Sur le principe on ne pourra qu'être favorable à la régionalisation des pôles de compétitivité qui structurent sur le territoire des filières stratégiques en matière de recherche-développement technologique et industriel compte tenu du fait que les conseils régionaux sont, désormais, dans le cadre de la loi NOTRe de 2015 responsables du développement économique industriel du territoire avec, dans le cas très avancé de la Normandie, une vision stratégique de moyen/long terme que l'Etat central n'a plus les moyens financiers ni idéologiques de soutenir (cf. l'affaire de la vente d'Alstom énergie aux Américains de General Electrics)...

On pourrait penser que la régionalisation des pôles de compétitivité pourrait, en conséquence, permettre d'avoir enfin une politique publique totalement cohérente en matière de développement économique industriel: la prospective, la RD, le financement, l'incubation, les outils financiers et juridiques de protection des entreprises désormais clairement placés es mains des conseils régionaux qui, par principe, ont une connaissance précise et concrète des besoins et des potentiels de chaque bassin d'emploi de chaque territoire industriel.

Mais, encore faudrait-il que nous ayons de... vraies régions!

Et pas ces ectoplasmes territoriaux, ces néo-machins régionaux type "Grand Est" qui ne ressemblent à rien et qui menacent la cohérence des projets mis en oeuvre aux échelles territoriales inférieures: le fait régional, faute d'être réellement pris au sérieux, est maltraité et, en retour, risque de maltraiter ce qui a été développé dans le cadre national de l'Etat central. On le constate avec l'idée inepte de calquer la carte des académies sur une carte néo-régionale... inepte! Le problème se pose désormais avec la régionalisation des pôles de compétitivité.

Et, une fois encore, la Normandie fait exception: la Normandie seule vraie région de France préside, de fait, au MASSACRE REGIONAL de la France sous prétexte d'être la fusion régionale idéale.

TEVAC-soutiens

Devinette: dans la belle série de logos figurés ci-dessus, où se cache la vraie région?

Hervé Morin, président de la Normandie et jusqu'à présent président de l'association des régions de France (avant que Renaud Muselier, président d'une région qui ne veut plus s'appeler "Provence alpes côtes d'agneau" PACA, ne lui succède prochainement) est certainement conscient de ce dilemme d'une régionalisation en trompe-l'oeil faute d'être assise sur de vraies régions...

Lire, à ce sujet, la dernière édition de la Lettre Eco Normandie (n°1630 datée du 19 juillet 2019):

pôlesrégion