La rédaction de l'Etoile de Normandie le webzine de l'unité normande CONDAMNE avec la plus grande fermeté les violences et agressions contre les personnes et les biens et tout particulièrement lorsqu'il s'agit des MONUMENTS PUBLICS qui identifient les valeurs de notre communauté nationale!

Les Normands violemment modérés que nous sommes condamnent la profanation et le pillage de l'Arc de Triomphe à Paris, quelques semaines après les commémorations du 100ème anniversaire de l'armistice de la Première Guerre mondiale.

Nous condamnons le déplorable début d'incendie contre le grand portail de la cathédrale Saint André de Bordeaux tout comme l'incendie de l'hôtel de la préfecture de la Haute-Loire du Puy-en-Velay.

Nous déplorons, en outre, les agressions verbales contre les gilets jaunes qui se sont dévoués depuis le début du mouvement pour assumer la très lourde et très ingrate charge de la modération de la colère ou de la bêtise des autres sur les réseaux sociaux ou pour assurer l'indispensable "porte-parolat" pour exposer les doléances du peuple français en colère aux autorités publiques quoiqu'on puisse penser d'elles car on ne saurait faire autrement pour la bonne et simple raison que notre pays est au bord d'une anarchie insurrectionnelle comme jamais vue depuis mai 1968, situation alimentée par des pompiers pyromanes au plus haut sommet de l'Etat.

Nous déplorons que ces comportements violents instrumentalisent la colère légitime des gilets jaunes et imposent une radicalité nihiliste aux violemment modérés que nous sommes et qui espèrent trouver une solution après avoir construit un rapport de force politique utile et raisonnable.

Nous rappelons, enfin, que les solutions concrètes au plus près des citoyens et de leurs urgences existent, non pas dans un bureau parisien lointain, mais ici même sur nos territoires auprès de la société civile de nos territoires avec le concours des élus locaux qui ont en charge le financement et la mise en oeuvre des solutions utiles pour répondre à la colère de nos concitoyens sur les trois revendications essentielles: le pouvoir d'achat, la justice fiscale et la mobilité quotidienne. Les conseils départementaux et régionaux se retrouvent en première ligne et doivent prendre le relais politique d'un Etat central parisien totalement défaillant jusque dans son absence consternante de maîtrise symbolique face à cette grande jacquerie fiscale en plein XXIe siècle.

Monsieur Macron, ce chef d'état qui n'a pas manqué de faire état de son vernis culturel a oublié l'évidence: le peuple français est un grand peuple politique qui n'est pas dupe des manipulations symboliques lorsque ces dernières visent à confondre la politique avec l'autocélébration (par exemple, lors des commémorations du 11 novembre 1918). Ou pire: quand l'actuel président de notre République refuse de voir le réel qu'il ne veut pas voir au moment où ce réel se transforme en Histoire.

Compte tenu de l'Histoire de France et de l'Histoire de la Normandie, la rédaction de l'Etoile de Normandie invite toutes les Normandes et tous les Normands qui nous lisent à prendre toutes leurs responsabilités civiques dans ce moment à nouveau très intense et grave dans l'Histoire de notre communauté nationale française.

La rédaction de l'Etoile de Normandie.

caNO_2558642_1

2827r

 


 L'Etoile de Normandie vous invite à lire l'appel des Gilets Jaunes "libres" dans l'édition du journal du dimanche daté de ce 2 décembre 2018:

https://www.lejdd.fr/Politique/exclusif-des-gilets-jaunes-lancent-un-appel-nous-voulons-etre-les-porte-parole-dune-colere-constructive-3811841

EXCLUSIF. Des Gilets jaunes lancent un appel :

 

"Nous voulons être les porte-parole d'une colère constructive"

 

23h30, le 1er décembre 2018

Un collectif de Gilets jaunes qui condamne "toutes les formes de violence" propose dans le JDD au gouvernement une "porte de sortie", en précisant une série de revendications.

Alors que Paris était samedi le théâtre de scènes de guérilla urbaine, à l'occasion de la troisième grande mobilisation des Gilets jaunes, un collectif interpelle le gouvernement pour trouver une issue à cette mobilisation. Dans les colonnes du JDD, les "porte-parole des Gilets jaunes libres", se qualifiant de "citoyens engagés qui constitue une représentation honnête de la France qui souffre et se sent délaissée", lancent un "appel à tous les citoyens qui ne souhaitent plus seulement approuver, encourager ou soutenir les Gilets jaunes libres, mais participer avec eux au mouvement engagé, d'en devenir les référents locaux et départementaux"

TEXTE DE L'APPEL:

"Les Gilets jaunes sont des millions, nul n'a le monopole de leur expression ni de leur représentation. Partout en France, les oubliés de la République et toutes les victimes d'un système devenu obsolète se mobilisent depuis plusieurs semaines pour faire valoir leur droit à vivre dignement et dans des conditions économiques décentes. Leur colère s'exprime partout où elle le peut : sur les réseaux sociaux, au bord des routes, dans la rue et dans les médias, régionaux et nationaux.

Au lendemain de l'ouverture infructueuse du Premier ministre à cette parole venue du peuple, soyons responsables et offrons au gouvernement une porte de sortie à la crise. Aujourd'hui, nous lançons un appel à tous les citoyens qui ne souhaitent plus seulement approuver, encourager ou soutenir les Gilets jaunes libres, mais participer avec eux au mouvement engagé, d'en devenir les référents locaux et départementaux. Loin de toute radicalisation et en accord avec les 80% de Français qui nous soutiennent, construisons un projet viable et crédible, dans l'intérêt de tous.

Nous estimons que le gouvernement ne doit pas répondre à la colère par l'orgueil d'une politique sans issue

Citoyens engagés et libres, nous participons depuis le début du mouvement à promouvoir des revendications sérieuses. Nous le faisons dans le respect des institutions de la ve République, de l'ordre public, des biens et des personnes. A ce titre, nous formons un groupe de citoyens engagés qui constitue une représentation honnête de la France qui souffre et se sent délaissée. Nous voulons être les porte-parole d'une colère constructive. C'est pourquoi nous tendons à présent la main au gouvernement, dans l'espoir qu'il entende nos demandes, qu'il accepte de modifier ses décisions fiscales et qu'il permette enfin à l'ensemble des citoyens d'être les acteurs de la politique menée dans notre pays, car la démocratie appartient au peuple.

Nous entendons que les propositions des Gilets jaunes sont mal comprises, certains disent "incohérentes". Nous voulons donc préciser nos revendications. Nous demandons l'ouverture d'états généraux de la fiscalité ; d'une conférence sociale nationale ; d'assises "territoires et mobilité" qui prendront la forme de débats régionaux ; l'organisation de référendums réguliers sur les grandes orientations sociales et sociétales du pays ; l'adoption du scrutin proportionnel pour les élections législatives, afin que la population soit mieux représentée au Parlement.

En outre, et de manière immédiate et sans condition, nous demandons le gel de la hausse des taxes sur les carburants et l'annulation de l'alourdissement du contrôle technique automobile. Soucieux du respect des institutions et du dialogue social, nous condamnons toutes les formes de violence. Mais nous estimons que le gouvernement ne doit pas répondre à la colère par l'orgueil d'une politique sans issue. Nous souhaitons donc un accord rapide afin que l'économie du pays puisse retrouver sa vigueur, avant la période des fêtes de fin d'année.

Nous nous tenons à la disposition du Premier ministre pour un premier rendez-vous."

Les porte-parole des Gilets jaunes libres (GiletsJaunesLibres) : 

Benjamin Cauchy (Occitanie), Jacline Mouraud (Bretagne), Cédric Guémy (Île-de-France), membres fondateurs ; Chantal Perrotin (Auvergne-Rhône-Alpes), Cédric Delaire (Hauts-de-France), David Tan (Pays de la Loire), Christophe Chalençon (Provence-Alpes-Côte d'Azur), Ghjuvan-Andria Culioli, David Roig (Un espoir pour la Corse), Damien Molin (Nouvelle-Aquitaine).