Comme chaque année, les résultats en tonnage des campagnes (à cheval sur deux années) d’exportation de céréales sont publiés par un certain nombre de journaux et magazines. Rouen, premier port français et européen pour ce trafic, fait bien-sûr partie des ports évoqués ; exemple :

Rouen : très bonne campagne céréalière 2018-2019

L’Antenne Jeudi 18 Juillet 2019

https://www.lantenne.com/Rouen-tres-bonne-campagne-cerealiere-2018-2019_a48555.html

Pour la seconde année consécutive, le Grand Port maritime de Rouen renoue avec les meilleurs millésimes de sa grande spécialité, les exportations de céréales et graines. Plus 10,4 % de progression sur la précédente campagne avec 8,14 millions de tonnes sorties des silos.

Le terminal Senalia à Rouen © Éric Houri

Grâce à la très bonne qualité des céréales récoltées dans son hinterland lors de l’été 2018, notamment en termes de valeur protéinique, et grâce également à une demande soutenue, des pays du Maghreb en particulier, la campagne d’exportations de céréales et grains pour la campagne 2018-2019 du Grand Port maritime de Rouen (GPMR) a été très satisfaisante.

Les sorties de céréales se sont établies à 7,45 millions de tonnes au 1er juillet dernier (+ 7,3 %) et celles de graines oléo-protéagineuses à 650 000 tonnes (+ 87 %). À noter un mois de mars 2019 proche du record mensuel historique avec 1,3 million de tonnes sorties des silos portuaires.

Grâce à ces résultats, le GPMR conserve les 47 % de parts de marché au plan national atteints l’an dernier pour les exportations de grains. Les statistiques sont pour autant disparates. Les fortes progressions concernent le blé tendre (+ 16 % à 5,75 millions de tonnes) et les graines oléo-protéagineuses (pois, féverolles, colza) qui bondissent à 651 000 tonnes (+ 87 %).

Concernant les destinations, l’Algérie demeure, et de loin, le principal client du port de Rouen avec 3,8 millions de tonnes devant le Maroc (891 000 tonnes). Suivent la Chine, la Tunisie, Cuba et l’Arabie saoudite. Il convient de souligner également le retour des sorties vers la COA qui retrouvent leur niveau des années 2000 malgré la forte concurrence des produits venus de la mer Noire. Des vraquiers céréaliers ont ainsi pris la direction du Cameroun ou de la Mauritanie.

"La progression la plus spectaculaire se trouve du côté des graines de colza"

Autour des mêmes thèmes

  Le cercle des ports "millionnaires" s'est élargi de sept membres en 2018

Autre caractéristique de ces marchés très disputés : l’importance des aléas climatiques. La sécheresse rencontrée en Europe de l’Est a ainsi bénéficié aux sorties d’orge brassicole à destination de l’Allemagne et de la Pologne notamment. Toujours concernant l’orge, tant brassicole que fourragère, les exportations vers la Chine se confirment à 420 000 tonnes.

Enfin, la progression la plus spectaculaire (+ 186 %) se retrouve du côté des graines de colza avec 521 000 tonnes avec des entrées et sorties quasiment identiques. Les importations sont majoritairement destinées à l’usine Saipol (groupe Avril) de Grand-Couronne pour la production de biocarburants et d’huiles alimentaires.

Amélioration des accès maritimes

Dans ce contexte plutôt favorable, les opérateurs en profitent pour investir d’autant que le GPMR vient d’achever son programme d’amélioration des accès maritimes avec un gain d’un mètre pour le tirant d’eau des navires. Le premier à dégainer a été le groupe coopératif Senalia qui a modernisé son terminal de Grand-Couronne et transférera son siège de Chartres à Rouen en 2020.

Le groupe Beuzelin (BZ) a ajouté dix cellules à son silo Maison Bleue de Petit-Couronne inauguré il y a trois ans et vient de lancer la construction d’un bâtiment qui accueillera également son nouveau siège social. Enfin, le groupe Soufflet a annoncé qu’il allait procéder à une opération comparable à celle réalisée par Senalia à Grand-Couronne pour moderniser son terminal Socomac de Canteleu sur la rive droite de la Seine.

Vincent Rogé

Jeudi 18 Juillet 2019

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     Pour illustrer l’évolution du trafic de céréales du port de Rouen, observons le graphique ci-dessous :

     A propos du programme d’amélioration des accès maritimes, on peut trouver sur le site d’Haropa Port de Rouen la récapitulation suivante :

Projet d’amélioration des accès maritimes du Port de Rouen

https://www.haropaports.com/fr/rouen/projet-damelioration-des-acces-maritimes-du-port-de-rouen

Le Port de Rouen, dont l’espace portuaire s’étend d’Honfleur à Rouen, accueille des navires transportant différents types de marchandises : céréales, produits agro-alimentaires, produits pétroliers raffinés, etc. La flotte des navires de transport en vrac se modernise et sa capacité de charge augmente.

- Port de Rouen Publié le 3 janvier 2019

Le projet d’amélioration des accès maritimes doit permettre au Port de Rouen d’accueillir ces navires vraquiers de nouvelle génération, avec un tirant d’eau plus important dans des conditions de sécurité nautique optimales. Parallèlement, des adaptations des équipements portuaires devront être réalisées tels que le renforcement de quais, l’approfondissement de souilles de postes d’accostage, la création d’un poste de sécurité à Radicatel, etc.

Des mesures d’accompagnement environnementales seront également mises en œuvre dans le cadre du projet telles que la renaturation des berges, la restauration des milieux naturels, la valorisation du patrimoine paysager, etc. L’aménagement du chenal de navigation, pour disposer d’un mètre de tirant d’eau supplémentaire, constitue un enjeu économique important afin de pérenniser le développement des activités industrialo-portuaires.

Le projet d’amélioration des accès maritimes répondra aux enjeux environnementaux en favorisant le développement du transport maritime.

Le projet est financé par l’État, la Région Normandie, la Métropole Rouen Normandie, l’Europe (MIE et RTE-T) et HAROPA - Port de Rouen. Le coût du projet est estimé à 193,5 millions d’euros.

Chiffres clefs du projet :

-    120 km de chenal de navigation entre Honfleur et Rouen

-    1 m de tirant d'eau supplémentaire, à la montée et à la descente

-    7 Mm3 de sédiments dragués dont 3,5 Mm3 de sédiments valorisés

Brochure présentant l’essentiel de projet :

https://www.haropaports.com/sites/default/files/media/downloads/brochure_acces_basse_def.pdf

Lettre d’information n° 4 du projet :

https://www.haropaports.com/sites/default/files/media/downloads/29718_haropa_port_de_rouen_lettre_.pdf

L’approfondissement de chenal :

https://www.haropaports.com/fr/rouen/lapprofondissement-du-chenal

+ L’adaptation des infrastructures portuaires :

https://www.haropaports.com/fr/rouen/ladaptation-des-infrastructures-portuaires

+ La gestion et la valorisation des sédiments de dragage :

https://www.haropaports.com/fr/rouen/la-gestion-et-la-valorisation-des-sediments-de-dragage

+ Les mesures environnementales :

https://www.haropaports.com/fr/rouen/les-mesures-environnementales

+ Le financement du projet :

https://www.haropaports.com/fr/rouen/le-financement-du-projet

+ Le financement du projet :

https://www.haropaports.com/fr/rouen/le-financement-du-projet

+ La concertation :

https://www.haropaports.com/fr/rouen/la-concertation

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     Donc, en début d’année 2019, Haropa Port de Rouen déclare un coût de programme d’amélioration des accès maritimes estimé à 193,5 millions d’euros…

     Mais devons-nous nous contenter de ces informations ?

     Il y en a d’autres :

... dans un rapport rédigé à l'automne 1995 pour le compte des pouvoirs publics, l'ingénieur général Gérard Franck avait estimé que l'intérêt économique d'un tel projet (Campagne 1998-2000 d'approfondissement du chenal  ; Coût environ 23,8 M€) n'était pas " établi " et qu'il ne pouvait être considéré comme " une priorité nationale "... (Les Echos 27/04/96)

.../...

ROUEN, capitale de la filière céréalière et agro-industrielle

Haropa-Port de Rouen Publié le 12/09/2018 Communiqué de presse

http://www.haropaports.com/fr/rouen-capitale-de-la-filiere-cerealiere-et-agro-industrielle

... Toutes céréales confondues, les terminaux rouennais ont opéré 7 millions de tonnes au cours de la campagne 2017-2018. La compétitivité de la place rouennaise est en constante progression avec plus de 44 % des exportations de la filière française. Cette dynamique se voit renforcée par les investissements et rapprochements stratégiques des opérateurs locaux. De son côté, HAROPA - Port de Rouen achève actuellement son programme d’amélioration des accès maritimes. Ce vaste chantier, lancé en 2012 et représentant 197 M€ d’investissements, permettra de gagner un mètre de tirant d’eau. Un atout supplémentaire pour gagner encore des parts de marché.

.../...

     Oui, il y en a d’autres, des informations, concernant notamment des « dépenses collatérales » :

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     N’aurait-il pas été plus rationnel, d’un point de vue économique et logistique, de s’orienter, à partir des années 90 faute de l’avoir envisagé avant, vers un acheminement massifié par le train des céréales vers le port… du Havre ?...