Les lecteurs de l'Etoile de Normandie doivent être las de lire des propos péjoratifs relatifs à la politique maritime et portuaire menée sous l'autorité de l'Etat dans les ports maritimes, notamment ceux de l'axe Seine...

     Une fois n'est pas coutume, ils vont découvrir à travers l'article suivant que le port du Havre se porte bien :

Hervé Martel laisse les commandes du Port du Havre à Baptiste Maurand

Paris-Normandie Publié le 10/04/2019 à 05:00 Mis à jour le 10/04/2019 à 05:00 François HAUGUEL

https://www.paris-normandie.fr/actualites/economie/herve-martel-laisse-les-commandes-du-port-du-havre-a-baptiste-maurand-EK14873654

Port. À partir du 15 avril, Baptiste Maurand sera à la tête d’Haropa-Port du Havre. Hervé Martel, son prédécesseur, devient directeur général du Grand port maritime de Marseille.

Baptiste Maurand succède à Hervé Martel

Suite au Conseil de surveillance du 30 mars, la direction d’Haropa-Port du Havre a fait un tour d’horizon, hier, sur l’actualité du premier port français de marchandises conteneurisées.

En route pour Marseille

En préambule, et comme il l’était pressenti, Emmanuèle Perron, la présidente du Conseil de surveillance du port du Havre, a annoncé officiellement la nomination d’Hervé Martel, le directeur général d’Haropa-Port du Havre à la tête du Grand port maritime de Marseille (nos éditions d’hier).

C’est Baptiste Maurand, jusqu’alors directeur général adjoint, qui lui succédera à partir du 15 avril. Hervé Martel était à la tête du port du Havre depuis mars 2012.

Les dossiers liés au port du Havre ne manquent pas, que ce soit le Brexit, le parachèvement de Port 2000, l’éolien ou encore le terminal multimodal. « Notre port va bien. Il va même très bien », résume Emmanuèle Perron qui a souhaité saluer le travail d’Hervé Martel et de son équipe. « Le bilan financier du port est excellent. Il y a cinq ans, nous avions une capacité d’autofinancement de 18 millions d’euros. Aujourd’hui, elle est de 55 millions. Et cela nous donne la capacité d’investir et de nous développer... Le remboursement de notre dette passe de treize ans en 2013 à trois ans en 2018. Les indicateurs sont aux verts. »

« Au-dessus de nos objectifs »

Hervé Martel se souvient qu’à son arrivée en 2012, la difficulté était le modèle économique du port du Havre. « Sa capacité d’autofinancement lui permettait à peine d’entretenir ses ouvrages... L’objectif du plan stratégique a donc été de revenir à un niveau de capacité d’autofinancement satisfaisant. Aujourd’hui, nous sommes très au-dessus de nos objectifs. Depuis 2014, nous avons sur-performé. »

Hervé Martel explique que l’augmentation des recettes du port a contribué à ces bons résultats, les droits de port mais aussi une augmentation des recettes domaniales grâce à de nouvelles surfaces logistiques. « Nous inaugurons près de 80 000 m² d’entrepôts par an depuis cinq ans. Ce n’est pas rien... Nous avons un objectif de rééquilibrage entre nos recettes domaines et nos recettes de droits de port ».

Le port a également dû maîtriser ses dépenses de fonctionnement, le plus gros des charges étant la masse salariale avec 100 millions d’euros. « L’État nous aide également un peu plus qu’hier avec des dotations supplémentaires. C’est vrai notamment pour nos travaux de dragage. »


 

Commentaire :

     Une question me brûle les lèvres : comment se fait-il qu'après avoir rappelé que Le Havre est le " premier port français de marchandises conteneurisées ", son trafic ne soit pas mentionné ? L'évocation de cette information serait-elle devenue délicate ?