BILLET de FLORESTAN

Ce matin tant sur France Info que dans la matinale de France Culture, le journaliste spécialiste de diplomatie et d'actualités internationales s'interrogeait:

Comment serait-il possible d'avancer sérieusement, en moins d'une heure de discussion autour d'un repas fut-il gastronomiquement normand, sur des désaccords de plus en plus grands entre la France et les Etats-Unis au sujet de l'Iran, de la guerre commerciale en cours avec la Chine, la remise en cause du multilatéralisme, de la solidarité stratégique occidentale ou sur la question du changement climatique?

19649758

La région Normandie vient de consacrer, avec beaucoup d'intelligence et de travail, deux magnifiques journées de réflexion, d'analyses et de rencontres internationales de haut niveau sur la question de la Paix mondiale. Le menu pantagruélique des discussions bilatérales franco-américaines prévues ce 6 juin 2019 autour de la table de la préfecture de Caen et présenté à la presse internationale par les fanfarons de l'Elysée tente de faire pièce au Forum mondial Normandie pour la Paix qui s'est conclu la veille au soir dans la satisfaction générale: l'inévitable comparaison des deux initiatives diplomatiques autour de la Paix mondiale proposées ces trois derniers jours à Caen n'est pas flatteuse... pour l'Elysée!

4bf081e09754b1ed9508060369df1

L'idéal le plus conforme à l'intérêt général de la diplomatie française eut été que Macron accepte de se servir de l'écrin du forum Normandie pour la paix proposé par Morin pour y accueillir une véritable rencontre au sommet avec Donald Trump à l'occasion de son baptême moral normand: cela aurait été d'une ambition à la mesure de la grande matière historique normande mais une telle initiative aurait exigé un très grand travail de préparation en amont (Ah! les "sherpas!"...).

Mais l'idéal ce n'est pas la réalité: l'arrogance juvénile de M. Macron, d'une part, et la versalité quasi infantile de M. Trump, d'autre part, interdisent toute approche grandiose de la Paix à Caen à l'occasion du 75ème anniversaire du débarquement en Normandie.

https://www.youtube.com/watch?v=-BgWNKbPUVQ

Cet après-midi du 6 juin 2019, on célèbre officiellement le 75ème anniversaire du débarquement de la Liberté dans une Normandie plus jamais reléguée au rôle de carte postale historique avec des populations riveraines normandes du passage chez nous de MM. Trump et Macron confinées chez elles entre 6h et 23h du soir pour des raisons de sécurité car les présidents de grandes nations nucléaires sont certainement radioactifs.

Commémorer la Liberté retrouvée en supprimant la plus fondamentale des libertés, celle d'aller et venir!

Orwell! reviens! Ils sont devenus fous!

https://actu.fr/normandie/caen_14118/75e-d-day-lhyper-centre-caen-zone-morte-presque-6-juin-autour-prefecture_24004806.html

https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/calvados/caen/commemorations-du-day-caen-est-ce-courant-bloquer-ville-mesure-securite-1680942.html

Il y a manifestement beaucoup de retard (plus d'une heure) sur les horaires prévus d'un programme visiblement bricolé à la va vite plus que jamais à la discrétion du maître de l'Elysée: on en vient presque à se consoler en se disant que si Benalla était encore en poste, ç'eût été pire!

Il faut dire que Monsieur Macron avait cru le matin même faire un peu la leçon à Monsieur Trump qui faisait son premier pélerinage mémoriel normand en lui rappelant que "l'Amérique n'est jamais aussi grande que lorsque elle redonne la Liberté aux autres". En clair: l'unilatéralisme du président américain actuel n'est pas à la hauteur de sa visite normande. Emmanuel Macron a, bien évidemment, raison. Tout le monde sait! Mais fallait-il pour autant le dire au lieu de laisser le charme du jardin mémoriel normand opérer sur Trump comme ce fut le cas avec tous les autres  présidents américains venus faire ici un véritable pélerinage d'intrônisation morale six mois après le sacre électoral d'un premier mandat?

Golf Port en Bessin

Monsieur Trump a donc pris le temps d'un large survol en hélicoptère des plages du débarquement: il a certainement obervé depuis le ciel l'exceptionnelle qualité de l'herbe des golfs normands. Il est donc arrivé en retard à la préfecture de Caen faisant attendre son hôte...

Bref! une fois encore, la Normandie et son Histoire se prêtent aux plus hautes et aux plus grandes ambitions telle que la Paix mondiale. Mais encore faut-il en être vraiment à la hauteur: MM. Trump et Macron ont beau être respectivement président des Etats-Unis et président de la République Française, ils ne sont pas à la hauteur d'une Normandie dont le nom remplit d'émotion jusqu'aux larmes de nombreux ressortissants de toutes les Nations alliées de l'été 1944 et des Normands eux-mêmes qui ont eu et ont encore comme parents ou grand-parents des vétérans, des acteurs ou des témoins civils de la Bataille de Normandie pour la Liberté héroïquement menée il y a 75 ans...

C'est aujourd'hui la seule noblesse qui oblige et elle est normande...


 

Voir aussi cet extrait d'un article du Monde (6 juin 2019):

Les commémorations normandes du 6 juin contemporaines ont été lancées en 1984 par François Mitterrand à l'occasion du 50ème anniversaire du débarquement afin d'en faire une rencontre internationale diplomatique au plus haut niveau (chefs d'états invités) ayant pour objet l'évaluation de la paix mondiale et de la solidarité occidentale.

Auparavant, ces cérémonies n'étaient que militaires: le général de Gaulle boudait ostensiblement la commémoration du 6 juin lui préférant l'anniversaire de son arrivée à Bayeux le 14 juin 1944 histoire de rappeler la vraie histoire qui est celle de la tentative d'exclusion de la France Libre du dispositif militaire et civil d'une opération Overlord placée sous le contrôle des Américains.

Il est évident que les derniers grands anniversaires ont aggravé ce caractère institutionnel et officiel qui a culminé avec ce 75ème anniversaire avec un sentiment d'amertume largement partagé qu'une fois de plus la Normandie ne s'appartient plus et que les Normands se sont vus confisqués leurs commémorations.

Dans ce contexte, l'initiative de la région Normandie de créer à l'occasion de l'anniversaire du 6 juin un forum mondial de réflexion dédié à la Paix largement ouvert aux citoyens Normands et à la jeunesse normande est une excellente initiative!

Mais à une condition: éviter une concurrence aussi inutile que vaine entre la région Normandie et l'Elysée dans la mise en oeuvre d'une diplomatie mémorielle qui doit contribuer au rayonnement international de la France.

https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/06/06/6-juin-1944-une-celebration-de-plus-en-plus-instrumentalisee-par-la-diplomatie_5472107_3232.html?fbclid=IwAR3PepY544nwPaptbNNzeM1-Bl6bRZggc1MgpBaMdZg_-B5FqTw3kP_bJik

6 juin 1944 :

« Une célébration de plus en plus instrumentalisée par la diplomatie »

Tribune

Au fil des décennies, et plus encore depuis la fin de la guerre froide, les anniversaires du Débarquement sont le fidèle baromètre de l’état de la relation transatlantique, analyse, dans une tribune au « Monde », Frédéric Bozo, professeur d’histoire à La Sorbonne.

Tribune. Les anniversaires du débarquement allié du 6 juin 1944 s’inscrivent de plus en plus dans ce que l’on pourrait qualifier de diplomatie mémorielle, exercice très prisé de nos présidents sous la Ve République.

Depuis longtemps, la commémoration de Verdun est l’occasion de mettre en scène la réconciliation et l’amitié franco-allemandes, comme l’ont fait à Douaumont (Meuse), en septembre 1984, François Mitterrand et Helmut Kohl (il s’agissait d’ailleurs pour ce dernier d’un lot de consolation pour ne pas avoir été convié aux cérémonies du 6 juin précédent). Plus récemment, comme on l’a vu à l’automne 2018, la célébration du centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918 est devenue l’occasion de mettre en avant la paix et la sécurité collective face au recul généralisé du multilatéralisme. Les anniversaires du Débarquement, quant à eux, permettent de braquer les projecteurs sur la relation transatlantique – euro-américaine en général et franco-américaine en particulier. Car quel autre événement symbolise autant ce qui aura été, pendant trois quarts de siècle, le fondement même de cette relation : l’engagement des Etats-Unis en Europe et l’Alliance atlantique qui en est le cadre ?

  Lire aussi Centenaire 11-Novembre : face à Trump, Macron et Merkel jouent la carte de l’unité

Dès lors, que nous disent ces anniversaires, au fur et à mesure des décennies, de l’état de la relation transatlantique ? Ils en sont le fidèle baromètre. Pendant plus d’un demi-siècle – en gros, les quatre décennies de guerre froide et la décennie de l’immédiat après-guerre froide –, cette relation s’impose comme une évidence. La diplomatie qui est associée aux célébrations, discrète d’abord, s’intensifie progressivement dans la seconde partie de la période.

« En 1984, c’est une France mitterrandienne à l’aise dans sa relation avec l’Amérique triomphante de Reagan qui célèbre l’événement en grande pompe »

Malgré les péripéties gaulliennes et post-gaulliennes, l’exercice reflète la solidité de la relation transatlantique. Sans surprise, la IVe République, en 1954, honore comme il se doit l’allié américain, pierre angulaire de sa politique étrangère. Sans surprise non plus, en 1964, le général de Gaulle, tout à son défi lancé à la toute-puissante Amérique – défi qui aboutira deux ans plus tard au retrait de l’OTAN –, boude un événement qui lui rappelle par ailleurs de mauvais souvenirs, celui d’une France traitée comme quantité négligeable par les « Anglo-Saxons ».


 

a1389af18ffdf3f36e7f028fe8649e64-6-juin-poignee-de-main-trump-macron-caen-le-making-de-la-photo_41

Ouest-France nous raconte la petite histoire... dont la Normandie est, bien évidemment, exclue!

https://www.ouest-france.fr/d-day/6-juin-poignee-de-main-trump-macron-caen-le-making-de-la-photo-6386745

 Mais aussi les journalistes "déminés" venus couvrir au coeur du périmètre de sécurité, le pétardement (réussi?) de deux bombes diplomatiques... sous les lambris dorés style Directoire de la préfecture de Caen.

Nous sommes, bel et bien, en France en juin 2019:

35c3286a1738a6612f5cc68df17e4ac3-6-juin-poignee-de-main-trump-macron-caen-le-making-de-la-photo_44