Il y a six jours, les députés des Etats de Jersey ont voté une loi qui fait du jerriais la langue normande de l'île de Jersey, la 3ème langue officielle de l'île aux côtés de l'anglais et du français...

53086173_1062685633915374_2814148312771330048_o

 

Lire ci-après cet article proposé par Normandie.actu (21 février 2019)

https://actu.fr/loisirs-culture/dialecte-normand-jerriais-devient-lune-langues-officielles-lile-jersey_21623305.html

Dialecte normand, le jèrriais devient l’une des langues officielles de l’île de Jersey

L'assemblée des Etats de Jersey vient d'adopter le jèrriais comme langue officielle. Ce qui porte à trois, avec l'anglais et le français, le nombre de langues officielles de l'île.

L’assemblée des États de Jersey vient d’adopter le jèrriais (ou jersiais en français) comme langue officielle. L’île de Jersey dispose également de deux autres langues officielles qui sont l’anglais et le français, même si ce dernier est peu employé par la nouvelle génération.

Ce dialecte normand sera utilisé pour la signalisation et les en-têtes de lettres officielles.

« Une langue vivante »

Les membres des États ont voté la proposition par 36 voix contre 9. Un amendement proposé par le député Jeremy Maçon. En présentant son texte, ce dernier a souligné que le jèrriais faisait « partie intégrante du patrimoine de Jersey. C’est une langue vivante : un référentiel riche de la littérature et des coutumes de notre île. Sa survie et sa revitalisation sont essentielles pour préserver l’identité culturelle unique de Jersey ».

A l’image de la Bretagne

Tous comme nos voisins et amis Bretons, nous pourrons désormais déployer sur l’île une signalétique bilingue afin que notre population, nos visiteurs et amis puissent instantanément comprendre que nous avons une identité propre et un patrimoine oral riche que nous devons respecter et entretenir, a expliqué le député Montfort Tadier, ministre adjoint à la culture et grand promoteur de la langue jèrriaise.

Mais le jèrriais, ça ressemble à quoi ? Voici quelques exemples :

« N’y’a comme sé sa c’mînse à laver » : On n’est jamais si bien servi que par soi-même.

« Ch’n’est pon par les cônes qu’nou trait eune vaque » : On ne trait pas les vaches par les cornes.

Pour apprendre quelques expressions supplémentaires, rendez-vous sur le site internet L’office du Jèrriais.


 

Commentaire de Florestan:

La reconnaissance du jerriais à Jersey est concomittante avec celles des parlers normands par la région Normandie en janvier dernier. La prochaine étape sera d'aller vers des versions bilingues des sites internets officiels proposés par les collectivités concernées à l'instar de ce qui se fait déjà pour la région Bretagne et la collectivité territoriale de Corse:

Lire cette analyse proposée par les régionalistes de Provence, Prouvenço Nacioun:

https://www.facebook.com/prouvenconacioun/?__tn__=%2CdkCH-R-R&eid=ARCmqD-kpn6aDJ0DrUpAe_lquo-svpxHADgbbkPs2olIMsRjk1k5Q1IYQ0BRAUaC36DZ-AmTKGAhpXdo&hc_ref=ARSZwCmXv9-CX3ablTm3-p_cVqbsVpMDZAOasZo9oYRfQg5G8NEB1UHD7ZL0DQHcvms&fref=nf&hc_location=group

La Collectivité de Corse a-t-elle le droit d’utiliser la langue corse sur son site Internet ?
Réponse du ministère de la Cohésion des territoires (bit.ly/2TcYwGo) : « Les autorités publiques peuvent produire des écrits en langues régionales dans la mesure où ceux-ci sont accompagnés d’une version française, permettant à tous une compréhension de la publication et garantissant le principe d’égalité des usagers face au service public. »

La Collectivité de Corse est dans les clous. Si l’adresse de son site internet (www.isula.corsica) ainsi que le nom des rubriques sont entièrement en langue corse, le bilinguisme est de mise dans les contenus (bit.ly/2BTStg5).

En Bretagne, les communes de Vannes et Carhaix proposent une version en breton de leur site.

A l’échelle des eurorégions, ces mastodontes administratifs créés dans le cadre de la coopération transfrontalière, la situation est inégale.

L’eurorégion Nouvelle-Aquitaine Euskadi Navarre propose une version en basque de son site web mais pas en gascon, béarnais, limousin ou poitevin-saintongeais (bit.ly/2Xrz9jw).

Pyrénées-Méditerranée, qui regroupe l’Aragon, la Catalogne, les Îles Baléares, le Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, est consultable en français, espagnol, anglais et catalan mais pas en languedocien (bit.ly/2GL5BZ1).

En Provence, la valorisation de nos langues sur les sites institutionnels n’est pas à l’ordre du jour. Point de version en provençal, en nissart ou en vivaro-alpin, qu’il s’agisse des sites communaux, de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur (langues disponibles : français, anglais, espagnol, italien), ou de l’eurorégion Alpes Méditerranée (français, italien / bit.ly/2H8GsGK).