BILLET DE FLORESTAN

En ce jour de Nouvel an 2019, nous poursuivons notre liste de voeux de plus ou moins long terme (car l'espoir fait vivre) pour l'avenir de la Normandie avec ce voeu N°4 essentiel: l'avion normand a vu sa carlingue réparée, réunifiée et dotée, à nouveau de ses deux ailes. Dans la cabine il y a même un pilote qui s'active. Les plans de vols sont établis: les objectifs sont même ambitieux puisque la Normandie est une compagnie aérienne prestigieuse connue dans le Monde entier. Mais, l'avion normand, qui est un tri-réacteur, est toujours sur le tarmac entre Paris et la Mer car les trois réacteurs de la Normande, Caen, Rouen et Le Havre ne fonctionnent pas suffisamment et de façon suffisamment coordonnée pour permettre à l'avion normand de décoller.

Voici quelques éléments de la check-list à réviser qui provoque cette panne moteur prolongée hélas alors que l'avion normand est sorti du hangar depuis 2016:

1) Aucune réunion au sommet type G3 entre Joël Bruneau (Caen), Luc Lemonnier (Le Havre) et Frédéric Sanchez (Rouen)

2) Plus aucun cadre institutionnel pour organiser dans le temps avec les moyens devant aller avec une stratégie métropolitaine normande au niveau pertinent depuis la suppression en 2009 par Antoine Rufenacht, alors député-maire du Havre, de l'association du pôle métropolitain normand créée en 1993.

3) Pas de pôle métropolitain commun aux trois grandes agglomérations normandes mais trois petits pôles rayonnant à ce point faiblement depuis Caen, Rouen ou Le Havre qu'on en entend absolument plus parler!

4) Conséquence: malgré un pôle métropolitain havrais qui tente d'enjamber la Seine, en dépit de l'opposition ridiculement localiste du maire de Honfleur, l'estuaire de la Seine qui devrait être au coeur de l'avenir d'un réseau métropolitain normand tourné vers l'économie maritime, reste un angle mort...

5) Autre conséquence: il n'y a pas d'agence d'urbanisme commune aux trois grandes agglomérations normandes alors que l'objectif sinon l'ambition serait que les trois grandes villes normandes organisent et co-gèrent le pilotage du développement d'un AXE SEINE NORMAND D'INTERET NATIONAL puisque l'Etat central jacobino-parisien demeure incapable de le mettre en branle entre deux beaux discours d'un ancien préfet de la Saône-et-Loire.

vol-stationnaire-au-dessus-de-michel-druckair,M35328

6) CONCLUSION: c'est le pilote de l'avion, le seul qui veut vraiment s'envoyer en l'air avec la Normandie, un certain Hervé Morin qui fait tout à bord ou presque et qui supplée tant qu'il le peut à tout. Par exemple, en construisant une solidarité de finances et de projets entre la région Normandie et l'ensemble des intercommunalités normandes à commencer par les trois plus grandes grandes, Caen, Rouen et Le Havre puisque le tri-réacteur normand (d'une conception visiblement trop complexe pour ceux  qui en ont l'usage) ne fonctionne toujours pas! Ou encore en mettant progressivement en place les grands outils institutionnels pour mettre en oeuvre un développement normand de l'Axe Seine.

Ci-après, pour celles et ceux qui sont encore intéressés par la mécanique et l'ingénierie normandes, on vous remontre le plan de montage de LA métropole normande en réseau, la TRIPOLITAINE NORMANDE CAEN, ROUEN, LE HAVRE... proposé depuis 2010 par le collectif des géographes universitaires normands:

396jKM_mmeqUMUQ8YG64xNNVvlY