Le château de Martinvast près de Cherbourg qui était l'un des fleurons du patrimoine artistique normand n'appartient pas à un... milliardaire breton. La preuve hélas!

https://actu.fr/normandie/martinvast_50294/la-collection-dobjets-oeuvres-dart-historiques-chateau-martinvast-vente-encheres_23545882.html

La collection d’objets et œuvres d’art historiques du château de Martinvast en vente aux enchères !

chateau-854x466

Des objets et œuvres d'art du château de Beaurepaire à Martinvast, qui appartient encore à la famille de Pourtalès, passeront en vente à Paris jeudi 16 mai 2019.

Des objets et œuvres d’art du château de Beaurepaire, à Martinvast, qui appartient encore à la famille de Pourtalès, passeront en vente à Paris jeudi 16 mai chez la prestigieuse agence Sotheby’s.

Lire aussi : Photos mystères dans la Manche : l’appel lancé pour retrouver les localisations a fonctionné

Ce château avait été acheté en 1867 par leur ascendant, un banquier allemand installé en France, le baron Arthur de Schickler (1828-1919).

Lire aussi : Manche : en visitant des jardins, vous donnez 2 € pour la recherche sur le cerveau

Celui-ci avait confié l’agrandissement du château à l’architecte britannique William Henry White et l’aménagement du parc à Lucien Levy-Dhurmer, faisant naître des palmiers et d’étonnantes cascades.

« L’empreinte secrète d’une dynastie »

Pour présenter la vente du 16 mai, Sotheby’s précise :

Collectionneur érudit et passionné, Arthur de Schickler décore richement Martinvast. Il achète dans toute l’Europe : en France bien sûr, mais aussi lors de ses voyages en Italie, en Allemagne, des tapisseries et objets d’art du XVIe, XVIIe siècle. Son arrière-petit-fils, le comte Christian de Pourtalès, continuera d’entretenir, au XXe siècle, le rêve de son ancêtre. La collection nous est parvenue quasiment intacte. Elle porte le cachet d’un lieu et l’empreinte secrète d’une dynastie.

Une paire de chérubins estimée à 1 million d’euros

L’agence détaille ensuite :

Des portraits par Horace Vernet et Franz-Xaver Winterhalter immortalisent les personnalités de la famille Schickler-Pourtalès. L’ensemble dévoile aussi des tapisseries flamandes du XVIe siècle de Bruges, Bruxelles, française du XVIIe siècle tissées dans les ateliers parisiens ; des objets d’art allemands comme un grand retable en chêne du Brabant, vers 1520/1540, ou cette paire de chérubins en pierre calcaire provenant de la chapelle Fugger à Augsbourg, vers 1530 ; un oscillum antique passé dans la collection Campana, et des arts décoratifs de style néogothique.

cherubins-854x481

Au total, 201 lots sont inscrits au catalogue. Les enchères débuteront à 14 h 30. Et Sotheby’s de conclure dans sa présentation : 

Dans un savant éclectisme, la collection révèle un goût aux confluences de la beauté, de la fortune et du pouvoir.

« Le château est déjà vide »

A Martinvast, en revanche, c’est la « tristesse » qui prime, soupire le maire Jacky Marie, qui précise que « le château est vide. Tout est déjà parti à Paris ».