Les lecteurs de L'Etoile de Normandie ont eu l'occasion de découvrir dans ses pages l'expression d'opinions portant sur la menace que fait peser sur les ports normands de l'axe Seine la réalisation prochaine du canal Seine-Nord Europe, malgré les dénégations des autorités publiques des Hauts-de-France et de l'Etat.

     Dans ce domaine, un élément nouveau est apparu, rapporté par un média spécialisé hier :

En bref...

Création du Conseil de coopération interportuaire et logistique de l’axe Nord

L’Antenne 02/05/2019

https://www.lantenne.com/notes/Creation-du-Conseil-de-cooperation-interportuaire-et-logistique-de-l-axe-Nord_b33255415.html

La ministre des Transports Élisabeth Borne a lancé le Conseil de coopération interportuaire et logistique de l’axe Nord le 16 avril à Dunkerque. Celui-ci vise à promouvoir les synergies et l’offre transport et logistique sur le corridor Nord de la France, l'une des trois portes d’entrée maritimes identifiées lors du Comité interministériel de la mer (Cimer) du 15 novembre 2018.

L'officialisation s'est tenue en présence des élus des collectivités de Boulogne-sur-Mer, Calais, Dunkerque et de la région des Hauts-de-France ainsi que d’acteurs du secteur des transports et de la logistique (gestionnaires de ports, d’infrastructures ferroviaires et fluviales, de plateformes multimodales, etc.).

Commentaires :

     Ce CCILAN ne s’inscrit-il pas dans une démarche visant à concentrer l’activité maritime, portuaire et logistique de la façade ouest de l’Europe autour des ports de Rotterdam, Anvers, Zeebrugge, Bremerhaven, en y adjoignant accessoirement Dunkerque, Calais et Boulogne ?... Ce qui ressemblerait fort à une idée provenant de la Commission européenne…

     Cela n’aboutira-t-il pas à faire du « Grand Paris » la grande banlieue de la conurbation belgo-luxembourgo-allemande ?... A faire d’un axe Le Havre-Rouen-Paris-Lyon-Marseille une « ligne de démarcation » entre l’Europe continentale qui compte et son extrémité française de moindre intérêt, dans laquelle les ports de Nantes-Saint-Nazaire, La Rochelle, et Bordeaux, mais aussi Caen, Cherbourg, Saint-Malo, Brest, Lorient, Bayonne – pour ne citer que ceux-là – seront relégués, à la merci de collectivités territoriales plus ou moins aptes à les assumer, plus ou moins dotées des moyens nécessaires à leur exploitation et à leur développement ?

     Verra-t-on apparaître un jour en France un FLGO (Front de Libération du Grand-Ouest) - comme il existe des mouvements indépendantistes catalan et écossais – préconisant l’autonomie de cet espace négligé par la Communauté Européenne et par les autorités politiques françaises ? Cet espace comporterait, par exemple, du nord au sud, la Normandie, la Bretagne, les Pays de la Loire, le Centre Val de Loire, et la Nouvelle Aquitaine… Peut-être aussi l’Auvergne et une partie de l’Occitanie…