Repéré sur le site de Paris-Normandie, cet article qui se fait l'écho d'une polémique pour le moins édifiante au conseil municipal de Cauville-sur-Mer, un commune du Pays de Caux qui en dira long sur le réflexe jacobin d'un élu local... normand!

https://www.paris-normandie.fr/actualites/societe/le-patrimoine-devient-un-sujet-de-discorde-a-cauville-sur-mer-PC15352692

Le patrimoine devient un sujet de discorde à Cauville-sur-Mer

Cauville-sur-Mer. Un point évoqué au conseil municipal portant sur un éventuel soutien à Notre-Dame de Paris a réveillé de vieux démons.

eglise-cauville-sur-mer_25654765_20190718143747

Octobre 2009. À l’heure du réveil, les habitants de Cauville-sur-Mer découvrent des engins de chantier occupés à détruire l’ancien presbytère. Immédiatement, cette décision de la municipalité provoque des remous dans la commune. Étienne Gibon, alors président de Histoire et Devenir de Cauville-sur-Mer, prend la tête de la fronde. Son association de défense du patrimoine dénonce la méthode employée par la Mairie pour procéder à cette destruction. Il estime que la municipalité a agit en catimini, sans en avoir avisé les habitants de la commune au préalable.

« Un abus de pouvoir »

Dans un récent courrier motivé par la discussion autour de Notre-Dame de Paris alors que le presbytère, lui, n’aurait pas eu les mêmes égards, Étienne Gibon évoque un « abus de pouvoir avant décision de justice » de Christian Grancher, maire de Cauville-sur-Mer. Le Cauvillais considère la destruction de ce bâtiment comme « un fait aberrant ». Il voit dans « cette décision précipitée » l’abandon d’un symbole du patrimoine local datant du XIXe siècle et ayant autrefois abrité la mairie de la commune durant de longues années.

« Une confusion »

À la mairie, on parle d’une « confusion » opérée par Étienne Gibon. « Il a bien été question de Notre-Dame lors d’un récent conseil municipal. L’objectif de cette discussion n’était toutefois pas de débattre d’une donation de la municipalité, mais d’informer les Cauvillais des moyens à leur disposition pour faire des dons », argue-t-on. La municipalité salue l’engagement d’Étienne Gibon et de l’association, mais refuse toute accusation d’abandon du patrimoine local : « Ce bâtiment était extrêmement vétuste, non réhabilitable en l’état. Et il est injuste de reprocher à la mairie un quelconque désengagement vis-à-vis du patrimoine. »

À preuve

Ces derniers mois, le maire de Cauville-sur-Mer s’est en effet engagé pour la préservation du patrimoine local. Pour permettre la réhabilitation et le changement de destination de bâtiments agricoles construits avant la loi Élan de 2018 sur le logement, « il a interpellé la députée ainsi que le gouvernement à travers plusieurs courriers », explique-t-on à la mairie. S’il n’obtenait pas de réponse, des recours auprès du tribunal administratif seraient même envisagés.

Étienne Gibon maintient toutefois ses propos. De son point de vue, « Cauville-sur-Mer n’a plus de patrimoine, si ce n’est son église. La municipalité n’est pas engagée en faveur du patrimoine. »