Moins cocasse: Paris-Normandie change le titre de son article qui est, désormais, celui-ci:

Le patois normand en danger, la Région Normandie décide de lancer un vaste plan de sauvegarde

La Région Normandie a annoncé samedi 19 janvier 2019 le lancement d’un vaste plan de sauvegarde de la la langue normande. Un plan qui délie les langues de l’opposition socialiste à la Région.

PUBLIÉ LE 20/01/2019 À 16:45

MIS À JOUR LE 21/01/2019 À 08:24

https://www.paris-normandie.fr/actualites/politique/le-patois-normand-en-danger-la-region-normandie-decide-de-lancer-un-vaste-plan-de-sauvegarde-HJ14480124

La Région Normandie a annoncé samedi 19 janvier 2019 le lancement d’un vaste plan de sauvegarde de la la langue normande. Un plan qui délie les langues de l’opposition socialiste à la Région.

Devant plus de 150 acteurs institutionnels, associatifs et éducatifs réunis samedi 19 janvier à l’Abbaye-aux-Dames à Caen pour un colloque sur le « Parler normand », organisé par la Région avec le concours de la Fédération des Associations pour la Langue Normande (La FALE), en présence de Jonathan Le Tocq, Député et Ministre des Affaires Etrangères de Guernesey, Hervé Morin, Président de la Région Normandie, a annoncé la mise en œuvre d’un plan d’actions régional pour la sauvegarde et la valorisation de ce patrimoine immatériel normand.

« On dit que la langue normande est moribonde. Quand on connait la multitude des initiatives, on voit qu’il y a encore beaucoup de vitalité. On a en Normandie un héritage culturel important et il appartient à la Région de lui donner un nouvel élan. J’aimerais notamment que le normand soit réintroduit dans les écoles primaires, qu’il y ait une option normand dans les collèges, les lycées et je le proposerai au rectorat. C’est un plan ambitieux et il nous faudra beaucoup d’énergie, de passion et du collectif pour y arriver » a déclaré Hervé Morin.

« Les îles anglo-normandes ayant fait partie du duché de Normandie jusqu’en 1204, elles ont hérité des traditions, des coutumes et bien sûr de la langue. Etre présent aujourd’hui pendant ce colloque pour valoriser et promouvoir la langue normande était une évidence. Nous agissons avec fierté aux côtés de nos « cousins » normands pour mettre en valeur notre patrimoine commun » déclare Jonathan Le Tocq, Député et Ministre des Affaires Etrangères de Guernesey.

Le normand est parlé aujourd’hui par 30 000 personnes du Pays de Caux aux îles anglo-normandes. C’est une des principales langues d’oïl, classée parmi les langues « sérieusement en danger » par l’UNESCO.

La langue normande se scinde entre différents parlers. Des variations lexicales peuvent apparaitre à très peu de kilomètres de distance. On peut au moins distinguer le cotentinais (Cotentin), le brayon (pays de Bray : Seine Maritime et Oise), le cauchois (pays de Caux), le nord-cauchois, le Roumois et l’augeron (dans le pays d’Auge), aujourd’hui quasiment disparu.

Pour la première fois en Normandie, la Région a décidé de mettre en place une stratégie pour la sauvegarde et la valorisation du « Parler normand ». Ce nouveau plan d’actions se déclinera autour de 3 principaux axes :

1 - Sauvegarder la langue normande : La réalisation d’une enquête sociolinguistique sur la pratique du normand; Un recensement de tous les ouvrages sur le « Parler normand »; la création d’un atlas linguistique sonore; le financement d’un programme de recherche autour de ces questions; la création d’une académie de la langue normande comme autorité morale qui permettra de décliner les politiques et axes de préservation sur ce sujet

2 - Valoriser et développer le « Parler normand» : en lien avec le Rectorat et les collectivités locales, la Région va étudier l’opportunité de proposer des cours d’option aux jeunes; la Région encouragera le développement en lien avec les associations, des cafés normands, temps de rencontres sur les territoires

3 - Communiquer auprès du grand public : des stands gratuits sont mis à disposition des structures normandes ayant une activité dans le domaine du patrimoine immatériel durant le Festival de l’excellence Normande, « La Normandie Phénoménale », qui aura lieu du 12 au 14 avril 2019 au parc des expositions de Caen; la Région se propose d’accompagner l’installation de panneaux signalétiques en normand à l’entrée et à la sortie des communes

L’opposition crie à la dépense inutile

« Ce plan prévoit notamment que « des panneaux signalétiques en normand devraient aussi être installés à l’entrée et à la sortie des communes », écrit dimanche 20 janvier Nicolas Mayer-Rossignol. Si je comprends et partage l’intérêt de préserver et valoriser le patrimoine de notre région, je ne suis pas sûr que la priorité soit de dépenser de l’argent public pour financer des panneaux signalétiques en normand... Combien tout cela va-t-il encore coûter au contribuable?», président du Groupe des élus régionaux ‘Socialistes, Radicaux et Citoyens’ de Normandie. « Il me semble qu’en cette période, alors que des Normands dorment dans la rue et que nombre de familles n’arrivent pas à joindre les deux bouts, la collectivité régionale devrait plutôt se focaliser sur le pouvoir d’achat de nos concitoyens. Nous avons pour notre part fait plusieurs propositions concrètes: transports gratuits pour les demandeurs d’emploi, financement du permis de conduire pour les jeunes les plus modestes, pass santé car aujourd’hui beaucoup de Normands renoncent à se soigner faute de moyens; ’cout zéro’ des transports scolaires pour les familles, COP21 normande... Nous avons aussi proposé que la Région prenne des mesures d’urgence exceptionnelles pour les commerçants et artisans de Rouen, Caen, Le Havre, qui subissent de lourds préjudices depuis dix semaines maintenant. Tout cela me semble autrement prioritaire. La Région devrait être au service des Normands plutôt que de faire de la comm’, fut-elle normande.»


 

Commentaire de Florestan:

L'Etoile de Normandie a des archives... Et il semble que le rossignol soit tombé dans le panneau!

C'était le 18 juin 2015, à Pont-Audemer...

104870607_o

http://normandie.canalblog.com/archives/2015/06/21/32247310.html


 

Sur sa page Facebook Laurent Beauvais en rajoute une couche et c'est bien dommage de la part de celui qui, à gauche, avait combattu pour obtenir la réunification de la Normandie:

https://www.facebook.com/laurent.beauvais.1884?__tn__=%2CdC-R-R&eid=ARAnnErCG914wPwCCE2t_XDBqrUrUyFtvYxjW-OnvqdjjBiG64mzg1fm2aRVHlpriNBpTjRM9eZmAP2u&hc_ref=ARRZRexaxFXcBFgxDzqpzAHlGqw3409sLW1v-4MIHftN-Z54aCZ2Sck7En3RxWCXOis&fref=nf

Laurent Beauvais: "Voila surtout à quoi la Normandie ne doit pas servir ! Singer la Bretagne et perdre le fil de l’urgence et de l’essentiel."

Ma réponse à Laurent Beauvais:

Laurent je suis déçu!

Et plus encore à lire les posts suite à ton message... Faut-il en conclure qu'il y a désormais deux "point" Godwin dans un débat? Adolf Hitler et... l'identité normande?

"Tout ce qui est excessif est insignifiant" disait Talleyrand et il faudrait, enfin, que la question régionale soit pleinement réappropriée par la gauche notamment normande: quant à moi, celui qui m'a aidé à penser la question régionale normande à une époque où tout le monde ou presque à gauche s'en foutait, bien avant la réunification (hommage, en passant, à François Hollande) c'est Michel Rocard qui souhaitait dès 1966 l'affirmation d'une souveraineté sociale, économique et culturelle des régions avec son manifeste "il faut décoloniser les provinces".

Il y a quelque chose que je ne comprends pas: pourquoi c'est bien de parler d'identité ou de langue régionale en Bretagne et pourquoi ce n'est plus bien d'en parler en Normandie?

Les censeurs trop occupés à dire ce qui est bien ou mal pour autrui prennent rarement le temps de nous expliquer pourquoi. Il est vrai que lorsqu'on est sûr de savoir ce que l'on dit ou pense ce n'est plus la peine de prendre le temps de l'expliquer... Alors tentons une explication de cet étrange paradoxe: en Bretagne, idéologiquement, le régionalisme est né à l'extrême droite au point de collaborer en partie avec les Nazis pendant la Seconde Guerre Mondiale avant de renaître... à gauche dans les années 1960 après une longue période de purgatoire.

En Normandie, alors que nous avons une région apaisée, évidente, tranquille , réunifiée avec le seul cas de coïncidence entre la région et la province, alors qu'il n'y a JAMAIS eu de séparatisme identitaire normand, chez certains qui, ici, se disent de gauche, l'idée régionale normande reste cataloguée à l'extrême droite sous prétexte d'un patronage, il y a quarante ans, du principal mouvement régionaliste par le douteux très douteux Jean Mabire!

Certains ici veulent donc pratiquer la reductio ad Mabirum comme d'autre pratiquent la reductio ad Le Penum ou ad Hitlerum et tant pis si François Mitterrand a été décoré d'une francisque par le maréchal Pétain à Vichy! Arrêtons avec les anathèmes: c'est avec cette bien pensance insupportable qu'une certaine gauche a perdu le contact avec le réel.

Tous les régionalistes normands ne sont pas au Mouvement Normand et tous les membres du Mouvement Normand ne sont pas d'extrême droite.

Moi je suis Normand, régionaliste normand et de gauche! Si si! c'est possible et je me sens très bien et je n'ai pas l'intention d'aller dans un camp de rééducation pour me faire soigner!

Enfin, parlons sérieusement du sujet de la langue normande pour te répondre, Laurent. Si tu avais eu la curiosité intellectuelle d'assiter au très intéressant colloque du 19 janvier 2019 à l'abbaye-aux-dames sur LES parlers normands, tu aurais constaté que le projet, justement, ne consiste SURTOUT PAS à singer le modèle breton comme tu le dis mais, au contraire, de tenir compte de la varité dialectale et lexicale des parlers normands et d'éviter un "normand chimique" identitaire comme fut pratiqué un breton artificiel dans les écoles Diwan des années 1970.

Le vrai objectif de cette nouvelle politique régionale en faveur de la langue normande est le suivant: à l'heure de l'uniformisation dans la mondialisation et le "baragouin" globish, c'est de permettre aux petits-enfants de communiquer dans le patois de leurs grands-parents avant qu'il ne soit trop tard! C'est une idée que je trouve très généreuse, très sociale que celle de sauver une transmission culturelle populaire: sur ce coup-là, désolé de te le dire mais Hervé Morin est plus à gauche que toi!