Didier Patte tient à dire clairement que l'identité normande n'est pas identitaire et ne saurait être le support ou la justification d'un nationalisme régional qui cherche, en vain, son origine ou son essence ethnique. Citations: "L'identité normande est d'essence spirituelle et s'appuie sur les mentalités de la population normande. Elle se fonde particulièrement sur un respect inné du Droit". "L'identité normande est une originalité héritée d'une passé complexe, non figée et qui évolue au cours des siècles jusqu'à nos jours".

Les caractéristiques géo-politiques de l'identité normande pourraient être les suivantes: une vitalité unique en son genre des pays normands qu'on ne trouve pas dans d'autres régions. Une population normande profondément métissée. Une région "between" entre France et Angleterre toujours en première ligne, pour le meilleur et le pire! Une région maritime au développement contrarié tant par la centralisation parisienne que par la guerre avec l'Angleterre. Une région dont la substance fut de plus en plus captée par la centralisation parisienne voisine. Une capacité des Normands à la découverte, à l'aventure et à l'adaptation ou à l'innovation. Une histoire souvent marquée par des Guerres (Guerre de Cent ans, Guerres de Religion, Guerres avec l'Angleterre, Révolution, Première et surtout Seconde Guerre mondiale qui a failli anéantir définitivement la Normandie).

portrait04

Charlotte Corday, "violemment modérée"... assurément!

Quant à la mentalité normande ses traits principaux seraient les suivants:

Un individualisme farouche "Sire de sei" ; une certaine tolérance "La vérité n'est jamais entièrement du même côté" (Siegfried); un goût pour les libertés et le refus de l'arbitraire (héritage scandinave); un respect de l'Etat de droit et de la Loi (héritage prégnant du droit normand, coutume unique de la province devant laquelle tout justiciable normand était traité à égalité); un certain légitimisme politique, du refus normand de mettre à mort Louis XVI au ralliement à François Mitterrand.

la_guerre_des_pommiers_naura_pas_lieu

L'identité normande est un existentialisme individuel qui s'appuie sur une base territoriale: la Normandie et ses terroirs au risque de perpétuer le cliché de la "Normandie éclatante, herbagère et mouillée" (Lucie Delarue-Mardrus)

Dans la seconde partie de son propos Didier Patte tente de définir les objectifs et les contraintes d'une nouvelle identité normande pour la Normandie réunifiée du XXIe siècle:

francois_hollande_au_memorial_de_caen_pour_un_discours

Tout d'abord, il faut bien rendre hommage à un certain... François Hollande qui a permis le miracle! Ensuite, le slogan d'Arcisse de Caumont redevient très actuel: "Unisson-nous dans l'action". Et cette action sera d'abord de faire en sorte que les Normands se connaissent et se reconnaissent enfin et que la Normandie soit redécouverte. Depuis trois ans, l'INSEE publie, enfin, un tableau de bord général et complet de toutes les réalités économiques et sociales de la Normandie. Le conseil régional réunifiée s'est lancé dans une action régionale ambitieuse tout azimut. Du côté des médias régionaux, ça bouge enfin un peu: on trouve des articles sur Rouen et Dieppe dans Ouest-France ou sur le département de la Manche dans Paris-Normandie.

Il faut solder le passif de la division normande: le localisme et la méfiance en développant les coopérations, les échanges, les jumelages. Le faible niveau de formation de la jeunesse et la fuite à l'extérieur des jeunes normands les plus ambitieux et les plus talentueux est l'héritage le plus lourd des années de division: reconstruire une fierté et une ambition normandes chez les jeunes sera le grand chantier des prochaines années.

Il faut mieux faire connaître tous les potentiels et les héritages normands: c'est la Normandie qui fait le Normand.

Conclusion:

La Normandie n'est pas qu'un périmètre géographique. Ses limites ne sont ni physiques ni résultant d'un découpage arbitraire: elles sont historiques sinon millénaires. La Normandie est fille du Fleuve, la Seine, et de la Mer, la Manche. C'est une région maritime, la principale façade portuaire de la France: c'est la porte Océane, une des voies d'accès vers l'intérieur du continent européen. C'est un climat tempéré et subtil qui permet un superbe potentiel agro-alimentaire. C'est un pays carrefour et d'ouverture sur les Mondes anglo-saxon et nordique mais aussi avec la Méditerrannée (Italie du Sud) si ce n'est avec le reste du Monde via le commerce maritime.

"La nouvelle identité normande pour le XXIe siècle doit consister en cette aptitude à relever les défis d'une Mondialisation qui ne doit pas être imposée et que l'on assumera d'autant mieux à partir d'une région ayant retrouvée vie par son unité retrouvée et riche d'un héritage sans cesse à redécouvrir..." déclare pour conclure Didier Patte.

Commentaire de Florestan:

Autrement dit, il s'agit d'augmenter le pouvoir et la souveraineté de la société civile normande pour qu'elle ne subisse plus la réalité comme pendant les années de division: Michel Rocard avait déclaré en 1966, après l'indépendance de l'Algérie: "il faut décoloniser les provinces". Avec le retour à l'unité normande, à une action régionale conquérante et avec la renaissance d'une identité fière d'être normande, nous y sommes... enfin!

drapeaux_normands_sur_le_pont_de_normandie_10_mai_2014_4896143

https://www.lexpress.fr/actualite/politique/rassemblement-au-havre-pour-une-reunification-exclusive-de-la-normandie_1537093.html

La communication suivante nous a été proposée par Astrid FROIDURE la fondatrice et co-animatrice du réseau international "Normandie Welcome" d'ambassadeurs de la Normandie qui tisse patiemment une toile normande mondiale pour que les porteurs et développeurs de projets normands à l'étranger trouvent bonne accueil mais aussi pour faire découvrir aux investisseurs étrangers toutes les qualités et les potentiels de la destination normande.

https://www.normandiewelcome.org/#!/discover

 

logo_normandie_welcome

"Normandie Welcome" est une association ainsi qu'une marque déposée indépendante des réseaux et agences institutionnelles de l'Etat ou de la Région mais qui travaille avec elles: ce n'est pas toujours très facile car dans la culture jacobine française, les élites institutionnelles sont toujours suspicieuses dès qu'il s'agit de projets et d'initiatives portées par la société civile et dans le cas normand c'est une vraie question puisque pendant près de Soixante ans ce sont les initiatives de la société civile régionale qui permirent de préserver l'essentiel de l'idée d'unité normande.

Concrètement, "Normandie Welcome" met à disposition un site Internet aux multiples ressources sur la Normandie avec une traduction en plus d'une dizaine de langues différentes: cela doit être, d'ailleurs, le seul site internet normand à disposer de cet avantage. Ce site a une certaine audience à l'étranger et contribue efficacement au rayonnement et à la notoriété de la Normandie.

Autre originalité: le site est entièrement accessible aux handicapés du Monde entier ce qui lui assure dans cette partie de la population une audience remarquable.

Une petite structure travaille bénévolement dans un local situé à Hérouville-Saint-Clair avec l'aide de jeunes étudiants en stage ou en formation pour animer et faire circuler les informations stratégiques en fonction des besoins et des urgences dans le réseau mondial des ambassadeurs "Normandie Welcome". Moyennant une cotisation définitive à vie de 100 euros, l'ambassadeur ou l'ambassadrice "Normandie Welcome" met à disposition ses connaissances, ses expériences et ses relations pour l'intérêt général de la Normandie. Chaque ambassadeur a sa carte personnelle dotée d'une clef qui permet de la charger en données essentielles depuis le site internet.

Pour la petite histoire, nous avons pu savoir que Monsieur Hervé Morin, notre président normand était membre ambassadeur du réseau "Normandie Welcome" et titulaire de la carte n°27...

Normandie Welcome est donc un outil pratique d'une action normande efficace  qui porte dans le Monde entier la fierté d'être normand.

Pour finir la journée, la communication de l'héraldiste Denis JOULAIN se voulait plus légère et taquine pour fustiger le mauvais goût, le manque de bon sens et d'imagination des élus locaux en pamoison devant un nouveau machin coloré faisant office de logo alors qu'il existe un art codifié et scientifique en ce domaine depuis des siècles.

logo_agglo_Lisieux_Normandie

Un des logos les plus nuls récemment créés: la mouche à vache augeronne écrasée sur le pare-brise d'une voiture.

Pourtant avant de sombrer dans cette logomachie absconse, l'art de l'héraldique a bien failli réussir: dans les années 1950 l'administration de l'Etat fut à deux doigts d'imposer des plaques d'immatriculation automobiles blasonnées pour chaque département comme en Suisse avec les cantons.

Pour les cinq départements normands, les léopards sont présents et l'on tient compte de la position face à la mer (Manche et Calvados) ou vis-à-vis de la Seine (Seine-Maritime). Les léopards de l'Eure partagent l'écu à la pointe avec les armes des comtes d'Evreux et ceux de l'Orne avec celles des ducs d'Alençon...

marques-symboliques-departements

Dans le meilleur des cas c'est de garder les armoiries héritées de l'histoire ou alors de faire un logo qui s'en inspire directement. Cest le choix qui a été fait par la ville de Rouen ou par la Région Normandie...

L'agneau pascal pour Rouen et les deux léopards passants et gardants sur une voile de drakkar de couleur rouge pour la Normandie:

index

index

En revanche, l'auteur n'a pas eu le temps de nous expliquer la signification non souhaitée des deux logos des ci-devant régions de Haute et de Basse Normandie qu'on rappelera une dernière fois, pour mémoire:

index

Un demi-drakkar normand faisant naufrage sur la route de Bretagne...

index

Un demi-léopard normand se noyant dans la Seine en tentant de remonter le courant jusqu'à Paris!

Enfin, l'auteur nous présente une carte de France assez inédite présentant le taux en % de communes par département qui gardent leurs blasons historiques et qui refusent les logos: la carte montre que les communes des départements du Nord de de l'Est (Alsace et lorraine) blasonnent massivement (est-ce la proximité du modèle germanique?). Forte proportion de communes blasonnées sur l'ensemble du pourtour méditerrannéen. Dans l'Ouest, c'est la Bretagne qui se démarque avec des taux de communes blasonnées supérieur à 70% dans les... cinq départements bretons. L'Ouest francilien aussi blasonne beaucoup (effet de classe?). En revanche, la Normandie est faiblement dotée en communes blasonnées (toujours moins de 50% dans chaque département). Faut-il y avoir un effet idéologique de la division normande? Le blason étant associé à une époque médiévale que des élus n'ayant pas une grande culture générale historique seraient tentés de mal juger notamment pour des questions idéologiques (ex: Alain Levern s'opposant en 2006 au retour des léopards normands sur les plaques d'immatriculation).

Le retour à l'unité normande, à une fierté normande avec la valorisation systématique du patrimoine historique de la région devraient, espérons-le, changer la donne!


 BIBLIOGRAPHIE:

  • Gwenhael THIREL: "L'identité normande au 21ème siècle", éditions Amalthée (diffusion Hachette) 2018, 390 p. 23,90 €
  • Franck BULEUX: "L'unité normande, réalité historique et incertitude politique", éditions L'Harmattan, 2015, 255 p. 26,50 €
  • Sous la direction d'Armand FREMONT et d'Yves GUERMOND: "La région, de l'identité à la citoyenneté", actes du colloque de Cerisy de juin 2015, éditions Hermann, 2016, 320 p. 25 € ( voir notamment: "L'identité normande, subtile, existentielle" par Philippe CLERIS pp. 103/109)
  • Florian HURARD, Chloé Sarah HERZHAFT, Philippe CLERIS: "La Normandie c'est maintenant. Boîte à outils de construction territoriale", préface de Michel BUSSI, éditions Les Milléniaux, 2017, 248 p. 9,99 €
  • Daniel HUARD: "Enfin la Normandie! Des Vikings à la Réunification", éditions L'Ancre de marine, 2015, 298 p. 25 €
  • Sous la direction d'Odile RUDELLE et Didier MAUS: "Normandie constitutionnelle, un berceau des droits civiques? De la Charte aux Normands au traité constitutionnel: du prétoire à l'urne", actes du colloque de Cerisy de juin 2006 organisé par l'Association Française de Droit Constitutionnel et par l'Office universitaire d'études normandes de l'université de Caen, éditions Economica, 2007, 462 p. 37€
  • François GUILLET: "Naissance de la Normandie, genèse et épanouissement d'une image régionale en France, 1750- 1850", Annales de Normandie, 2000, 591 p.

Pour revoir les propos du colloque, voir la captation son et vidéo partielle proposée par Normandie TV Channel, la  webtélé du Mouvement Normand qui organisait ce colloque sur l'identité normande:

https://www.tvnc.tv/L-identite-normande-au-XXIe-siecle_a1094.html