Le 19 janvier 2019 sera la grande journée qui va permettre la reconnaissance institutionnelle et officielle de la langue régionale normande: nos amis de la FALE (Fédération des Association pour la Langue Normande) bénéficient enfin de l'écoute institutionnelle de la région pour qu'une politique publique d'envergure soit mise en oeuvre pour sauver la langue normande en tant que patrimoine immatériel essentiel à l'identité normande.

D'ici là, on vous signale la parution chaque semaine dans les pages de l'Eveil de Pont-Audemer d'une chronique à la fois amusante et instructive sur la langue normande proposée par Gilles Mauger. On vous donne à lire la dernière parue...

12540882_1229603920402577_5408137884964579336_n

Les principaux animateurs de la FALE (Fédération des Association pour la Langue Normande)

https://www.facebook.com/groups/languenormande/permalink/2214716342127859/

J’AIME A REVOIR MA NORMANDIE chronique hebdomadaire de l'Eveil de Pont-Audemer par Gilles Mauger.

  • COMME DISAIT MA GRAND MERE

Caréchant couomme eune bourrée d’épeines. Se dit de quelqu’un de déplaisant, désagréable voire agressif.

  • VOCABULAIRE NORMAND

Nantissement a pour origine scandinave nam qui signifie : garantie, prise de possession.

  • DO YOU SPEAK NORMAN ?

Yes you do but you don’t know it. Absence vient bien sûr du Normand absence.

  • EUNE TITE HISTOUERE

Une vie de chien

A s’nommait Bichette. Nos, z’éfants, no l’avernommait Bibiche. Ch’était eune caniche marron touote touortillée couomme eul coupé d’eun épagneul eud Pont-Audemer. D’alieurs all avait la méime goule de guignol.
Ch’était la quienne à m’n onc et à l’ante. All était douche et jatille sauf quanqu’all avait des quiénots. Si queuqu’un appréchait trop ras d’eus a f’sait montrer ches croquettes. Y avait qu’nos, z’éfants qui povions apprécher et méime biter les tits quiens. Mais i fallait qu’a nos renafle pis qu’a nos lèque les deigts et seument amprès no povait biter ches quiénots. Mais durant touot çu temps-là, a ne décessait pin de lourer. No était pin trop apaisé.
No y en a ti fai durer à çu paure quienne. No li patrouillait les oeilles, les pattes, la coue. Bié seur no a volu la duire et li fai fai des tous : « Bibiche baille la papatte. Nan ! L’aote, drié ». Et pis les files li faisaient des coueffeures, li mettait des liettes euddans les pouels ou su la coue. A disait janmais ryen. Quanqu’no l’élugeait trop, a s’déculait pis a s’n allait alieurs. No li avait apprins eun tou dont no était très glorieu. No li avait apprins à rire. No li disait : « ris Bibiche » et all artroussait les babeines et a f’sait veir ches croquettes. No était écalé de rire.
Est alle qu’a apprins à marcher à man cousin et à ma couseine. Quanqu’i z’ont eu l’âge, i se mâtaient en s’ahoquant à ches pouels ou z’oeilles. Eune feis passé le temps « castel baloquant » et qu’i z’avaient prins de l’assuranche, all avanchait touot douchement, pas par pas et ils faisaient ainchin leus permiers pas. Amprès, all a bié seur servi de qu’va à d’intrépides caveliers. All aïmait pin trop cha et la fougueuse monture restait sovent étale et deigne en seigne de récri.
A vivait cha vie d’quien. Tertous les matins a faisait san renchant. All faisait le tou du triage. A veiseitait treis ou quate perchonnes qui la connaichaient byin. All durait eudvant leu huis et abeyait jusqu’à tandis qu’no li ovre et qu’no li baille des carèches et eune tite friolise à maquer. Ceci fait all ratrait à la maisonne, cha tornée matinale définie. I faot dire itou que, dans çu temps-là, y avait peu d’veitures dans les rues et que les quiens povaient fai l’tou eud Peut Eud’mé chans s’fai éberdouiller.
Quanqu’mes cousins, couseines rhatirent et allèrent à l’escole méternelle. Et byin, all les cachait, aveu la servante, jusqu’à l’escole. All avait audienche, j’vos garantis. Tertous les pétiots la connaichaient et volaient la carécher ou li bailler eune tite friolise. Pis quanque z’éfants allèrent à l’escole touot seus, all les acconduisait terjou et se ranichait touote seule. Mais le pusse ardouillant ch’est que, à quart mens de midi et à quart passé de quatre heu de releveye, all se mâtait et allait tracher z’éfants à l’escole, touote seule. Rendue ilà-bas, all les écoutait acculée devant l’huis de l’escole. Comment ch’est i qu’a f’sait pou pin se tromper d’heu. All avait pin d’coue d’vaque à essourdre, alle. Cha nos ébluait.
No a bié seur tertous pieuré quanqu’a nos a quittés pou san darnier renchant. No l’a entaupinée euddans l’gardin aveu deusses os, eun de chécun des côtés, qu’ris à la galope cheu l’bouocher, pou san viage.


Qui qu’i dit ? (Lexique):

Touortillée : frisée ; Coupé : toupet ; Guignol : clown ; Ante : tante ; Quiénots : chiots ; Croquettes : dents ; Biter : toucher ; Renafler : renifler ; Léquer les deigts: lécher les doigts ; Lourer : gémir ; Apaisé : rassuré ; Durer : endurer ; Patrouiller : tripoter ; Duire : dresser ; Bailler : donner ; Liettes : rubans ; Eluger : fatiguer ; Déculer : lever ; Glorieu : fier ; Babeines : babines ; Ecalé de rire : éclaté de rire ; Mâter : dresser ; S’ahoquer : s’accrocher ; Castel baloquant : château branlant ; Qu’va : cheval ; Etale : immobile ; Deigne : digne ; récri : protestation ; Renchant : tour du propriétaire ; Triage : quartier ; Abeyer : aboyer ; Friolise : friandise ; Eberdouiller : écrabouiller ; Rhatir : grandir ; Cacher : conduire ; Servante : bonne ; Audienche : du succès ; Ardouillant : stupéfiant ; Quart mens de midi : midi moins le quart ; Quart passé de quatre heure de releveye : quatre heure et quart de l’après-midi ; Tracher : chercher ; Ecouter acculée : attendre sur son cul ; Essourdre : soulever ; Ebluer : estomaquer ; Entaupinée : enterrée ; Qu’rir : aller chercher ;