Une langue qui continue de chanter dans la langue des poètes est la preuve irréfutable qu'une langue n'est pas morte.

La parution d'un recueil de poèmes, quelle que soit la langue, est toujours un enchantement et cela l'est plus encore lorsqu'il s'agit de la langue qui vous chante au coeur: la langue normande chante encore... Voilà qui sera pour nous comme pour tous les vrais amoureux de la Normandie, la plus belle nouvelle enchantée en cette fin d'année 2018 bien sombre!

Un événement donc...

Louis Lefèvre, poète normand de ce clos du Cotentin ouvert à tous les vents inspirés vient de nous faire paraître aux éditions Magène ses "Triquevâoderies", ses poèmes vagabonds qui vont se promener au plus profond de l'âme du lecteur: une merveille!

Message de Michel Nicolle, des "Amis du Donjon" (Bricquebec) au poète:

Salut Louis,

    Félicitations pour ton dernier ouvrage!

   J'apprécie beaucoup car il est écrit dans une langue  qui " coule de source", parait simple (alors qu'elle ne l'est pas) et qui peut être comprise par tous ce qui est capital.  En fait, on a l'impression, quand on te lit, que tu nous parles (ça c'est très important).

Quant aux thèmes, on sent l'écorché vif, le rapport de l'homme à la nature, le doute et, en définitive, la confirmation que chacun, face à lui même, est confronté à sa vérité.

   Les thèmes et le positionnement me font penser à Côtis-Capel... Rien que cela !

   Chez lui non pas la révolte mais sa cousine sublimée l'indignation permanente, rapport de l'homme à la nature, un peu de deuil (lui de son travail, toi de tes rêves), lui parle un peu plus de mort, pour la solution finale il nous renvoie à Dieu. Toi, face au désenchantement, à la nature et à la poésie.

 

couv Louisot L'Fève Triquevâoderies Vagabondages

Compte-rendu dans la presse locale:

18 12 14 Presse Manche Langue chante livre Louisot L'Fève Triquevâoderies

Triquevâoderies, vagabondages...

Louisot L’Fève, Triquevâoderies, Éditions Magène, décembe dé 2018

 

Elsa é meurt

 

Sa caouette n’est pus lao,

O m’arcounaît pao,

Elsa, ol est partie

Devers eune âote vie.

Eune vie ryin qu’en oumblli

Yoù qué l’jou se fait nyit,

Lao yoù qu’touot est souoffraunche

Sus-z-eun quemin d’erraunche.

Quaund, par coups, sen gingin

La remet sus l’quemin,

O rabeuque dauns l’vuus temps

Qui n’cesse de foute le caump

Et la laisse innochente,

Hâot-pllen dégoulinaunte

De gens, de sœus, de frés

Sortis du found des més,

D’eune mémouère à vrelâos

Et qui n’arvyira pao.

Men Elsa est partie

Devers eune âote vie,

Eune vie yoù qu’sa quercache

Bag’nâode et pyis se trache,

Perdeue dauns les uus blleus

D’eun mounde sauns achteu,

Escofiaé, sauns deman,

Eune sorte de calme-bllaunc

Yoù qu’sa cabèche se nie

Pouor touot entribouolli

Jusqué cha qué pus ryin

N’y artroue sa câoch’chie.

 

Elsa à petites marches,

Elsa tréjous se trache.

Si vo la caressaez,

Ou si vo l’appiotaez,

Madeleine ch’est sen noum

Et mei, j’syis sen garçoun.

 

 

Vagabondages

Page 60

 

Elsa-elle-meurt

 

Sa tête n’est plus là,

Ne me reconnaît pas,

Elsa, elle est partie

Vers une toute autre vie.

Une vie en oubli

Où le jour devient nuit,

Là où tout est souffrance

Sur un chemin d’errance.

Quand un rai de lumière

La ramène sur terre

Elle plonge en souvenirs

Qui ne cessent de fuir,

La laissant pantelante,

Quasi dégoulinante

De parents et de frères

Sortis de l’éphémère

D’une mémoire qui s’en va

Et ne reviendra pas.

Car Elsa est partie

Vers une toute autre vie.

Une vie où son corps

Erre sans attache au port,

Perdu dans le néant

D’un monde sans présent,

Trépassé, sans futur,

Une sorte de mur

Où la tête s’est cognée

Pour sa pensée troubler

Jusqu’à ce que plus rien

N’y retrouve son chemin.

 

Elsa, à petits pas,

Elsa, elle s’en va.

Si vous la rencontrez,

Si vous la soutenez,

Elle s’appelle Madeleine,

Dites-lui bien que je l’aime.

 

Louisot L’Fève, Triquevâoderies, Éditions Magène, décembe dé 2018, p. 132

 

Mad’lone

 

S’n ardouèse s’est effachie,

Ya pus ryin à trachi,

Et ya pus ryin à veî

À mens qué quiques idaées (1).

 

De souov’nins o ’n a pus,

Ses uus n’ daunch’rount pus

Coume quaund o débitait

Ses prêch’ries de patoués.

 

La v’lao là achânaée (2),

Minsère pllen sa dossaée (3).

O guette mais ne veit paé,

Écoute et n’entrave paé (4)

Radote suus touot et ryin

Mais no n’y coumprend ryin.

Ch’est le graund trumutus (5)

Et ch’est byin du câtu (6)

Pouor suure ses digoués’ries (7)

Et touotes ses rapsâod’dies (8).

Si yavait qu’cha encou,

Cha pourrait l’faire par couops

Mais l’reste est à l’av’naunt

Cha horze (9) dauns touos les sens.

I fâorait yête à dyis

Oumpraès d’lyi jouos et nyits

Mais ch’est byin louen d’touot cha,

- Si taunt qu’ch’est coume chenna -

Qu’ la lumyire s’est éteinte

Et qu’Mad’lone est défunte.

  

Qui qu’i dit :

(1)  idaées : souvenirs vagues ; (2) avachie ; (3) dossaée : charge portée sur le dos ; (4) : n’entrave paé : ne comprend pas ; (5) trumutus : remue-ménage ; (6) câtu : tracas ; (7) digoués’ries : racontars inintéressants ; (8) rap’sâod’dies : propos sans queue ni tête ; (9) : horze : part.

Chôlage

Bouts-d’tchu  goules d’aunges ou d’frélaumpyis

À veue d’naez yordes, és g’veus grâillis.

Ch’est coume cha qu’i vyinnent à la vie,

Eune vie à vive sauns eun brin d’vie.

 

Pyids dauns la boe des caumpements

Amariaés souos la rose des vents,

Les gouspins brâlent en écoutaunt

Les jouées et chaunts des fouées des caumps.

 

« Agrippeus d’poules, escoffieus d’gens »,

Ch’est coume cha qu’no veit les Gitauns.

Il ount quasiment pus d’roulottes

Mais lus vie, lyi, tréjous dénote.

 

Quaund la marmâle éra graundi,

À sen touo o va marchâilli

Féchoun Manouche ou rabouneus

D’aveu les qu’mins oû found du quœu.

 

Si lus braunloures ardévyinent trisses

Ch’est pouor lus « Byin l’boujou » d’artisses,

Les « À vo r’veî » à touos les leus

Qu’il enfroum’rount byin dauns lus quœus.

 

Mocha vount, vyinnent les Gitauns,

Agrippeus d’poules nerguaunt le temps.

I s’engardent encou quiques roulottes

Pouor qué lus vies tréjous dénotent.

 

Errance

 

Gamins gueules d’anges ou de voyous

Paraissant sales et cheveux fous :

C’est ainsi qu’ils naissent à la vie,

Une vie à vivre sans vie.

 

Pieds dans la boue de campements,

Installés sous la rose des vents,

Les petits piaillent en écoutant

Les joies et chants des feux de camp.

 

« Voleurs de poules, tueurs de gens »

C’est ainsi qu’on parle des Gitans.

Ils n’ont presque plus de roulottes

Mais leur vie, elle, toujours cahote.

 

Quand les loupiots deviennent grands

À leur tour ils se font errants :

Comédiens, manouches ou ramoneurs

Avec la route au fond du cœur.

 

Si leurs musiques se font tristes

C’est pour leurs « Saluts » d’artistes,

Les « Au-revoir » à tous les leurs

Qu’ils enfermeront dans leurs cœurs.

 

Ainsi vont, viennent les Gitans,

Voleurs de poules défiant le temps.

Ils ont gardé quelques roulottes

Pour que leurs vies toujours cahotent.

 

Louisot L’Fève, Triquevâoderies, Éditions Magène, décembe dé 2018, p. 48-51