C'est logique.

Après plus de trois mois de mobilisation, le mouvement des Gilets Jaunes s'affaiblit et le gouvernement d'un Emmanuel Macron qui manipule l'opinion et les médias (50 heures de présence personnelle dans le cadre du soi-disant "Grand débat" qui se clot le 15 mars prochain) pour apparaître comme le chef du parti de celles et ceux qui ont eu peur et qui réclament le retour à l'ordre a, semble-t-il, électoralement raison de parier sur le "pourrissement" du mouvement en optant, délibérément et avec cynisme, sur la stratégie de la tension et de la répression non sans prendre le risque de transformer la police et la gendarmerie de notre République en milice gouvernementale chargée de régler politiquement le problème des Gilets Jaunes.

Ces derniers, structurellement incapables de s'organiser au niveau national pour encadrer leur mouvement contre tous les loups de la récupération partisane et idéologique (l'extrême droite identitaire, l'islamo-gauchisme pour ne citer que les prédateurs les plus inquiétants), se retrouvent bien démunis et débordés les samedis après-midi lorsque tous les bénévoles extrémistes de MM. Castaner et Macron passent à l'action dans nos centre-villes vers 17h00.

Tout cela est bien regrettable sinon consternant car, face à un pouvoir inflexible sinon méprisant qui est disposé à explorer les limites de l'état de droit et de la démocratie pour ne surtout pas avoir à revenir sur les privilèges fiscaux consentis à la haute-finance puisqu'il s'agit du coeur idéologique du Macronisme qui n'est que le dernier avatar du Giscardisme d'extrême centre libéral au pouvoir en France depuis 1974 (avec deux périodes de gauche gouvernementale authentique entre 1981 et 1983 ou entre 1998 et 2002), le mouvement des Gilets Jaunes est condamné à être plus intelligent que le pouvoir contre lequel il s'insurge.

On notera aussi que le mouvement des Gilets Jaunes est au coeur de la sociologie normande, grande région populaire rurale et industrielle: quand une statistique récente nous apprend que 53% des Normands ont des difficultés financières à la fin du mois, on comprend mieux pourquoi...

C'est la raison pour laquelle une expérience unique en son genre et destinée à être généralisée quand elle arrivera très prochainement à maturité est en cours en Normandie à l'initiative des Gilets Jaunes du Calvados fédérant autour d'eux des GJ venus des autres départements normands: il s'agit de créer une association politique citoyenne sous statut de la loi de 1901 avec statuts accompagnés d'une charte éthique pour péréniser le mouvement et lui donner la suite politique qu'il mérite (on peut penser raisonnablement aux élections municipales).

La bonne nouvelle que l'on peut partager ici c'est que les statuts de l'association "alternativ' citoyenne" qui ont été déposés à la préfecture du Calvados ont été finalement publiés au Journal Officiel de la République française quand bien même il y avait dans les textes soumis à l'examen des fonctionnaires de la préfecture, l'expression "gilets jaunes" pour définir le projet de la future association.

Les Gilets Jaunes de plusieurs villes de l'Ouest et du centre de la France suivent de près l'initiative normande et se disent prêt à s'y associer. Le matériel juridique préparé par les GJ Normands sera aussi présenté à l'examen de "l'assemblée des assemblées" qui aura lieu prochainement à Saint-Nazaire suite à l'appel des GJ de Commercy à fédérer les bases territoriales du mouvement des Gilets Jaunes.

Compte tenu de l'histoire normande et de ses valeurs, on peut être raisonnablement fiers de cette initiative de Gilets Jaunes normands législateurs et juristes (on pensera aussi, bien entendu, à l'avocat rouennais François Boulo, qui précisons-le, ne s'est pas associé à cette demarche) qui continuent ainsi le vieux compagnonnage entre la Normandie et le Droit.

27000100070170L

http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100070170

Images de la contestation du pouvoir dans le monde normand regroupe des études pluridisciplinaires consacrées aux nombreux épisodes contestataires qui, du 10e au 18e siècle (à la veille de la Révolution française), ont agité la Normandie et le monde normand. « C’est mon dreit et j’y ti » ! La devise traditionnellement attribuée aux Normands semble bien révélatrice d’une mentalité contestataire affirmée. Cette mentalité, ainsi que la riche histoire de notre province, explique le nombre et la diversité des épisodes de contestation du pouvoir étudiés dans ce volume. Des spécialistes de disciplines aussi variées que l’histoire, la littérature latine, le droit, la musicologie ou la dialectologie donnent en réalité une image double des Normands, qui, s’ils n’hésitent pas à exprimer leur opposition au pouvoir, savent aussi, le plus souvent, « raison garder ».

Capture

http://www.amis-universite-caen.fr/mai-2017/

Spécificité de la coutume de Normandie

La coutume de Normandie régissait le duché de Normandie depuis sa fondation en 911 et s’est appliquée dans la province devenue française en 1204 jusqu’à la promulgation du Code civil par Napoléon Bonaparte en 1804. Plus ancienne coutume du royaume, elle présente la particularité unique d’être toujours en vigueur dans ces anciennes parcelles du duché de Normandie que sont les îles anglo-normandes. Cette particularité explique que chaque année, des juristes issus des îles, du Royaume Uni et même de tout le Commonwealth (Australie, Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud…) viennent se former, en français, à la faculté de droit de l’Université de Caen Normandie afin d’obtenir le D.U. Certificat d’études juridiques et normandes, sésame indispensable pour obtenir le titre d’avocat dans les îles.

En Normandie, la coutume à laquelle les Normands étaient très attachés (« C’est mon droit et j’y tiens »), présentait des spécificités originales en matière de droit patrimonial et matrimonial. Toutes ses dispositions, héritées du vieux droit germanique et du droit scandinave tendaient à conserver les biens familiaux dans le lignage. Il en résultait des dispositions très originales en matière de droit des femmes notamment. L’objet de cette conférence est de présenter ces règles juridiques révélatrices d’une mentalité particulière, toute normande, et d’évoquer les dispositions qui sont toujours en vigueur dans les bailliages de Jersey et de Guernesey.


 Quelques échos de l'acte XVI des Gilets Jaunes à Rouen et à Caen ce samedi 2 mars 2019:

Les manifestations se passent bien mais les problèmes de sécurité et d'ordre public interviennent au moment de leur dispersion lorsque les idiots utiles de Monsieur Castaner passent à l'action... Il est plus que temps de réfléchir à d'autres modes d'action plus intelligentes et plus inclusives sous peine de réduire le soutien de l'opinion publique aux Gilets Jaunes à sa seule base sociologique au moment où le mouvement a besoin de s'élargir et de fédérer autour de lui...

A Rouen:

https://www.paris-normandie.fr/actualites/faits-divers/acte-xvi--plus-d-un-millier-de-gilets-jaunes-et-deux-barricades-a-rouen-FE14679628?utm_source=newsletter_mediego&mediego_euid=7b65029da2&mediego_ruuid=9cabfa57-f8c9-4a2a-9184-e67009437ebe_1&mediego_campaign=20190303_news_actu&utm_content=20190303&utm_campaign=newsactu&utm_medium=email#

 

https://www.paris-normandie.fr/actualites/societe/gilets-jaunes-acte-xvi-en-normandie-mobilisation-a-la-baisse-barbeles-sur-la-route--on-fait-le-bilan-DE14679192?utm_source=newsletter_mediego&mediego_euid=7b65029da2&mediego_ruuid=9cabfa57-f8c9-4a2a-9184-e67009437ebe_2&mediego_campaign=20190303_news_actu&utm_content=20190303&utm_campaign=newsactu&utm_medium=email#

A Caen:

https://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/gilets-jaunes-caen-la-mobilisation-s-effrite-6244494

dba727554c1da23f1971c70849fb2270-gilets-jaunes-caen-la-mobilisation-s-effrite