Alors qu'une récente étude de niveau européen vient de démontrer que la France serait le pays où l'inégalité de l'accès aux soins sur le territoire aurait le plus progresser, alors que la ministre de la Santé est attendue ce 18 février 2019 à la maternité de Bernay, son ministère, le gouvernement et la directrice de l'agence régionale de la Santé en Normandie (qui dépend de la préfète de région et donc d'un Premier "sinistre" ancien député-maire du Havre) continuent de proférer des mensonges quant à l'avenir de l'emblématique maternité de Bernay qu'il faudrait fermer sous prétexte que la baisse des actes pourrait générer une baisse de la sécurité médicale pratiquée sur place...

Personne n'est dupe de cette rouerie qui nous vient tout droit non pas du ministère de la Santé mais plutôt du Ministère du Rabot sis à Bercy car derrière l'argument culpabilisant de la sécurité médicale et de la qualité des soins se cache sournoisement le rabot du jacobinisme comptable contre le maillage des hôpitaux de proximité à ce point de proximité qu'il faudra expérimenter la médecine "ambulatoire" en ambulance sur nos départementales verglacées en hiver limitées à 80 km/h: il est assez simple de comprendre qu'un accouchement dans la maternité de la petite ville d'à côté présente moins de risque qu'un accouchement dans une ambulance à l'arrêt sur le bord de la route car il y avait encore 25 ou 30 bornes à faire avant de rejoindre le premier hôpital officiellement "certifié"...

52365664_2578067018887846_6927977003740037120_n

  • Le contentieux entre les élus de Bernay et le gouvernement jacobin raboteur et radoteur est devenu lourd:

https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/eure/agnes-buzyn-ministre-sante-attendue-ce-lundi-maternite-bernay-eure-1625701.html

  • Sur place, les habitants, les élus, les professionnels sont tous mobilisés:

https://actu.fr/normandie/bernay_27056/maternite-bernay-cest-acte-ne-ferma-pas-11-fevrier_20789447.html

  • LE MENSONGE D'ETAT de la ministre qui veut transformer la maternité de Bernay en centre de péri-natalité sur le thème de: "quand je veux tuer mon chien je l'accuse de la rage"...

https://www.francetvinfo.fr/sante/hopital/video-agnes-buzyn-on-ne-ferme-pas-les-maternites-nous-les-transformons-en-centre-de-perinatalite_3150861.html

  • La position de l'association Liberté Egalité Proximité mobilisée pour la défense de la maternité de Bernay qui dénonce ce mensonge d'Etat:

https://www.facebook.com/LiberteEgaliteProximite/

  • Enfin cette étude cartographique à découvrir ci-dessous confirme que la variation de l'intensité de l'accès à certaines spécialités médicales semble dépendre plus des pages de pub aperçues dans la presse hebdomadaire sur papier glacée que de la réalité: on ne demandera pas à un médecin d'être un cador en histoire-géographie même si cela donne envie de distribuer la "Normandie pour les Nuls" à la faculté de médecine ou à l'internat, mais la question d'encadrer la liberté d'installation des médecins généralistes et spécialistes se pose clairement...

51w2mVqLijL

https://www.silvereco.fr/etude-disparites-de-pratiques-inegalites-dans-lacces-aux-soins-et-dans-lacces-aux-acteurs-de-sante/31101648


 Du côté politique normand:

  • Voir la position très claire d'Hervé Morin qui fait le lien entre le jacobinisme comptable de l'Etat central, le déménagement du territoire que ce dernier induit et la mouvement des gilets jaunes...

Hervé Morin sur la réforme de la santé : "Il faut construire des projets régionaux associant l'ensemble des acteurs."

Projet de loi santé, décentralisation de la politique de l'emploi, manifestations des gilets jaunes, retour éventuel de la taxe carbone... Hervé Morin, fondateur de Territoires!, président de la Région Normandie et de Régions de France, était l'invité de l'émission Les 4 vérités sur France 2.

https://www.territoires.org/herve_morin_inimaginable_que_la_reponse_aux_gilets_jaunes_soit_de_reintroduire_la_taxe_carbone

  • Voir les propositions des élus locaux sur les territoires pour lutter contre les déserts médicaux:

https://www.territoires.org/luttons_contre_la_desertification_medicale_1

  • Voir aussi la position des professionnels de la Santé qui dénoncent eux aussi un déménagement du territoire pour des raisons strictement comptables (tribune publiée le 11 février 2019):

La Fédération Hospitalière de France et les associations d'élus (AMF, ADF et Régions de France) dénoncent le manque de concertation sur le projet de loi santé.

Dénonçant un manque de concertation entre l'État et elles lors de l'élaboration du projet, la FHF et les associations d'élus exigent une implantation équitable des services de santé dans les territoires.

 

TRIBUNE :

« Alors que le gouvernement s’apprête à présenter le projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé en Conseil des ministres, les représentants des collectivités territoriales et des établissements publics de santé s’unissent et prennent l’initiative d’une interpellation large du gouvernement sur la nécessaire prise en compte – dans la loi comme dans le cadre du grand débat national – de huit enjeux qu’ils ont identifiés comme majeurs pour notre système de santé.

L’Association des maires de France et des présidents d’intercommunalité (AMF), l’Assemblée des départements de France (ADF) et l’Association des Régions de France (ARF), à l’initiative de la Fédération hospitalière de France (FHF), proposent à l’ensemble des collectivités et établissements publics de santé et médico-sociaux qu’un vœu soit débattu et adopté dans leurs instances délibératives, puis transmis au gouvernement.

En effet, à travers la réforme Ma Santé 2022, présentée en septembre 2018, le président de la République s’engageait à la mise en œuvre d’une réorganisation du système de santé privilégiant une approche par les territoires qui permette de sortir d’un système jacobin, uniformisé et suradministré.

Unanimement saluée comme allant dans le bon sens, cette approche permet de répondre au défi de l’émergence d’un nouveau modèle d’offre de soins mieux organisé, adapté et coordonné associant, au plus près du terrain et dans leur diversité, l’ensemble des acteurs du système de santé.

Cependant, les premières pistes connues de la loi qui sera présentée mercredi ne répondent que partiellement à la réforme annoncée par le Président.

Prenant acte d’une concertation insuffisante en amont, les associations des collectivités territoriales et de l’hospitalisation publique s’unissent pour faire entendre une parole forte et ambitieuse auprès du gouvernement.

Aussi, nous, représentants des collectivités locales et des hospitaliers, nous engageons dans une démarche de large sensibilisation sur les enjeux auxquels cette réforme doit répondre pour faire face à la situation d’urgence que nous connaissons.

Nous demandons donc que des mesures ambitieuses soient prises pour affirmer une lutte volontariste contre les “déserts médicaux”, une démarche en faveur d’une médecine de proximité pour la garantie d’accès à des soins de qualité pour tous et permettant de répondre aux enjeux d’attractivité médicale et paramédicale.

En effet, tous les jours nous mesurons les inquiétudes de nos concitoyens en matière de santé. Beaucoup d’entre eux renoncent à se faire soigner, soit pour des raisons économiques, soit pour des difficultés d’accès à une offre de soins. C’est d’ailleurs un des messages envoyé par nombre de Français, ces dernières semaines, dans le cadre du grand débat, témoignant d’un profond sentiment de relégation et d’inégalité.

La préservation d’un système de santé porteur des valeurs et des missions de service public est donc essentielle à un moment où la société française s’interroge.

C’est en ce sens que, soucieux de répondre aux problématiques de nos concitoyens, nous, représentants des collectivités locales et des hospitaliers, souhaitons aujourd’hui être les acteurs d’une réforme réussie et utile pour l’ensemble des usagers. C’est pour cette raison que nous proposons ce vœu relatif aux principes et valeurs devant guider les évolutions de notre système de santé. »

Présidents de l’Association des maires de France (AMF), de l’Assemblée des départements de France (ADF), de l’Association des Régions de France (ARF), de la Fédération hospitalière de France (FHF).