Comme chaque semaine désormais sur l'Etoile de Normandie, on retrouve avec plaisir la chronique normande que Gilles Mauger fait publier dans l'édition hebdomadaire de l'Eveil de Pont-Audemer (27 février 2019):

COMME DISAIT MA GRAND MERE

Faot pin li en promette, ch’est eun maque épais. Faut pas lui en promettre, c’est un gros mangeur.

VOCABULAIRE NORMAND

Se gréer, s’habiller. De greida qui en ancien scandinave signifie gréer.

DO YOU SPEAK NORMAN ? Yes you do but you don’t know it

To push, pousser. Du vieux normand pusser, même sens.

EUNE TITE HISTOUERE

armoire-de-bayeux-sans-colonnes-armoire-normande-en-bois-massif-armoire-de-mariage-sculptã©e-armoire-2-portes-en-bois-massif-dã©corã©e_7022

Vendue

_ Boujou Maîte Jean, cha va ti byin anhuit ?

_ Pin pus mal, man Nono. Cha porrait ête pire. Pas ? As-tu vu, dans nos anchiennes colonies de l’ouest, la freid qui fait pin ? Mens chiquante degrés. I z’ont pus besouin d’fai des glachons pou mette dans leus « où i skie ? ».

_ Nan ! J’ons pin fait d’cas de cha. Faot dire itou qu’j’ai janmais été en colonie, mes gens avaient pin les meyens. Alors je n’m’y intérèche pin trop. Mais mens chiquante degré, touot d’méïme, ch’est pin ordinaire. Cha deit pin ête aisé pou aller fai d’l’iao. Tu deis pisser des glachons. Pis t’as intérêt à r’botonner en vitèche. Dites, ilà bas, faot ête adreit d’ches mans. Pas ?

_ Sitot cha, qui qu’cha dit z’évén’ments ?

_ M’en prêchez pin. Figurous qu’i m’a arrivé eune cure. J’sieus ryin dupe

_ Ah bouon ! Conte mei cha.

_ La s’mane passée j’ons lui euddans l’Eveil qu’i y avait eune vendue à Chaint Gorgeon d’la Vouivre. Mei, les vendues, j’aïme cha. J’déchide d’y aller, histouère eud passer eune bouonne arleveye. Le samedi d’la vendue, me v’là parti pour Chaint Gorgeon. Rendu su plache, veilà t’i pin qu’euj timbe su treis vieus compains, des bouons gars, qu’j’avais pin eyés eudpis eune paose. Hureus d’s’artrover et aveuc eune pleinté d’chaose à s’conter, nos v’là partis à fai la torneye des cafés, chécun payant s’n amarre. Faot dire itou qu’eune vendue, cheu n’z’aotes, ch’est eun ptieu couomme eune féïte. Cha s’arrouse. Pas ? Cha permet d’arveir tout plein d’bouonnes gens et de d’mander le portément des pés, des més, des onques, des antes. De tertous. Pas ? Pis eudpusse, eune vendue, ch’est d’la cueulteure, ch’est couomme eun espectaque. Pis ch’est mius qu’eune pièche eud théâte oyou qu’ch’est toujou les méimes qui caosent. Dans eune vendue, la salle peut bailler la répleique à l’abeyeu.

Quanqu’la vendue a c’menché, n’z’aotes, no était gais couomme des pinchons, hureus couomme des cats qui téïtent deus més. L’vuissier a c’menché pa la vente des menuises et des tits meubes. Amprès, cha fut la vente des pièches pusse coséquentes. Est là qu’cha nos a intéréchés. J’sais pus qui qu’en a eu l’ideye mais pou rigoler eun ptieu, nos v’là partis à ruer pa eud’ssus les bouonnes gens qu’étaient acateus.

Ilà, j’ons pin vu l’coup v’ni.

Eune ormouère était à vende. Eune belle ormouère d’aotfais touote esculptée. Le vuissier a c’menché : « Chette belle ormouère pou treis mille euros. Qui dit mius ? » J’lève la man. « Treis mille chinq. Qui dit mius ? » L’compain aras mei lève la man. « Quate mille ». Je ripieurais. « Qui dit mius ? » L’aote compère lève la man. « Quate mille chinq. Qui dit mius ? » J’lève la man. « Chinq mille euros, ch’est donné, a vaot mius qu’cha. Qui dit mius ? »

« Parsonne ? Adjeugé. L’ormouère est à Moucieu Nono. Ch’est vendu. Pis vos faites eune affai».

J’ons comprins mais la messe était dite. D’ce coup d’temps-là, j’riais mais pus. J’leu ai dit qu’j’en volais pin d’leu ormouère. Mais ryin à fai, all était pou mei l’ormouère. Z’aotes se tenaient les côtes de ri. Mei j’étais r’fait. J’vos dit pin la téïte de la patrone quan qu’a m’a vu aveu man ormouère. J’ai eu dreit à la soupe au rouin. Pis à couocher en quien d’boucher. J’vos garantis.

Dites Maîte Jean vos volez pin d’eune ormouère ? Vos qu’aimez les biaos meubes d’aotfais. Pis all est raide belle. Touote esculptée. Nan ? Queue vie qu’no vit. Pas ?

Qui qu’i dit ? Fai d’l’iao : uriner ; Figurous : figurez-vous ; Cure : désagrément ; Arleveye : après-midi ; Eyés : vus ; Abeyeu : préposé aux enchères ; Vuissier : huissier ; Menuises : menus objets ; Ruer : surenchérir ; Acateus : acheteurs ; Ripieurer : pleurer de rire ; La messe était dite : c’était trop tard ; Couocher en quien d’boucher : à côté d’la viande sans y toucher ;


Muchie dans la Presse de la Manche, voir aussi la chronique normande proposée par Maurice Fichet:

52729297_10216835286172590_7161182973314727936_o