Comme d'habitude, désormais, l'Etoile de Normandie publie la dernière chronique normande proposée par Gilles Mauger dans les pages de l'Eveil de Pont-Audemer (1er février 2019): cette semaine, la petite histoire nous parlera aussi des "gendermes et des gannelets", un jeu qui fait fureur dans les cours de récréation (mais pas seulement) ces derniers temps...

J’AIME A REVOIR MA NORMANDIE

Chronique de Gilles Mauger dans l'Eveil de Pont Audemer.

COMME DISAIT MA GRAND MERE
Cha y a fait couomme eun quien à la messe. Ca ne lui a rien fait du tout comme si un chien était allé à la messe pour prier pour lui. En français on dirait : "comme pisser dans un violon "

VOCABULAIRE NORMAND
Des flaons, des bavardages. Origine scandinave flana, s’agiter inutilement.

DO YOU SPEAK NORMAN ? Yes you do but you don’t know it.
Abuse, un abus, a bien sûr pour origine normande abus.

EUNE TITE HISTOUERE

Surpoids


_ Boujou Maît’Jean, cha va ti byin anhuit ?
_ Pin pus mal man Nono pis tei cha va ti couomme tu veus ?
_ Cha va couomme ch’est m’né. Pas ? Qui qu’cha dit z’évèn’ments à c’t’heu ?
_ Ryin d’bien affriolant. Que des futins. Hié, aveu ma copeine Jojo no avait messe promise aveuc eun jornaleu de Franche blue Normandie d’Arouen. En l’écoutant eudvant la médiathèque, qui que j’veye se racacher su’l’trotteu ? La file à Totor Maque cat. Eh ben, creis mei ou non, j’l’ai pin arconnue. T’eyerais l’morcé. Eune tour. J’en étais tout écahoui. All a des cuiches si tellement grasses qu’a peut pin joindre les pieds. A piète les gambes égasillées. No crérait qu’al a eu des fuites pis qu’all est toute vadelée et qu’all est cotrainte eud piéter les pattes égasillées. Cha li fait eune démarrée pin trop distinguée, j’te garantis. Eun vius marin qu’a trop bésaillé.
Pis all a eune falle, j’te dis pin. Y a d’quei fai du pot au fu pou la commeune. Des bras no deirait mes cuiches. Si ch’est pin malhureu d’veir cha. Alle qu’était si mignonne quanqu’al était petiote. All’tait grasse couomme eune écrelle.
_ Je m’remembre. Pis anhuit, all est obèse. Euh non ! All est en seurpeids, à c’t’heu, il faot di en seurpeids, cha fait mius. P’tit cat poli, correct. Pas ? Mais i faot veir itou çu qu’a maque. All est d’la goule couomme eun quien d’écorcheu. Eune entrecôte d’eune demi-live, baingnant dans l’burre, cha y fait pin peu. Pis a beit que des beichons à la chucrine. Aveuc çu qu’all quitte euddans sa gate, y a pin d’quei fouetter l’cat le jou d’amprès. J’vos garantis. Ch’est liqué.
Ches ados-là, en plache de souorti d’rors dans la freid pis d’saoter, d’couori, d’joster à la clémuchette. I sont l’cu su la banquette, à guetter la leucarne en brinotant, la jorneye durant, euddans des maisonnes avercaoffées.. Pis quanqu’i quittent la leucarne ch’est pou joster aveu leus carriabes. Est pin bouon pou la santé c’t’affai-là. Eudpusse j’ai pin l’sentiment qu’cha les rende pusse dégouginés que n’z aotes, ches bazars-là.
_ En plache eud cha, i porraient joster à des joueries modernes couomme les gendermes et les gannelets. Cha s’fait à c’t’heu. Pis j’te garantis qu’tu risques pin d’graissir. Aveuc çu qu’i s’torchent. Cha galope à l’opposé du sens cotraire. Veilà eune jouerie intéréchante. D’alieurs cha haite biaocoup à d’aucuns les cus d’semane.
_ All, a d’vrait fai du véloce. Cha s’rait bouon pou san coeu. Pis cha la f’rait amenuiser.
_ J’aïmerais pin ête le véloce. Pas ?
_ Mais à c’t’heu i z’ont des véloces éclectiques. Méime les trottinettes sont à l’atrocité. Queue vie qu’no vit. I deivent tracher meyen d’nos féchonner des rolleurs éclectiques. Vos allez vei si ch’est amain : « Oyou qu’est l’frein ? » Trop tard.
_ Allez boujou byin pis du mius pou tes yus


Qui qu’i dit ?

Futins : choses sans importance 

Messe promise : rendez-vous 

jornaleu : journaliste ;

Ecoutant : attendant 

Trotteu : trottoir 

T’eyerais l’morcé : tu verrais le morceau 

Ecahoui : éberlué 

Piéter : marcher 

Egasillées : écartées 

Vadelée : mouillée, trempée  

Démarrée : démarche 

Bésaillé : bu 

Falle : poitrine 

Ecrelle : crevette d’eau douce 

P’tit cat poli, correct : politically correct 

Ecorcheu : équarisseur 

Chucrine : sucrée 

Gate : assiette 

Fouetter le cat : faire un repas, le lendemain, avec les restes de la veille 

Leucarne : télé 

Brinotant : grignotant 

Avercaoffées : surchauffées 

Carriabes : portables 

Dégouginés : dégourdis 

Joueries : jeux 

Les gendermes et les gannelets : les gendarmes et les gilets jaunes 

A l’opposé du sens cotraire : dans tous les sens 

Haiter : plaire 

Ecléctiques : électriques 

Atrocité : électricité 

Tracher meyen : chercher à 

Féchonner : fabrique


 

Voir aussi la dernière une du Courrier cauchois (1/02/19) qui s'enthousiasme à l'idée de panneauter là où c'est pertinent le nom de la commune en langue normande (ici le cauchois):

51523816_2499765836719706_310564605522870272_n