Dans les éditions normandes de Ouest-France datées du samedi 19 janvier 2019, jour de ce colloque mémorable et historique tenu à Caen en l'abbaye-aux-dames, au sujet de l'avenir à donner à un patrimoine linguistique normand en danger, il n'y avait rien à glaner dans les pages du grand quotidien ligéro-breton alors qu'on trouvait dans les éditions du 17 janvier 2019 de Paris-Normandie,  dernier quotidien régional normand indépendant, un papier annonçant le colloque avec un entretien avec Stéphane Lainé dialectologue de l'université de Caen.

Mais il y a pire: la mesquinerie de la direction rennaise de ce quotidien régional dont la diffusion massive est largement subventionnée par nos impôts, qui foule au pied de façon systématique ou presque dès qu'elle se présente, toute tentative d'affirmation d'identité régionale normande sous prétexte inconscient que l'identité bretonne est la seule identité régionale légitime non pas à l'Ouest du Couesnon mais à l'Ouest de la Seine, est allée au bout d'elle-même dans l'édition du 21 janvier 2019:

Un médiocre articulet sur la "langue normande" publié dans la rubrique "la Normandie en bref", c'est-à-dire la rubrique des chiens écrasés...

C'est à ce point minable que nous ne publirons pas ici cette nullité!

La rédaction de Ouest-France n'est même pas capable de recopier ce que, d'ordinaire, les rédactions de journaux font soit par paresse intellectuelle, soit par manque de temps:

Recopier le communiqué de presse officiel du conseil régional de Normandie au sujet de la langue normande.

Ce service minimum a été fait par la rédaction de Paris-Normandie au début de cette semaine (voir ici même un billet précédent).

Pour une fois, il faut compter sur la presse nationale parisienne, en  l'occurence l'édition de ce 23 janvier 2019 du Parisien- Aujourd'hui pour être correctement informé de l'événement qui s'est déroulé le samedi précédent à Caen, en l'abbaye-aux-dames et qui restera dans l'histoire contemporaine de la Normandie:

IMG_2018

 


 

Commentaire de Florestan:

Boycottons... Ouest-Rance!

Oui, oui je sais! le slogan est... rance. Mais je ne vois plus quoi dire d'autre tant ce sujet épuisé est épuisant.

Ouest-France est une vieille outre usée: le vin nouveau normand n'a rien à y faire au risque de prendre un mauvais goût et de tourner vinaigre!