Dans sa dernière livraison, la Chronique de Normandie éditée par Bertrand TIERCE (n°562 daté du 10 décembre 2018) nous propose un excellent dossier au sujet du déploiement aussi peu médiatique qu'efficace d'une nouvelle carte (pour ne pas dire "réseau") des politiques publiques au niveau régional...

On s'en réjouira par principe: "l'universelle araigne" n'est plus redoutablement tapie au fond d'un palais parisien pour tisser, depuis des bureaux lointains, une toile égale sur l'ensemble d'un territoire national qui, par nature, ne l'est pas. Le jacobinisme de l'aménagement du territoire n'est plus, faute de moyens et d'idées.

De la glorieuse enseigne "DATAR" (pour: Direction à l'Aménagement du Territoire et à l'Action Régionale) seule la dernière partie reste illuminée car les régions prennent le relais et ce relais est d'autant plus efficace et pertinent qu'il se fait dans le cadre d'une région à taille humaine clairement identifiée par ses habitants par l'histoire et la géographie et lorsque les élus locaux tout comme les citoyens de la société civile  sont invités à co-construire non pas une politique technocratiquement froide mais une solidarité contractuelle avec le conseil régional au profit de projets concrets...

Saupoudrage et gaspillage diront ceux qui ont une viscère à la place du coeur. Investissements dans l'avenir et les projets des gens là où ils habitent et travaillent pourrait-on leur rétorquer:

Hervé Morin a fait le pari de couvrir l'ensemble du territoire normand, à l'échelle intercommunale, par une contractualisation de finances et de projets à l'instar de ce qui avait déjà été expérimenté avec le "276" dans la ci-devant région de Haute-Normandie de 2005 à 2015.

62 des 72 intercommunalités normandes (EPCI) vont pouvoir bénéficier de la solidarité financière régionale qui pavoise aux deux léopards d'or d'ici juin 2019: à n'en pas douter, ce succès sera à mettre au crédit du bilan normand d'Hervé Morin même s'il aura fallu, dans certains cas, accepter certains compromis par rapport aux grandes orientations d'intérêt régional fixées dans le SRADDET (Schéma Régional d'Aménagement, de Développement Durable et d'Egalité des Territoires... Sic!): on pensera, par exemple, à la question de l'artificialisation des terres agricoles qu'il va bien falloir finir par stopper!

Hormis ce bémol, il faut donc se réjouir que la solidarité normande ne soit plus un vain mot dans une région où l'on continue de colporter le vieux cliché de la radinerie du Normand méfiant et individualiste.

De toute façon, on ne peut plus faire autrement: l'Etat central se retire de fait de sa mission régalienne de l'aménagement du territoire (quid des contrats de plan?), la solidarité normande y supplée car on n'est jamais aussi bien servi que par soi-même et il est très probable que cette contractualisation normande sera plus efficace que celle de l'Etat...

Encore un bémol: les citoyens et habitants de Normandie, notamment ceux qui ont récemment enfilé un gilet jaune pour manifester une grande et sainte colère contre l'Etat central quitte à jeter aux ordures tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à un pouvoir institutionnel, ne savent pas ce que la région Normandie s'apprête à faire pour eux ou ce qu'elle fait déjà: pour une fois que l'on peut parler positivement de quelque chose de collectif !

Il y a donc un gigantesque chantier de pédagogie à faire voire, de coopération à construire avec les Normands pour que l'avenir financé par la région Normandie soit connu, reconnu et approprié par les Normands: il faut expérimenter en Normandie, la région "à visage humain" la maîtrise d'usage démocratique pour conduire les projets.

C'est essentiel!

Car si les Normands se connaissaient davantage et connaissaient mieux leur région et tous ses potentiels ils seraient enfin pleinement heureux et fiers de vivre ici!

drapeaux-normands-sur-le-pont-de-normandie-10-mai-2014_4896143

contrats ch ndie 1

contrats ch ndie 2

contrats ch ndie 4

contrats ch ndie 5

 

Qui a dit que la région Normandie présidée par Hervé Morin avait l'intention de sacrifier la métropole de Rouen au profit de Caen sa ville siège? Les chiffres donnés ci-dessous par la Chronique de Normandie (N°562, suite) permettront de tordre définitivement le cou à cette rumeur complotiste!

Allons plus loin!

2479815-3484294

Vu l'engagement financier volontariste d'Hervé Morin et de la région Normandie pour soutenir les projets des trois grandes agglomérations normandes (Caen, Rouen et Le Havre) on trouvera plutôt CONSTERNANT que les maires et présidents des communautés urbaines et métropole concernés restent INCAPABLES de se concerter régulièrement ensemble pour mettre en route un MOTEUR METROPOLITAIN NORMAND toujours froid!

DOMMAGE!

contrats ch ndie 3

Jean-Léonce Dupont dans le Calvados: le "boulet" départementaliste?

Figurine-Lucky-Luke-Jack-Dalton-Boulet-Marie-Leblon

Mais pourquoi donc s'enfermer dans l'institution départementale?

(Chronique de Normandie, n°562 suite...)

contrats ch ndie 6

Et pendant ce temps-là, du côté de la France...

(source: Lettre Eco Normandie datée du 7 décembre 2018)

CPER on s'en fout

InaEdu05011