On vient de l'apprendre: le magazine consulaire régional d'informations économiques "Normandinamik" qui offrait tous les deux mois depuis 2014 un panorama assez complet de l'activité des entreprises normandes, va cesser sa parution avec le 30ème et dernier numéro en cours (janvier / février 2019).

https://en.calameo.com/books/0003387459d2f862ce1cc

p1

Par principe, nous considérons que c'est une nouvelle funeste pour la Normandie et son rayonnement lorsqu'un titre de presse ou un média d'information régionale a des difficultés ou cesse de paraître. Ce magazine papier très agréable à lire et plutôt bien réalisé, permettait d'avoir accès à une information économique régionale normande qui est trop souvent survolée ou concentrée sur les urgences du moment dans les grands médias audio-visuels. La rédaction animée par François Colombier n'est pas sanctionnée pour la qualité du travail effectué: on dira que le journal est une victime collatérale des coupes budgétaires drastiques qui sont à l'oeuvre depuis quelques années dans les organismes consulaires puisque l'actuel gouvernement Macron-Philippe-Lemaire poursuit la même politique de restructuration des CCI que la majorité présidentielle précédente en exigeant de réaliser des économies de fonctionnement importantes...

Pourquoi tant de haine?

Deux raisons semble-t-il...

1) Les services rendus aux entreprises régionales par les CCI n'avaient pas l'air de correspondre, en terme de résultats, aux moyens financiers plutôt généreux alloués par l'Etat au réseau consulaire: ce dernier a donc décidé de passer un coup de rabot, la fusion restructuration des CCI a d'ailleurs anticipé la restructuration régionale de la loi NOTRe de 2015. Des rationalisations et des modernisations étaient nécessaires sur cet appareil consulaire dont la création remontait à ... Napoléon 1er. Mais on préfère plumer le canard plutôt que de raboter... le salaire d'un président!

2) Les conseils régionaux sont dotés depuis la loi NOTRe de compétences élargies en matière de développement économique et de soutien aux entreprises régionales: compte tenu des spécificités très particulières du cas de la réunification normande qui consiste avant tout à faire revivre pleinement une région qui existait déjà, la majorité régionale normande présidée par Hervé Morin s'est emparée de la question centrale sinon essentielle du développement économique en expérimentant une stratégique normande d'intelligence territoriale grâce à une agence dédiée qui couvre tous les sujets quitte à faire le travail que certains auraient dû faire alors qu'ils en étaient officiellement en charge: on pensera, bien évidemment, aux consulaires mais aussi aux banquiers et aux financiers.

Avec l'Agence de Développement de Normandie (ADN) créée en 2016 et qui engrange des résultats plutôt flatteurs au point que la réunification administrative et politique s'est doublée d'un choc positif sur l'économie normande, le conseil régional fait en partie (et plutôt bien) le travail que les consulaires ne font plus...

Le cidre nouveau ne se met pas dans de vieilles outres... On comprend la morosité voire la mauvaise humeur de certains!

Voir l'éclairage apporté par la Lettre Eco Normandie datée du 25 janvier 2019:

 


 

Par ailleurs, on apprend que l'information économique régionale en Normandie va passer peu ou prou sous le contrôle d'un organe de presse national parisien: la Tribune a conclu un partenariat en ce sens avec Paris Normandie et Nathalie Jourdan rédactrice de la lettre Eco Normandie du vendredi sera la responsable du décrochage régional normand qui sera proposé par la Tribune.

Avantage: la publicité de l'économie régionale normande échappe ainsi à la propagande ligéro-bretonne de Ouest-France.

Inconvénient: on craint d'avoir à connaître plus régulièrement le point de vue parisien sur l'aménagement de l'Axe Seine. On se souviendra qu'Antoine Grumbach avait réclamé, dans un entretien paru dans la Tribune en décembre 2015, la fusion entre la Normandie qui venait d'être réunifiée et la région parisienne...

Citation:

"La région capitale résultant de la fusion des régions Ile de France et des deux Normandie réunies acquerrait une dimension de mégapole mondiale."

https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/paris-rouen-le-havre-une-seule-ville-reliee-par-la-seine-532382.html

Le Figaro20190215

Enfin, on est en droit de douter que l'on puisse trouver un jour dans la Tribune un article vantant les mérites de la métropole de Rouen comme place financière régionale alternative à mettre en valeur dans la réorganisation post-Brexit...

Bruno-Le-Maire-une-rentree-pour-se-differencier

Dans l'extrait d'entretien à lire ci-dessous, un ancien député LR de l'Eure devenu ministre de l'Economie de Monsieur Macron n'a pas le réflexe qu'aurait un ministre Breton au gouvernement de profiter de l'occasion pour favoriser un tant soit peu sa région d'origine. Mais il est vrai que le département de l'Eure est LA "drop zone" des apprentis parachutistes de la droite depuis le début de la 5ème République: aussi près du gros marché national parisien, l'Eure n'est pas un "pays naisseur" mais plutôt un "pays d'embouche"!

LE MAIRE - La Tribune-201590219