Compte tenu de ce que l'on est contraint d'avoir à penser du contenu d'un fond régional d'art contemporain (le contenant, généralement un bâtiment classé MH ayant sa riche histoire culturelle ou spirituelle derrière lui, servant de faire valoir au nihilisme actuel), il est utile d'aller jusqu'au bout, de remonter la tuyauterie jusqu'à son ultime siphon.

Cette plomberie nous conduit à l'urinoir de Marcel Duchamp, un célèbre artiste normand qui a inventé la célébrité artistique sans art ni oeuvre. Marcel Duchamp s'inscrit dans la  tradition littéraire, artiste, d'un certain dandysme à la normande, celle d'une dérision poussée jusqu'au dérisoire célébrée aussi par Baudelaire et chez nous par un Barbey d'Aurévilly, Charles Léandre, Alphonse Allais, Erik Satie voire, un Jean-Pierre Brisset "prince des penseurs" qui inspira tant un certain Alfred Jarry... Aujourd'hui, c'est un François Morel qui pourrait encore se souvenir le mieux de cette tradition normande d'humour très créatif un tantinet potache qui nous envoie à Marcel Duchamp, ce grand farceur normand qui a réussi le tour de force de faire entrer au musée et dans les salles des ventes une blague de potache parfaitement carnavalesque!

Car, à l'instar d'une révolution culturelle enfin réussie, la dérision dérisoire de la pissoire nihiliste (au sens anarchiste du mot) du potache normand Duchamp a révolutionné le marché de l'art contemporain démontrant à tous ceux qui ne refusent pas de voir qu'une supercherie peut créer de la valeur comme la Chine communiste et industrieuse peut sauver le capitalisme occidental jusqu'à ce que Dame Nature nous ordonne de cesser cette farce!

pissoiremao

Alors on vous conseille la lecture  post-duchampienne suivante:

MERDE À DUCHAMP de Jean-Pierre Cramoisan

Un déboulonnage clair et définitif du fake-art duchampien dit « contemporain »

Les « gilets jaunes » auraient dû le faire, mais il est encore temps de déboulonner la triste figure tutélaire de l’art conceptualo-bidulaire d’Etat et de son totalitarisme de classe et de caste, qui a ravagé l’art français depuis 40 ans.

Il faut maintenant se débarrasser de cette image référence justifiant  les salaires de milliers de fellateurs du néant fonctionnarisés à la culture et les délires de cette ahurissante  bureaucratisation de l’art au service de sa financiarisation galopante... 

Jean-Pierre Cramoisan l’a fait avec ce petit livre très rafraichissant et euphorisant, plein d’humour,  de poésie et d’une remarquable qualité littéraire… Car ce sont les poètes qui effaceront le souvenir de ce malfaisant, qui le délégitimeront et qui contribueront ainsi à la sauvegarde de l’art, de  la vie et de  l’humanité.

Car le problème c'est que les Duchampiens ont pris Duchamp au sérieux, ces précieux ridicules ayant oublié que les meilleures blagues (notamment les blagues potaches) sont les plus courtes!

merdeàduchamp1

merdeàduchamp2

merdeàduchamp3