Comme chaque jeudi de la semaine, l'hebdomadaire l'Eveil de Pont-Audemer publie l'excellente chronique en langue/partois de Normandie proposée par Gilles Mauger. Dernière publication disponible, celle du jeudi 24 janvier 2019:

J’AIME A REVOIR MA NORMANDIE Chronique de Gilles Mauger dans l'Eveil de Pont Audemer.

COMME DISAIT MA GRAND MERE

Gras couomme eune loque. Gras comme une loche, poisson aimant reposer sur le fond et qui, de ce fait, a la forme d’une poire quand on le voit de face.

VOCABULAIRE NORMAND
Flaneter, bavarder, cancaner. Origine scandinave flana s’agiter inutilement.

DO YOU SPEAK NORMAN ? Yes you do but you don’t know it.
To abound, abonder, of course.

EUNE TITE HISTOUERE

Service public

grand-bourgtheroulde-594248-0@1x


_Boujou Maîte Jean, cha va ti bié anhuit ?
_ Pin pus mal, man Nono. T’as vu ? Eul président d’la répeubleique qu’a vindu cheu n’s aotes. Les bouonnes gens de Boutroude, i vont s’prende pou des vaques att’lées, à la partie d’à c’t’heu. Pas ? Su qu’i y a de byin, ch’est qu’hié, i z’ont eu l’gaz.
_ Ah bouon ! Vos êtes seur ? Couomment ch’est i qu’i z’ont fait pou gencer touot cha auchi vite ?
_ Meuh nan ! I z’ont eu l’gaz lacrymogène.
_ Ah oui ! Cha y est, j’sieus su l’peichon. Le gaz, « alle crie Magène ». All est très bouonne c’t’elle-là. Fadra qu’j’la conte à la patrone.
Dites ! J’arviens d’la perchèption. J’sieus allé au sarviche du cadastre pou m’fai fai eun r’déjuqué castral.
_ Cha dei tête eun arlevé cadastral que tu veus di.
_ Est touot dreit cha. Vos avez d’jà lui la définition d’l’histouère ? Nan ? Bon je ratre euddans l’sarviche.
_ T’as pin fait trop d’brit, j’préseume.
_ Eune grinde, belle salle très claire. Mais pas eun cat. J’écoute queuques meineutes. Parsonne. J’técote, j’piète d’eun bord à l’aote eud la salle. Toujou parsonne. D’ce coup d’temps-là, j’me monte. Pis j’brais: «Y a ti queuqu’un à qui caoser là euddans ». A çu moment-là, y a eun bonhomme qui isse d’eune pièche veisine en maquant eune dorée pis qu’i m’répone : « Y a parsonne ».
_ Comment cha, y a parsonne. Pis qu’vos êtes là ? Fadrait m’espiquer.
_ Mei, j’gâde eul sarviche.
_ Vos avez peu qu’i s’évole ?
_ Est lundi. Y a janmais parsonne eul lundi.
_ Ah bouon ! Mais pouqui ?
_ Passe que ch’est l’marché à Peut-Eudmé.
_ Oui cha j’eul sais bié mais j’veye pin la relachion.
_ Bah si ! I sont tertous au marché pou tracher d’quei pou la s’mane.
_ Nan mais, vos êtes en souin d’eume di qu’euj paye des cotribuchions pis des tasques pou qu’i z’aillent fai leu marché.
_ Est couomme cha. Pas ? Est la coteume. Pis qui qu’vos volez, d’jà d’eun ?
_ Eun ar’levé du cadastre.
_ Ah mais cha va pin ête possibe. Passe que ch’est payant et mei, j’peus pin encaicher d’l’ergent.
_ Nan mais dites, vos m’avez byin argâdé. J’ai prins eune mitan d’jorneye. J’viens d’Arouen pou attende cha. Nan mais vos raévez. Criez mei eul patron du sarviche. J’vas y caoser d’la plie pis du bé temps. Mei.
_ Cha va pin ête possibe, il est au marché itou.
_ J’vos avise, si vos m’faites pin man arlevé j’vas vos fai eun escandale. J’écris au mai pis j’en caose au coseiller général qu’est eun amin. Il hantait ma soeu, aotfais. Cha creit des lians. Pas ?
_ Vos énervez pin couomme cha. J’vas vos l’fai vote arlevé. Vos êtes ryin malendurant. Est pin bouon pou vote coeu, cha. Oyou qu’il est vote terran ? Pis mouvez-vos passe qu’il est bétot quatre heu.
_ Qui qu’ch’est oco qu’c’t histouère eud quatre heu ?
_ Bah ! A quatre heu, l’sarviche est farmé.
_ A quatre heu ? Mais qui qu’vos faites jusqu’à souper ?


Qui qu’i dit ?

A la partie d’à c’t’heu : dorénavant 

Gencer : installer

j’sieus su’l’peichon : j’ai compris

Lui : lu 

Présumer : espérer

Técoter : toussoter

Se monter : s’énerver 

Tracher d’quei : faire les courses 

Attendre : entendre 

Hanter : fréquenter