L'Etoile de Normandie signale à ses lecteurs cette initiative rouennaise plutôt excellente au service d'une idée de bon sens: pour revitaliser ou renforcer l'attractivité d'un centre ville, il faut mettre en avant et en valeur la raison principale pour laquelle on parle encore de centre-ville. A savoir, la qualité du patrimoine architectural, historique, artistique et culturel du centre-ville qui n'est pas qu'un centre ... commercial!

L'association "Sites et Cités remarquables de France" organise son congrès à Rouen le 5 février 2019 avec le soutien complet de la Métropole de Rouen et en présence de son président Frédéric Sanchez qui va certainement reparler à cette occasion de la volonté rouennaise et normande de candidater pour le titre de capitale européenne de la culture en 2028.

Parier de façon stratégique sur une démarche d'intelligence territoriale sur le patrimoine c'est LA solution pour lutter efficacement contre la déprise commerciale et résidentielle des centre-villes:

Il ne s'agit pas, pour autant, de transformer la ville en musée comme à Venise ou Paris avec RBNB qui chasse les habitants en faisant monter les loyers même si le flux et le pouvoir d'achat d'une clientèle touristique complémentaire permet de suppléer aux limites de la chalandise locale. Il s'agit surtout d'améliorer la qualité des espaces urbains, d'améliorer le niveau de l'accueil, des services et des prestations (car il faut aussi accueillir des touristes étrangers) sachant que cette amélioration globale de la qualité urbaine profite aussi et surtout aux habitants qui résident à l'année.

Il s'agit enfin et surtout de valoriser ce supplément d'âme esthétique, intellectuel et spirituel qui fait que l'on ne saurait confondre centre-ville avec centre commercial car on va d'abord en ville pour aller en ville pour, ensuite, y faire quelques courses.

Certaines villes normandes ont compris tout l'intérêt de valoriser le patrimoine pour rendre leurs centre-villes plus attractifs au delà des villes traditionnellement considérées comme touristiques sur le littoral normand. On peut citer, bien entendu, le cas de Bayeux ou plus récemment celui d'Avranches ou de Domfront ou encore des Andelys au croisement du patrimoine médiéval et des peintres impressionnistes. Le Havre a fait ce pari avec succès et courage depuis 2005 date de sa reconnaissance à l'UNESCO tandis que Rouen travaille actuellement à retrouver la place éminente que notre vieille métropole normande avait dans le tourisme culturel avant la guerre.

Et Caen? C'est pour quand?

Depuis peu, on constate une certaine volonté pour faire enfin quelque chose d'important du château fondé par Guillaume Le Conquérant mais la ville qui s'est un peu trop cachée dans l'ombre du Mémorial des années durant au point de se retrouver quelque peu prisonnière de l'Histoire tragique de 1944, peine encore à envisager une politique globale et volontariste pour préserver et mettre en valeur son patrimoine architectural, végétal, culturel et artistique qui est d'une grande richesse malgré les terribles destructions de la seconde guerre mondiale.

On espère qu'après les prochaines élections municipales caennaises, cette prise conscience qui est parallèle à la prise de conscience écologique, sera complète au point de se traduire non pas dans des discours officiels mais dans la réalité des projets, des décisions, arbitrages et procédures pour, notamment, encadrer la promotion immobilière locale pour qu'elle cesse enfin d'enlaidir la cité autrefois fondée par Guillaume Le Conquérant!

http://www.sites-cites.fr/agenda/rencontre-rouen/

Capture 2

Capture 3

Capture 4

Capture 5


 Commentaire de Florestan:

Dans la liste officielle des participants à ce colloque on se félicitera de la présence annoncée de David Nicolas, le maire d'Avranches, président de la Commission régionale de l'architecture et du patrimoine de Normandie qui est l'un des élus normands les plus dynamiques sur le sujet ou la présence de Patrick Nicolle qui représentera la municipalité caennaise...

On note, aussi et surtout, la présence de Patrick Gomont, le tout nouveau vice-président du conseil régional en charge de la culture et maire de Bayeux, une ville pionnière dans l'attractivité patrimoniale.

Enfin, le DRAC de Normandie sera là et on espère qu'il passera sous silence l'activité néfaste de son très médiocre architecte des bâtiments de France qui sévit dans le Calvados!