L'avenir de la démocratie se sont les sondages qui remplacent les élections en bonne et due forme... Dommage!

Mais il y a pire: c'est d'imposer aux militants le candidat du Prince via un comité fantoche de sélection des candidatures!

On peut donc espérer que Jean-François Bures, représentant légitime de l'opposition de droite au conseil municipal de Rouen puisse commencer sa campagne de bien meilleure façon qu'un certain Benjamin Griveaux à Paris! François Bures (LR) a donc été préféré à une certaine Catherine Morin-Desailly, la sénatrice centriste de la Seine-maritime a qui on prête décidément beaucoup!

C'est un choix logique.

En face, c'est la Fabiusie en phase terminale avec, sur ses ruines, le probable surgissement d'une candidature macroniste "disruptive" issue de la société civile en la personne de Jean-Louis Louvel, le patron normand roi de la palette, mais aussi du rugby rouennais, président de Rouen Normandy Invest mais aussi de la société qui édite le quotidien Paris-Normandie: conflit d'intérêts en vue!

C'est aussi la probable candidature de Nicolas Mayer-Rossignol, conseiller régional d'opposition et conseiller municipal membre de la majorité municipale socialiste sortante: là aussi, ce serait logique...

Pour prendre connaissance des réflexions de Jean-François Bures, on lira ceci (extrait de la dernière édition disponible de sa lettre d'informations):

On notera avec intérêt que la question existentielle rouennaise est enfin abordée: la proximité de Paris, est-ce une menace ou une opportunité?

Pour que cela soit une opportunité, Rouen doit assumer totalement la Normandie...

jfbures1

jfbures2