L'Etablissement public foncier de Normandie (EPFN) créé par l'Etat pour permettre l'aménagement à grande échelle de la vallée de la Seine a 50 ans: dans les années 1960 cet outil institutionnel et financier était limité au périmètre du schéma de développement urbain et industriel de la Basse-Seine avec l'objectif final d'étendre l'agglomération parisienne jusqu'à la mer en passant par pertes et profits l'espace séculaire normand. Mais les bonnes fées des années 1970 ne souhaitant pas la mise à mort de la Normandie se sont penchées favorablement sur notre destin pour décider de:

1) L'abandon du projet d'annexion de la Seine normande par la région parisienne.

2) Du maintien des outils d'aménagement au service de la... Normandie.

L'EPFN à partir de sa base opérationnelle de l'Eure s'est progressivement étendue aux cinq départements normands faisant la réunification de la Normandie avant l'heure.

50 ans plus tard, l'EPFN est un outil apprécié de tous les élus d'une région anciennement industrielle où les problématiques foncières de renouvellement des activités économiques sont importantes sinon stratégiques (autrement dit: il s'agit de fabriquer l'avenir sur nos friches).

L'EPFN avec l'Agence de Développement de la Normandie (ADN) mais aussi la Société Hérouvillaise d'Aménagement (la SHEMA: fondée par François Geindre, le maire d'Hérouville et désormais établie au Havre) sont désormais les outils puissants et efficaces d'un développement de l'avenir normand piloté par les Normands sur les sujets les plus stratégiques comme, par exemple, la création d'un véritable bassin régional logistique dans l'amont immédiat des grands ports maritimes normands afin de garder en Normandie, donc en France la première interface portuaire dont dispose l'économie nationale pour ses échanges internationaux.

Lire cet hommage à l'EPFN paru récemment dans la Chronique de Normandie édité par Bertrand Tierce (n°553 8 octobre 2018):

img20181026_16491203


 

Commentaire de Florestan:

En terme de gouvernance, la Normandie présente une difficulté qui est générée par une originalité qui n'est pas encore perçue totalement pour ce qu'elle est par celles et ceux qui arbitrent en dernier ressort:

Comme la Normandie a longtemps préxisté au retour officiel de la Normandie depuis trois ans,  les organisations, associations, collectifs, projets et initiatives normandes imaginés, portés et développés par la société civile normande faute d'avoir pendant si longtemps une Normandie "officielle" pour le faire ont AUTANT de légitimité pour agir que les agences, institutions, organisations régionales publiques et normandes créées par le tout nouveau conseil régional de Normandie depuis trois ans.

Cette EGALE légitimité normande entre les porteurs de projets de la société civile normande et les décideurs institutionnels de la Normandie officielle publique (tant celle de l'Etat que celle du conseil régional) devrait une force, une évidence pour que les Normands, ENFIN chassent EN MEUTE.

Après les haies de bocages entre la Haute et la Basse Normandie, entre Caen et Rouen, entre ceux de l'outre l'eau et tous les autres, il ne faudrait pas que nous en plantions de nouvelles entre Normands de la société civile et Normands de la société "militaire" (celle qui porte de rigueur la cravate, la rosette sinon l'uniforme ou la casquette ou le tricorne galonné...)

Par exemple, sur l'Axe Seine:

Il y a urgence à démontrer avant les prochains arbitrages du Gouvernement sur l'avenir des grands ports maritimes que les Normands peuvent travailler ensemble efficacement: une coopération étroite est donc bienvenue entre l'ADN, la SHEMA, l'EPFN et pourquoi l'association Seine Solutions qui émane des décideurs et entrepreneurs normands spécialisés dans les questions techniques et foncières liées au développement de la logistique...

NORMANDS TRAVAILLONS ENSEMBLE!

port-le-havre-310x207