Le 7 février 2019, à l'occasion d'un énième colloque consacré à l'aménagement de la Vallée de la Seine qui se tenait à Paris, en l'absence d'Hervé Morin qui savait bien que c'était encore l'occasion d'épandre une logorrhée inutile, l'ancien député-maire du Havre à présent Premier ministre, a fait les annonces que vous savez au sujet de l'avenir de nos grands ports maritimes normands de l'Axe Seine (voir ici-même un billet précédent avec le texte de l'entretien d'Edouard Philippe accordé aux journalistes de Paris-Normandie).

Les décisions prises et le contexte politique dans lequel ces décisions ont été prises (ou, plutôt, ces annonces car il faut rester prudent tant il peut y avoir un océan entre le dire et le faire...) sont très inquiétants pour l'avenir de la Normandie et pour l'intérêt général national que notre région porte en son sein sinon en son coeur...

Le collectif "Bienvenue en Normandie" dénonce un projet de fusion portuaire des GPM du Havre, de Rouen et du port fluvial de Paris (cadre de l'actuel GIE HAROPA) dont la préfiguration EXCLUE TOTALEMENT ou presque les représentants des professionnels portuaires, des salariés, usagers et riverains normands des deux grands ports maritimes normands.

La présidence de la préfiguration confiée à la présidente actuelle du port de Paris associée à un comité de soi-disant experts peu au fait des réalités maritimes et logistiques lui-même présidé par une ancienne ministre des sports, autrefois députée-maire de Rouen n'incite vraiment pas à la confiance et suscite, d'ores-et-déjà, l'inquiétude des armateurs comme en témoigne la mise en garde de l'armement CMA-CGM qui menace de se retirer du  financement et du fonctionnement de la plateforme multimodale du Havre si son fonctionnement n'était pas sensiblement amélioré (L'Antenne, 8 février 2019).

Par ailleurs, le collectif "Bienvenue en Normandie" trouve assez peu élégant de la part de Monsieur Edouard Philippe d'exposer directement deux personnalités féminines passablement expérimentées à l'opposition des salariés portuaires, à commencer par celle des dockers, qui s'annonce frontale, pour ne pas dire plus, contre ce projet de fusion portuaire...

Le collectif "Bienvenue en Normandie" s'inquiète, en outre, de l'absence des grands élus Normands dans l'architecture de la préfiguration arbitrée par le Premier ministre à des fins politiciennes qui nous éloignent sensiblement des réalités portuaires, logistiques et territoriales qui constituent pourtant le coeur même de l'économie de notre région et qui lui donne son intérêt national:

Contrairement à ce qui s'observe pour la conduite du projet de Canal Seine Nord Europe, il y a la claire volonté d'écarter Monsieur Hervé Morin, le président élu de la Normandie, sous prétexte que ce dernier a pris des positions opposées à celle du gouvernement non sans proposer des solutions concrètes pour permettre une relance efficace de l'outil portuaire de la Basse Seine normande à l'instar de ce qui fait le succès insolent des grands ports de la Rangée Nord Européenne... Ce manque de pragmatisme politicien du Premier ministre contre celui qui est perçu, tant à Matignon à l'Elysée comme étant "l'emmerdeur girondin normand", porte en germe l'échec du projet de fusion portuaire voulu par un gouvernement néo-jacobin foncièrement recentralisateur.

La question du siège et de la gouvernance de la future autorité portuaire unique n'est pas clairement abordée: l'ancien député-maire du Havre refuse d'en parler afin de ne pas indisposer les soutiens politiques qu'il trouve encore dans ce qui reste de la Fabiusie rouennaise. Il est évident que si l'arbitrage final prévu pour 2021 consistait à fixer ce siège non pas en Normandie (afin de neutraliser les chiens de faïence havrais et rouennais) mais à Paris suivant la vieille lune de Paul Delouvrier poursuivie en 2009 et 2010 par MM. Antoine Rufenacht et Grumbach d'un Grand Paris étendu sur la Seine jusqu'à la porte océane havraise, ce serait alors comme signer l'arrêt de mort de la Normandie en pleine campagne des élections régionales avec, pour les électeurs Normands, un choix clair à faire au fond des urnes:

Continuer l'aventure normande avec Hervé Morin ou se suicider dans le Grand Paris avec le candidat que présentera la majorité gouvernementale présidée par Emmanuel Macron ce personnage qui parlait de "pacte girondin" quand il n'était que candidat à la présidence de la République!

Car il faut savoir que ce projet de fusion portuaire sur la vallée de la Seine entre Le Havre et la région parisienne se double de la construction d'un réseau politique "macronisant" littéralement l'Axe Seine depuis l'agglomération havraise jusqu'aux portes Ouest de Paris en passant par le département de l'Eure à fin d'isoler les élus normands qui, à droite, soutiennent encore Hervé Morin qui s'oppose avec d'autres grands élus nationaux à une conquête totale du Centre droit par la République en Marche tout en proposant une alternative "girondine" pour relancer l'économie et refonder le contrat social français à partir des territoires.

bateau-en-papier-qui-flotte

Concrètement, cet Axe Seine politicien bricolé par Monsieur le Premier ministre coupe notre Normandie en deux tout en tentant de prendre le contrôle de ce qui en constitue le coeur battant puisque la vallée de la Seine normande abrite la moitié des 3,3 millions de Normands et concentre la moitié des emplois de notre région.

EN CONSEQUENCE:

  • Le collectif "Bienvenue en Normandie" appelle les salariés portuaires des grands ports maritimes de Rouen et du Havre à se mobiliser pour stopper ce projet de fusion portuaire pernicieux et politicien.
  • Le collectif "Bienvenue en Normandie" appelle les Normands à se mobiliser contre cette tentation récurrente de détruire notre Normandie sur la Seine aval sans l'aval des Normands afin d'en confier la meilleure part, si ce n'est la part la plus utile, au futur Grand Paris.
  • Le collectif "Bienvenue en Normandie" appelle les Normands à couler et à envoyer par le fond l'Armada de Messieurs Philippe et Macron en déclenchant dans les urnes le MASCARET ELECTORAL qu'il convient en 2019, 2020, 2021 et 2022 qui seul démontrera que notre Normandie millénaire est plus durable qu'un bricolage politicien!

Caudebec-mascaret-01

http://bacsdeseine.over-blog.com/article-le-mascaret-a-caudebec-en-caux-89378971.html


 Commentaire de Florestan:

La crise des Gilets Jaunes toujours en cours et dont la sociologie épouse largement la sociologie normande, aura forcément des conséquences électorales et l'on peut raisonnablement espérer que le comportement électoral des Normands ne sera pas aussi canalisé que ne l'est, désormais, la Seine au point que le mascaret, autrefois vague puissante, s'est trouvée réduite à n'être qu'un flot discret presqu'invisible...