L’auteur de ces lignes qui a, par le passé et à plusieurs reprises, raillé la gouvernance portuaire du Grand Port Maritime du Havre pour sa communication critiquable, a lu l’article suivant :

Ports du Havre, de Rouen et de Paris : vers la création d’un établissement unique

Paris-Normandie Publié le 14/06/2019 à 19:23 Mis à jour le 16/06/2019 à 17:01

https://www.paris-normandie.fr/actualites/economie/ports-du-havre-de-rouen-et-de-paris--vers-la-creation-d-un-etablissement-unique-NM15198588

L’Assemblée nationale a donné son aval, vendredi 14 juin 2019, pour habiliter le gouvernement à créer un établissement public unique réunissant les trois ports de l’axe Seine. Le gouvernement pourra procéder par ordonnances.

    

Les trois ports de l’axe Seine, Le Havre, Rouen et Paris, seront réunis dans un seul établissement public. (Photo d’archives Paris-Normandie)

L’Assemblée nationale a donné son aval vendredi 14 juin 2019 pour habiliter le gouvernement à créer un établissement public unique rassemblant les ports du Havre, de Rouen et de Paris, afin de se doter des moyens « pour rivaliser » avec les ports du nord de l’Europe. Le gouvernement a obtenu de pouvoir procéder par ordonnances sur ce sujet, dans le cadre de l’examen du projet de loi d’orientation des mobilités (LOM). Cette mesure fait suite aux annonces du Premier ministre Édouard Philippe, ancien maire du Havre, lors du comité interministériel du 15 novembre 2018.

« Une bonne méthode »

Le gouvernement pourra ainsi, dans un délai de 18 mois à compter de la publication de la loi, « prendre toute mesure » afin notamment de « faciliter la transformation des établissements existants et la création du nouvel établissement, y compris dans le domaine fiscal », selon le texte de l’amendement. « C’est la bonne méthode pour avancer », a souligné la ministre des Transports Élisabeth Borne.

La députée de Seine-Maritime Agnès Firmin-Le Bodo (Agir-La droite constructive) a salué une mesure qui répond « aux ambitions de la France pour Axe Seine » et va permettre « de rivaliser avec les ports du nord de l’Europe ». Jean-Marie Sermier (LR) a soutenu l’amendement « sur le fond » mais a regretté, sur la forme le recours aux ordonnances.

A lire aussi

Les ports du Havre, de Rouen et de Paris voguent vers la fusion

« Épargnez-nous les ordonnances ! »

« De grâce, épargnez-nous les ordonnances ! », a demandé en vain le communiste Jean-Paul Lecoq, élu de Seine-Maritime, tout en reconnaissant que « le fait de réussir cette fusion » était « un enjeu national ». « Il y a urgence à agir » pour se doter des moyens permettant à ces ports « de se comparer au range nord-européen » (principaux ports du nord de l’Europe), a admis le socialiste Christophe Bouillon, élu lui aussi de Seine-Maritime, tout en jugeant « toujours délicat » le recours aux ordonnances.

Un début d’année en hausse

Comme un signe... Alors que l’Assemblée nationale adoptait vendredi dernier le principe d’une fusion des trois ports de l’axe Seine, Haropa, la structure réunissant Le Havre, Rouen et Paris, dévoilait ses chiffres pour le début 2019. À fin mai, le trafic enregistre une progression de 5,1 %, à 40 millions de tonnes (MT). Cette progression s’explique par des marchés dynamiques : les conteneurs, les vracs solides et les vracs liquides. Autre bon chiffre, celui du trafic fluvial : en hausse de 55 % à fin avril.

S’agissant des conteneurs, le trafic progresse de 4 %, à 1,2 million d’EVP (Équivalent vingt pieds) et 4 % en tonnage, à 12 MT. Le mois d’avril a battu un record depuis cinq ans. C’est essentiellement depuis le port du Havre qu’est enregistrée la hausse des trafics, tant pour l’hinterland que pour le transbordement. À noter que le trafic fluvial de conteneurs au départ ou à l’arrivée au Havre progresse de 14,5 %.

À 20,5 MT, les vracs liquides progressent de 7 %. Le trafic de pétrole brut augmente de 3,1 % et les produits raffinés de 11,1 %. Quant aux vracs solides, à 6 MT, ils sont liés aux céréales, qui progressent de 9,3 %, à 6,8 MT. Fin avril les tonnages de céréales exportées depuis Rouen atteignaient 6,7 MT (sur la campagne en cours), soit quasiment l’équivalent de la dernière campagne (6,9 MT).

     Il s’est attardé sur la partie terminale de l’article de Paris-Normandie consacrée à l’évolution du trafic, et cela lui a inspiré les remarques suivantes :

. Haropa ne manque pas l’occasion, comme le trafic des premiers mois de l’année 2019 est dans le vert, d’en faire état. Ce GIE n’avait pas été aussi empressé l’année passée lorsque l’évolution du trafic était plutôt maussade ; il avait fallu attendre le plein été pour voir paraître dans le quotidien précité des informations sur l’évolution du trafic des ports de l’axe Seine…

. Haropa met l’accent, avant même que la fusion des ports du Havre, de Rouen et de Paris soit intervenue, sur le trafic des trois ports. C’est bien commode quand il s’agit d’atténuer ou de masquer une contre-performance de l’un des ports…

     Mais revenons sur l’évolution du trafic, plus particulièrement sur celui des conteneurs maritimes.

Ainsi donc « … S’agissant des conteneurs, le trafic progresse de 4 %, à 1,2 million d’EVP (Équivalent vingt pieds) et 4 % en tonnage, à 12 MT. Le mois d’avril a battu un record depuis cinq ans. C’est essentiellement depuis le port du Havre qu’est enregistrée la hausse des trafics, tant pour l’hinterland que pour le transbordement. … »

En 2018, selon les statistiques ministérielles, on a relevé le trafic maritime suivant :

. GPM du Havre : 2 863 697 EVP, dont 1 132 121 de janvier à mai

. GPfM de Rouen : 68 227 EVP, dont 30 321 de janvier à mai

. GPM du Havre + GPfM de Rouen : 2 931 924 EVP, dont 1 162 442 de janvier à mai

     Donc, comme en 2017, moins de 3 MEVP, contrairement à ce que prétendait Haropa dans sa communication récurrente…

     Maintenant qu’on nous annonce une croissance de 4% entre les cinq premiers mois de 2018 et ceux de 2019, extrapolons cette évolution sur l’ensemble de l’année 2019 :

     1ère hypothèse :

Les 7 derniers mois de 2019 sont équivalents aux 7 derniers mois de 2018

. Pour le GPM du Havre seul, cela donne 2 908 982 EVP

. Pour le GPM du Havre + le GPfM de Rouen, cela donne 2 978 422 EVP

     2ème hypothèse :

La croissance entre les cinq premiers des années 2018-2019 est appliquée aux 12 mois des années 2018-2019

. Pour le GPM du Havre seul, cela donne 2 978 245 EVP

. Pour le GPM du Havre + le GPfM de Rouen, cela donne 3 049 201 EVP

     Autrement dit, les 3 MEVP en 2019, « c’est pas » gagné d’avance… même en ajoutant au trafic du GPM du Havre celui du GPfM de Rouen !...