Ils arrivent, ils débarquent... Mais qui donc?

siekommen

Le débarquement de matériels militaires en juin 2019 est aussi impressionnant que celui de juin 1944...

https://www.ouest-france.fr/d-day/75e-anniversaire-du-debarquement-le-prefet-devoile-un-dispositif-de-securite-hors-normes-6383728

... Version allemande: "Sie Kommen!"

Pour la première fois, en 1994, à l'occasion du 60ème anniversaire du débarquement, devant la mairie de Ranville et un Jacques Chirac passablement ému, le chancelier allemand de l'époque, Gerhard Schröder, avait déclaré que "la libération de l'Allemagne avait commencé sur le sol normand".

Le chancelier Schröder se recueillant dans le carré allemand du cimetière mémorial britannique de Ranville (Calvados) le 6 juin 1994.

1086559204_850215_0000000000_sumario_normalOriginale

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/l-ambassadeur-d-allemagne-en-france-remercie-les-allies-d-avoir-libere-la-france-20190605

L'ambassadeur d'Allemagne en France remercie les Alliés pour la Libération

L'ambassadeur d'Allemagne en France a remercié mercredi les Alliés d'avoir libéré la France, l'Europe et les Allemands, au cours d'une cérémonie au cimetière allemand de La Cambe (Calvados) où reposent plus de 21.000 soldats.

LIRE AUSSI - D-Day: l’épopée des 177 du commando Kieffer

«Nous remercions les Alliés qui ont non seulement libéré la France mais également le continent européen de la domination nazie, mais qui nous ont aussi libérés, nous les Allemands», a déclaré Nikolaus Meyer-Landrut, ambassadeur de la République fédérale d'Allemagne, au cours d'une cérémonie pour le 75e anniversaire du Débarquement.

Des soldats allemands mais aussi français, américains, canadiens ou polonais ont participé à ce moment de recueillement au pied d'un tumulus surmonté d'une énorme croix noire de basalte, qui domine les lieux. L'ambassadeur a également cité dans son discours le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker: «Celui qui doute, celui qui désespère de l'Europe devrait visiter des cimetières militaires. On peut y voir à quoi mène inexorablement l'absence d'Europe, l'antagonisme entre les peuples...»

«Nous pleurons les individus qui sont enterrés ici, tout comme nous pleurons ceux qu'ils ont tués. Ils avaient tous des parents, des frères et soeurs, des amis et des épouses qui ne pouvaient vivre sans eux», a déclaré pour sa part Wolfgang Schneiderhan, président du Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge, l'association qui entretient les cimetières militaires allemands. «Simple soldat ou officier haut gradé, nazi ou antifasciste, conscrit ou SS: ils sont tous des victimes de la guerre, même ceux qui en ont d'abord été les auteurs», a poursuivi Wolfgang Schneiderhan. «Dans la mort, ils sont égaux. Mais cela ne signifie pas qu'ils étaient égaux dans la vie ni qu'ils devraient l'être dans notre jugement. La mort n'efface pas les crimes de guerre.» La cérémonie s'est conclue par une prière œcuménique puis un orchestre a joué les hymnes nationaux des pays représentés.

La plupart des 21.145 soldats allemands enterrés à La Cambe avaient à peine 20 ans quand ils sont morts. Parmi eux figurent néanmoins plusieurs nazis comme le SS Michael Wittmann, l'un des chefs de char allemands les plus redoutés, ou l'officier SS Adolf Diekmann, qui a commandité le massacre d'Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) le 10 juin 1944.