Comme chaque année, la bien nommée "fête de la Pomme" sera l'occasion pour Hervé Morin, le président de la Normandie mais aussi président de l'association des régions de France de faire sa rentrée politique. Cette année, ce sera le 1er septembre 2019 dans les herbages du manoir de la Fortière non loin d'Epreville-en-Lieuvin avec, notamment, la présence de Gérard Larcher, le président du Sénat (d'origine normande) et second personnage de l'Etat es qualités.

mail

Ce rendez-vous politique est très attendu tant au niveau normand qu'au niveau national puisqu'il s'agira pour Hervé Morin de nous proposer déjà un bilan depuis trois années de réunification normande, un bilan normand qui s'annonce flatteur sur les sujets et les enjeux les plus essentiels quant à l'avenir de notre région, mais la fête de la Pomme sera aussi l'occasion de tracer une feuille de route selon une vision prospective à moyen terme car être politiquement normand implique d'avoir une lucidité pragmatique pour la France dans un moment de crise et de doutes profonds:

La Normandie et les Normands ont toujours été au service de l'intérêt national de la France même si le pouvoir parisien n'a pas toujours été très bienveillant à l'égard de la Normandie.

A nouveau, nous vivons un moment politique grave au niveau national: la perspective de la prochaine élection présidentielle est plus que jamais inquiétante avec un ancien haut-fonctionnaire banquier d'affaires devenu président de la République dans un concours de circonstances électorales qui applique une politique qui n'a jamais été approuvée par une majorité des Français et qui aggrave les maux structurels dont souffre la France:

1) à l'échelle nationale et supranationale: une perte de souveraineté sur l'ensemble de nos intérêts stratégiques et une fuite en avant dans l'aporie de la construction européenne (cf. l'affaire de la vente d'Alstom Energies à l'américain General Electrics, le projet de fusion entre Naval Group et l'italien Fincantieri, le projet de privatisation d'ADP, le projet de céder notre siège permanent au conseil de sécurité à l'ONU à l'Europe, etc...)

2) à l'échelle infra-nationale: le renforcement, tel un combat d'arrière garde ou un vain baroud d'honneur, du pouvoir de la  haute-fonction technocratique d'un Etat jacobino-parisien plus que jamais centralisé, incompétent, complexe et impécunieux au détriment des acteurs de la société civile (corps intermédiaires) et des élus locaux.

Au delà de la question partisane et électorale qui est urgente (comment éviter le piège politique du "moi Macron ou le chaos Le Pen" tant à gauche, option Cazeneuve, qu'à droite, option... qui?) il s'agit de réfléchir, ni plus ni moins, à une refondation du projet politique français car la démocratie, par principe, ne saurait survivre longtemps à une disparition de fait de la souveraineté qu'elle soit directement populaire ou incarnée par les élus qui représentent officiellement le peuple:

Une solution est de reconstruire cette souveraineté démocratique au plus près du peuple: sur les territoires, d'où l'idée de défendre et de construire, enfin, la République française... girondine et normande!

Pour s'inscrire à la fête de la Pomme, c'est par ici:

https://www.fetedelapomme.net/