BILLET de FLORESTAN

Depuis quelques temps, on entend une petite musique désagréable à l'encontre de l'agence de l'attractivité de la Normandie et de la promotion d'une marque régionale pour valoriser la Normandie et ses talents en France et à l'étranger. Ces critiques ont été, une nouvelle fois, virulentes lors de la dernière session du conseil région à Rouen le 18 mars dernier...

Pour être honnête, ces critiques n'ont jamais cessé de la part de certains "diseux" contre les "faiseux" qui font ce qu'ils peuvent pour promouvoir la Normandie et son attractivité:

L'idée même que l'on puisse promouvoir l'identité de la Normandie reste intolérable chez certains intolérants idéologues qui avaient autrefois leur demi-fromage haut-normand officiel pour faire carrière!

enmr

Anti Le Vern 2

Nicolas Mayer-Rossignol, pour ne pas le nommer, et dont le Mentor en "Anti-Normandie" fut le célèbre bonimenteur Alain Le Vern, avait sévèrement critiqué, dès le départ, le principe même de créer une agence régionale de l'attractivité normande, de se lancer dans une aventure de marketing territorial, de créer une monnaie locale normande mais aussi de promouvoir le patrimoine immatériel linguistique normand en invoquant des dépenses inutiles pour des politiques régionales inutiles alors que les vraies urgences sont toujours ailleurs.

Prenons donc un peu les choses à la racine:

Le point commun de toutes ces critiques lancées par Nicolas Mayer-Rossignol (il n'est, hélas, pas le seul notamment dans ce qui reste de la gauche dite "socialiste" où la façade du politiquement correct masque la ruine des idées) c'est une détestation idéologique contre l'identité régionale normande et contre tout ce qui pourrait ressembler de près ou de loin à une affirmation régionaliste en Normandie: cette haine idéologique contre toute approche régionaliste des réalités normandes, nous prenons ici-même la responsabilité de nommer un cat un cat (car les intéressés ne l'assument pas publiquement puisqu'ils ont perdu politiquement leur combat contre la réunification de la Normandie), est d'autant plus étrange que la gauche régionale dans bien d'autres régions françaises, à commencer par la Bretagne, n'y trouve rien à redire: pourquoi la Normandie ferait-elle exception?

On attendra, en vain, les explications de Monsieur Nicolas Mayer-Rossignol.

 Maintenant, parlons enfin du vrai sujet:

feno-normandie

L'agence de l'attractivité normande présidée par Michael Dodds est au travail avec, notamment, la mise en route du "Fêno", un festival inédit valorisant tous les talents normands dont la première édition aura lieu au Parc des expositions de Caen les 12, 13 et 14 avril 2019 (dimanche des Rameaux) et qui sera reconduite à la même date, chaque année, dans une grande ville normande différente: nous sommes, d'ores-et-déjà, certains que cet événement sera un beau succès populaire avec l'enjeu essentiel de célébrer les retrouvailles ou la première rencontre de la Normandie avec un grand public normand qui ne la connaît pas ou mal faute de transmission suffisante de la Normandie dans la très jacobine école de la République!

Cependant, il serait malhonnête de notre part, de passer sous silence les difficultés que rencontre l'agence régionale dirigée par Michael Dodds et présidée par le maire de Deauville Philippe Augier: ces difficultés sont structurelles et elles sont liées à la solution même de la question normande.

Pourquoi?

Pendant près de 50 ans, mises à part quelques instances telles que la chambre régionale d'Agriculture ou le comité régional de tourisme ou le comité régional de la... CGT, le portage de l'intérêt général normand n'existait pas car la Normandie institutionnelle n'existait pas.

La valorisation du potentiel social, économique, culturel, patrimonial de la Normandie a donc été prise en charge par des initiatives de la société civile: des associations, des réseaux, des collectifs, des entreprises de Normandie se sont mobilisés pour défendre une Normandie objet de dérision et de mépris dans certaines assemblées politiques officielles incapables, des années durant, de s'entendre pour décider du retour à l'unité régionale et instituer une collectivité territoriale publique pour défendre et valoriser toute la Normandie.

85968921

Depuis le 1er janvier 2016 c'est, désormais, chose faite grâce au socialiste rouennais François Hollande, président de la République, qui en avait marre qu'un certain Laurent Fabius le brocarde encore en  "Guimauve le Conquérant" la veille de commémorer, avec la terre entière sur les plages normandes, le 70ème anniversaire du retour de la paix et de la démocratie en Europe.

La prise en charge institutionnelle, officielle, publique de l'intérêt général normand est enfin possible. Mais, élus, fonctionnaires, agents, chargés de mission ont découvert qu'il y avait déjà des jardiniers dans la friche normande qui ont entretenu et sauvegardé ce qui pouvait l'être en évitant la mort même de l'idée normande des années durant, dans une indifférence institutionnelle relative ou absolue...

Concrètement, lors de la mise en place de l'agence régionale de l'attractivité, les équipes de Michael Dodds se sont aperçues que les idées, les initiatives et les projets existaient déjà (par exemple: la fête des Normands, le jour de la Saint Michel le 29 septembre). Cela a crée des malentendus: des erreurs d'analyse ont été commises car il fallait qu'une instance officielle prenne le temps d'admettre qu'il lui fallait abandonner la culture dirigiste qui domine dans une France institutionnelle encore très jacobine et autoritaire au profit d'une position certes, plus humble mais plus stimulante pour l'esprit qui est celle d'accompagner concrètement tous les porteurs Normands de projets normands.

Le festival Fénô qui s'ouvre prochainement sera pour nous comme pour d'autres l'occasion de vérifier que l'agence régionale dirigée par Michael Dodds a tiré tous les enseignements nécessaires pour développer pleinement une fonction support précieuse pour la réussite des projets de tous les amoureux de la Normandie!

michael dodds


 Lire dans la dernière livraison de la Chronique de Normandie éditée par Bertrand Tierce les analyses suivantes (n° 575 datée du 25 mars 2019):

Doddsdoute

Voir aussi, dans la même livraison, une allusion aux pressions exercées par la très jacobine préfète de région Fabienne Buccio contre le développement du Rollon comme monnaie régionale normande qui était soutenue par l'ADEME présidée en Normandie par Fabrice Legentil...

On appréciera la mise en garde adressé à Hervé Morin trop girondin normand aux yeux de certains!

rollonbuccio