Depuis près de 40 années, l'Etablissement Pulic Foncier de Normandie (EPFN) est une véritable originalité normande puisque ce bel outil institutionnel que d'autres régions nous envient consistant à mettre à la disposition des collectivités locales des moyens en expertise et en finances pour acquérir le foncier nécessaire au développement local, se déployait déjà sur les cinq départements normands bien avant la réunification administrative et politique de notre région à partir de sa base d'origine, à savoir, le département de l'Eure. C'est la raison pour laquelle, presque par une sorte de tradition, la présidence de l'EPFN revient au président du département de l'Eure, le département autrefois présidé par Gustave Héon, l'ancien sénateur-maire de Bernay et ardent combattant de l'unité normande dans les années 1970.

A lire ce qui suit, on se dit que cette tradition tend à se renforcer car la présidence à l'EPFN revient dorénavant aussi à un ancien président de l'Eure qui est surtout sous-ministre à Paris dans un gouvernement, en charge, précisément, des questions de développement territorial: de là à dire que l'EPFN est un château- fort idéalement placé pour tout observer  en attendant de prendre le pouvoir dans la duché de Normandie...

En conséquence, on rappelera l'évidence: "servir la Normandie et non s'en servir" surtout lorsque l'on préside un outil institutionnel aussi puissant et efficace que l'EPFN... Concrètement: l'efficacité des actions entreprises par l'EPFN dépend largement d'une bonne et intelligente coopération avec la région Normandie sur un sujet essentiel où les compétences sont, de fait, partagées entre l'EPFN (une émanation du pouvoir départemental) et le conseil régional d'une Normandie qui n'existe, à nouveau, que depuis 2016...

La chronique de Normandie éditée par Bertrand Tierce (n°591 datée du 22 juillet 2019) revient fort utilement sur le rôle central de l'EPFN dans les politiques locales d'aménagement en Normandie non sans évoquer certaines arrières pensées politiques au sujet d'un certain Sébastien Lecornu qui ne fait pas mystère de son souhait d'affronter Hervé Morin aux prochaines élections régionales (2021)

sebastien-lecornu-le-jeune-fonceur-de-leure

epfn1

epfn3

epfn2

epnf4