7428-tab

 

BILLET de FLORESTAN

Nos "élites" dirigeantes ont un problème avec le "patrimoine": le XXe siècle pourtant si destructeur ne l'a pas été assez. Des vieilles pierres à ne plus savoir qu'en faire! Assez de toutes ces vieilleries qui nous encombrent... De ces églises qui n'attirent que les araignées et quelques chouettes et dont les cloches interrompent trop vite la grasse mat' de celui ou celle qui a surfé toute la nuit sur un smartphone...

Ah! foutez-moi tout ça en l'air, à la benne, ça coûte trop cher à entretenir et plus personne ne sait plus à quoi tout ce rebus de siècles moisis peut encore servir.

Par exemple: un ancien haras national avec des étalons pour reproduire une race de cheval alors que nous nous passons de la traction hippomobile depuis plus d'un siècle.

On pourrait opposer à ce raisonnement de philistins un autre argument de boutique:

En 2018 ce sont 89 millions de touristes étrangers qui ont visité notre pays ou qui y ont transité. Et il est évident que si notre France ne regorgeait pas tant de vieux châteaux, d'abbayes, de cathédrales, d'églises, de vieux couvents ou manoirs, granges ou anciennes usines accueillant parfois des festivals de théâtre ou des expositions d'art contemporain dérisoires dans leur dérision quant à ce que nous sommes encore du fait de cet héritage patrimonial monumental dont la part principale (le patrimoine religieux) tombe en ruines, le tourisme français ne serait pas la première activité économique à contribuer à la balance commerciale et au PIB de la 6ème nation du monde...

Et les boutiquiers de se réjouir: le patrimoine est le meilleur des placements puisque ce vieux machin qui est là depuis Mathusalem qui tient le coup sans aucun entretien en retardant son effondrement depuis des dizaines d'années (autrefois l'obsolescence programmée de l'architecture n'existait pas...) rapporte une fortune: la baraque à frites et de bibelots made in China postée en face du porche de la cathédrale qui a pourtant perdu sa statuaire en 1793, attire un monde fou!

L'apport du tourisme patrimonial au PIB se chiffre en dizaines de milliards chaque année: cela dépasse toute l'industrie automobile. Pour l'entretien et la restauration qui ne concerne que les bâtiments, sites et objets classés (MH ISMH sites naturels classés) l'Etat aloue la modeste somme de 326 millions d'euros par an alors qu'il nous faudrait, au moins... 400 millions pour assurer, à la fois, les restaurations ET l'entretien entre deux restaurations.

Nous en sommes très loin et la générosité intéressée et calculée d'un Bernard Arnault pesant 90 milliards défiscalisés à 66% pour son mécénat via sa fondation LVMH ne semble pas suffire: faute d'un entretien régulier, faute d'avoir une culture de l'entretien régulier et de la prévention des risques (notamment incendie), faute d'avoir les artisans et les entreprises spécialisées en nombre suffisant avec une activité suffisante et régulière, notre patrimoine est dans un état général plutôt inquiétant!

Et on ne parle ici que du patrimoine reconnu par l'Etat car la situation est encore plus inquiétante pour le patrimoine privé plus que jamais menacé par les évolutions sociétales (les armoires normandes n'entrent plus dans les appartements modernes bas de plafond), par le manque de moyens chronique des propriétaires (la toiture d'un château coûte une fortune) ou la convoitise d'acheteurs étrangers qui apprécient davantage que nous la valeur d'un patrimoine que nous négligeons ou que nous méprisons.

C'est ainsi que l'on apprend que la moitié de l'ancien haras national de Saint-Lô datant de la fin du XIXe siècle et classé aux Monuments HIstoriques après sa reconstruction partielle après le désastre du bombardement quasi total de la ville l'été 1944 pour compenser un peu les pertes inestimables, irrémédiables, définitives de cette pauvre ville qui fut, un temps, nommée la "capitale des ruines", vient de brûler en raison d'un stupide feu de fourrages stockés dans les écuries, sous des charpentes en bois!

Cet énième incendie accidentel dans le patrimoine français lié à la négligence, au manque d'entretien, au manque de prévention survient après celui de la cathédrale de Notre-Dame de Paris dont la forêt empoussiérée n'était pas équipée de colonnes sèches. Et pour rester dans le département de la Manche, ce drame survient exactement trois ans après la destruction quasi TOTALE par le feu du musée maritime de l'île de Tatihou dont les collections artistiques et archéologiques avaient été ravagées dans leur réserve par la foudre et par l'arrivée tardive de pompiers empêchés par la... marée!

https://www.ouest-france.fr/normandie/saint-vaast-la-hougue-50550/tatihou-les-objets-sauves-de-l-incendie-en-2017-seront-restaures-5892700

A Saint-lô, ville qui a perdu 90% de son patrimoine urbain, architectural et artistique en juin 1944, le choc en ce vendredi 12 juillet 2019 est immense: des dizaines de Saint-lois assistaient, médusés, à l'incendie qui dévorait depuis la veille au soir les charpentes de ce haras qui avait eu le bon goût d'échapper partiellement aux bombes de la Libération:

739557

https://www.lamanchelibre.fr/actualite-739557-photos-videos-manche-un-violent-incendie-ravage-le-haras-national-de-saint-lo


 

Commentaire de Florestan:

Avec cet incendie du haras historique de la capitale des ruines, la publicité du loto de Monsieur Bern est assurée pour financer la défausse de l'Etat avec la générosité d'un peuple français qui, contrairement à certaines élites culturelles, économiques, administratives et politiques, reste fier de son patrimoine!

https://www.cnews.fr/france/2019-07-09/super-loto-du-patrimoine-un-jackpot-de-13-millions-deuros-le-14-juillet-858959