L'Etoile de Normandie vous signale l'ouverture prochaine d'une exposition importante par son intérêt et ses enjeux au musée des traditions et arts Normands du château de Martainville (Seine-Maritime): en effet, pour la première fois, à notre connaissance, une exposition s'intéressera en détails à la vie quotidienne des femmes en Normandie du XVIIIe au début du XXe siècle: de Charlotte Corday à Emma Bovary, on s'interrogera aussi sur l'identité de la femme normande dans les modèles laissés par l'histoire et la littérature. Comme dans toutes les régions françaises ayant conservé leurs traditions rurales, maritimes ou ouvrières, on perçoit assez vite que les femmes ont souvent un caractère plus trempé que celui des hommes... De là à devenir "gribiche"! On pourrait aussi s'interroger sur l'influence des valeurs véhiculées par l'ancien droit normand sur les mentalités, à commencer par les rapports sociaux et culturels entre hommes et femmes avec une tendance à une certaine égalité et une certaine autonomie de la femme normande.

Bref! voilà une exposition qui s'annonce passionnante et que nous vous recommandons chaudement!

Samedi 6 avril 2019 à 11h, au Musée des Traditions et Arts Normands - Château de Martainville, se tiendra le vernissage de l’exposition « Femmes je vous aime – Etre une femme en Normandie, du XVIIIè siècle au début du XXè siècle » en présence de Charlotte Masset, Vice-présidente du Département en charge de la culture et du patrimoine.

femmeennormandie

Lire le dossier de presse:

femme1

femme2

femme3

femme4

femme5

femme6

femme7

 


 

Commentaire de Florestan:

Deux petites remarques quant au dossier de presse... 

1) Dans la rubrique la femme et la religion, le rôle de la Vierge Marie a joué en Normandie un rôle assurément plus grand que la Pucelle d'Orléans brûlée vive à Rouen.

2) On notera sur l'affiche officielle diffusée pour cette exposition la présence, comme il se doit, du logo régional aux deux cats. Mais il s'agit du logo provisoire du conseil régional de Normandie... avant l'arrivée de la mandature d'Hervé Morin: est-ce un acte manqué?