L'exceptionnelle canicule que nous venons de supporter aura au moins eu un mérite: l'urgence écologique va dominer toutes les prochaines campagnes électorales et ce sera cruel pour les professionnels du boniment. En effet, avec la canicule, le discours réchauffé et la vieille soupe habituelle remixée avec des légumes verts ne sont plus suffisants: il faut agir désormais. Concrètement. C'est-à-dire prendre des mesures politiques courageuses qui ne manqueront pas de heurter des intérêts socio-économiques bien plus puissants que ces pauvres gilets-jaunes qui ne peuvent pas faire autrement et finalement bien plus responsables d'une crise écolo-climatique majeure qui s'annonce comme la crise de toutes les crises.

Nos propositions:

En Normandie, s'adapter au changement climatique et lutter contre la crise écologique cela consiste concrètement à:

1) S'opposer au puissant lobby agro-industriel productiviste pour l'obliger à changer de modèle économique: la Normandie si elle le voulait, pourrait devenir la région mondiale du luxe alimentaire "bio". Changer de modèle agricole pour revenir à la polyculture, à l'élevage et à l'agroforesterie qui avaient fait la réputation agro-alimentaire de la Normandie. Refaire des haies dans le bocage. Défendre nos AOC/AOP. Sauver les clos-masures cauchois. Déréglementer le catalogue des semences pour sortir du monopole des hybrides F1 et retrouver l'extraordinaire bio-diversité qui existait encore il y a 60 ans... Et sortir du glyphosate dès que possible!

2) S'opposer au puissant lobby de la promotion immobilière commerciale pour stopper l'artificialisation des sols en périphérie des villes. Développer l'agriculture urbaine, reconstruire les ceintures maraîchères péri-urbaines d'autrefois. Réformer la SAFER.

3) S'opposer à ce même lobby pour éviter la destruction des derniers jardins de coeur d'îlots en pleine terre dans nos centre-ville.

4) Développer tous les modèles et systèmes de production et de commercialisation locaux: promouvoir le "made in Normandie". C'est la raison pour laquelle une monnaie normande a été créée: le Rollon.

5) Développer tous les modes de propulsion au modèle thermique brûlant des hydrocarbures: l'hydrogène est une solution intéressante. C'est la raison pour laquelle, le démantèlement des barrages de l'Avranchin au nom de la renaturation de la vallée de la Sélune est une... connerie! La Normandie doit devenir la région pilote où l'on prépare en France l'avenir de l'industrie automobile (véhicule électrique autonome).

6) Promouvoir les sources d'énergie renouvelables partout où cela est possible en évitant les deux fixettes idéologiques qui, actuellement, s'opposent vainement: le tout éolien qui massacre nos paysages en croyant pouvoir s'opposer au tout nucléaire qui défigure et pollue aux radio-éléments le Nord Cotentin!  L'éolien et l'hydrolien en mer, les panneaux solaires sur les barres d'immeubles de la Reconstruction et le maintien du nucléaire pour faire la transition, tel serait le "mix" énergétique idéal en Normandie. Fermeture de la centrale thermique du Havre (en cours) en anticipant et préparant la reconversion industrielle, écologique, professionnelle et sociale du site (à l'étude).

7) Accompagner réellement les citoyens, les salariés, les habitants et les consommateurs dans la transition écologique par des aides financières ciblées: gratuité des transports en commun au Havre, Caen et Rouen. TVA différenciée sur les produits alimentaires "biocal" (bio en Normandie). Aide significative pour changer de voiture. Tarifs attractifs pour les navetteurs qui prennent le train. 40 aller/retours par jour entre Caen et Rouen en moins d'1h30 pour concurrencer la voiture. Un réseau régional cohérent de véloroutes (cf. Pays-Bas). Aides financières et facilités accordées aux salariés qui viennent à leur travail en vélo.

8) Réfléchir dès à présent à la reconversion des grandes raffineries de la vallée de la Seine: la chimie verte alternative à la pétrochimie?

9) Créer une politique volontariste au niveau régional pour SAUVER le patrimoine vernaculaire bâti normand qui est gravement menacé de disparition: profiter de la nécessité d'améliorer l'isolation des bâtiments pour qu'il soit enfin possible de faire des restaurations et des rénovations respectueuses de ce patrimoine qui fait l'identité de notre région.

10) Reconstruire la Reconstruction de Lisieux avec des immeubles en ossature bois.

Liste non exhaustive...

Des élus, personnalités, citoyens acteurs de la société civile, des entrepreneurs viennent de faire paraître une tribune à lire ci-après...

https://actu.fr/politique/municipales/municipales-2020-25-elus-normandie-veulent-faire-climat-une-priorite-pendant-campagne_25592099.html

image_content_24798133_20190129172412


 Municipales 2020. Des élus et entrepreneurs de Normandie veulent faire du climat une priorité

Vendredi 28 juin 2019, 25 élus et entrepreneurs de Normandie ont signé un texte pour que les enjeux du climat soient intégrés dans les projets municipaux de 2020. Précisions.

Vendredi 28 juin 2019, des maires, des conseillers départementaux, des conseillers régionaux, des sénateurs mais aussi des entrepreneurs de Normandie et des citoyens ont signé et diffusé un texte pour mettre les enjeux du réchauffement climatique au cœur de la campagne des élections municipales 2020.

Canicule, érosion…

« Si la planète se réchauffe de 2 à 3 degrés, ce qui semble hélas une hypothèse réaliste, cela signifiera en Normandie des événements climatiques extrêmes plus nombreux, des épisodes de canicule plus fréquents et plus longs, un recul accéléré du trait de côte… », peut-on lire dans le texte.

Des phénomènes dramatiques « qui auront une consistance concrète dans la vie de nos concitoyens », soulignent les signataires.

Faute d’avoir su les anticiper, il faudra nous adapter à ces phénomènes et modifier en conséquence notre organisation sociale.

Lire aussi : GRAND FORMAT. Falaises qui reculent, éboulements… : comment la Normandie fait face à l’érosion 

« Changer notre manière de voir »

Au sein de ce texte, ces 25 Normands prennent « l’engagement solennel de considérer, si nous sommes élu.es, le climat et plus largement les limites écologiques comme le déterminant premier de notre action publique, impliquant une révision profonde de notre manière de penser le ‘développement économique’. »

Ces signataires demandent aux futurs élus municipaux de changer leur manière de voir : « Persister à penser que l’emploi et la prospérité viendront de plus de routes, plus d’aéroports, plus de consommations d’énergie, plus de chimie en agriculture, c’est se tromper d’époque. » 

Lire aussi : Canicule. Jusqu’à 36,9°C en Normandie : on n’avait pas eu aussi chaud depuis… 1976 !

Au-delà des désaccords, des préférences partisanes des uns et des autres, ces 25 Normands veulent s’accorder sur ce point  :

Nous ferons en sorte, dans notre tâche et nos missions d’élu.es au service des territoires, d’être les artisans humbles, modestes mais solides de la transition écologique, en plaçant l’enjeu à la bonne hauteur  : la première priorité, constitutive de toutes les autres.

 

Premiers signataires  :


François Auber, maire de Saint-Jouin-Bruneval – Valérie Auvray, maire-adjointe d’Elbeuf – Annick Bonneau, conseillère municipale de Bihorel – Philippe Brun, «  Changer Louviers  » – Hélène Burgat, maire de Mondeville et conseillère régionale – Émile Canu, maire d’Yvetot – Gilles Châteaugiron, conseiller municipal de Breteuil-sur-Iton – Caroline Degrave, Petit-Quevilly, entrepreneure engagée pour le climat – Catherine Depitre, Saint-Étienne-du-Rouvray, conseillère départementale – François Dufour, Saint-Senier-de-Beuvron, conseiller régional – David Fontaine, maire-adjoint de Saint-Étienne-du-Rouvray – Valérie Gibert Thieulen, Le Havre, conseillère régionale – Stéphanie Haquet, maire déléguée de Villequier, commune de Rives-en-Seine – Anne Hébert, Périers, vice-présidente de la CDC de la Côte Ouest Manche – Perrine Hervé-Gruyer, conseillère municipale du Bec-Hellouin – Rudy L’Orphelin, conseiller municipal et communautaire de Caen – Jean François Legrand, ancien président du Conseil départemental de la Manche et sénateur – Ingrid Levavasseur, «  Changer Louviers  » – Pascal Magoarou, conseiller municipal de Mont-Saint-Aignan – Mickaël Marie, Mondeville, ancien conseiller régional – Thierry Masurier, maire de Gerville – Gaëlle Pioline, maire-adjointe de Flers et conseillère régionale – Joaquim Pueyo, Alençon, député de l’Orne – Claude Taleb, Hauville, conseiller régional – Christine Van Duffel, maire déléguée du Thuit-Anger, commune du Thuit de l’Oison.