La mer, l'océan tout comme la haute montagne sont les derniers espaces de notre Terre où la Nature règne encore où la vie humaine devient le bien le plus précieux car en pleine mer tout comme dans les cimes, la Nature use encore de son antique privilège d'ôter la vie humaine sans aucune justification, ni procédure, norme ou recours: les Anciens plus soumis à la Nature, donc plus sages que nous autres modernes, appelaient cela le Destin...

Ils sont partis en mer pour sauver une vie humaine en perdition en pleine tempête au large des Sables-d'Olonne... Trois ne reviendront jamais.

https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/tempete-miguel-le-temoignage-bouleversant-sur-rtl-d-un-rescape-du-naufrage-aux-sables-d-olonne-7797799956

7797799974_la-vedette-du-snsm-a-chavire-vendredi-7-juin-2019-aux-sables-d-olonne

Sur les quais de l'Armada de Rouen, samedi 8 juin 2019, l'émotion et la sympathie du public était palpable:

https://www.francebleu.fr/infos/societe/armada-2019-a-rouen-la-snsm-recoit-de-nombreux-soutiens-apres-la-mort-de-trois-de-ses-benevoles-1560011705

Nous vient à l'esprit et au coeur la chanson suivante:

Péris en mé

Péris en mé: no l'dit. Pis no dit qu'vâot muus l'taire.

Les femmes sé sènent sus l'couop. Les hommes né savent qui faire.

Péris en mé: les p'tiots vouos guettent dreit dauns l'bllaunc d'l'u:

"Al-ouos en, mes éfaunts..." et no n' les dispute pus...

Touot l'mounde est lo trembllaunt sus les marches dé l'égllise,

Et no guette où pus louen sus la mé drôle et grise.

Y-en a ieun qui l'a dit: "Sainte Thérèse est finin..."

Cha ya douna l'grélot. Persoune n'a répounun.

Ch'est sa pouore pétite femme! Qui qu'va dévenin sen père?

Et sen p'tiot qu'est où ber!.. Ol en mouorra sa mère!

"Qu'est-ch'doun qui prêche ainchin? qu'a crié eun patroun,

Et si ch'est eun péqueus, ch'est indène dé sen noum..."

Persoune a pus ryin dit. No reste là d's auntiennes,

Ch'est finin! No s'en r'va tcheu sei, l'quoeu louord dé penne...

Finin!... Péris en mé!... Sus les listes du port

No rajouot'ta chin noums, piqu'en r'veilà chin d'morts.

Des batiâos sount partis pouor fouilli les dérouotes.

En deux jouors i vount faire set ou huit couops la rouote:

"No-z-a pouortaunt trachi... et no s'en r'vyint sauns ryins"...

Il lé disent pé. Cha s'veit. No s'en douotait touos byin.

Péris en mé! Ch'est touot. Pé bésouen qu'no l's enterre.

La mé a touot garda. D'eun sens, cha s'sa lu glouère.

Péris en mé! Cha f'ra dinmaunche des femmes en nei

Qué par pityi loungtemps no-z-aim'ma muus n'pas vei.

Péris en mé! Alors, où Bureau, eun dounényi

Fait byin vite eun Etat pouor l'envyer où Quartyi.

Péris en mé! L'Bouon Dieun a deu lu pardonna

Si, quaund il 'taient sus terre, il ount fait eun miot d'ma.

Et dauns la mé mâovaise, quaund i s'y enfouncitent,

-N'lu fallit qu'eun moment- entré ieus i sé l'ditent.

Des terrians vouos dirunt qué ch'est eune triste mort.

Les péqueus vouos répoundent: "chaqueun countent d'sen sort"

"L'péqueus meurt à sen bord, m'disait souovent men père,

Comme eun prête à s'n âotel, j' syis tréjouos prêt à l'faire..."

Péris en mé! Salut! J'frai eune pryire pouor vouos,

Touot seu dauns la falaise, dreit d'vaunt la mé, à g'nouos.

Texte magnifique d'Albert Lohier alais Côtis-Capel (1965) mis en musique par Daniel Bourdelès pour le groupe Magène

https://magene.pagesperso-orange.fr/dentel.html