Billet de Florestan:

PLAIDOYER POUR LE FOLKLORE REGIONAL.... Contre certains professionnels de la Culture qui détestent l'idée régionale mais pas au point d'en refuser l'argent!

Précisons notre titre: les c... sont ces cultureux professionnels d'eux-mêmes tout de même assez c... pour mépriser toutes les manifestations institutionnelles, culturelles, patrimoniales, traditionnelles voire "identitaires" (oh le gros vilain mot!) d'une réalité régionale sauf quand il s'agit de palper le pognon d'un conseil régional pour financer une production culturelle officielle, subventionnée, aseptisée, faussement originale ou provocatrice uniquement selon les canons désormais mondialisés du politiquement correct, suivant ainsi la dernière prescription parisienne à la mode.

Inutile de dire que l'idée même de "folklore" est plus que passée de mode chez les fonctionnaires de la DRAC. Pis! c'est un concept dangereux qui sent mauvais, qui renarde cette "France moisie" dénoncée par Philippe Sollers et qui daterait du Maréchal Pétain sous prétexte que le "folk" (autrement dit, le "volk" dans la langue allemande abusée par les Nazis) serait la quintessence de l'esprit collectif ou "Volksgeist" définissant un "peuple " selon la théorie de ce pasteur protestant allemand de la fin du XVIIIe siècle, Herder pour ne pas le nommer, qui allait avoir la triste descendance idéologique que nous savons...

Bref! chez nos cultureux professionnels de la "culture subventionnée en région", le folklore, ce n'est pas bien, c'est caca car ça pue le fascisme selon l'habituelle "reductio ad Hitlerum" de tout ce réel dont ils ne veulent pas entendre parler sauf exception puisque toute règle souffre une exception: le folklore intéresse éventuellement ces messieurs dames qui arbitrent l'octroi de subventions seulement s'il vient de loin, de très loin! D'Afrique de préférence, ou venant des coins les plus reculés de la planète quand il s'agit d'afficher une pseudo curiosité intellectuelle d'ouverture à tous les exotismes!

Mais l'exotisme de la bourrée auvergnate ne les intéressent pas car la vielle à roue n'est pas exposée au musée du quai Branly puisqu'elle n'est pas l'artefact d'un "peuple premier" (pour ne pas dire primitif?)

Pour mémoire:

http://normandie.canalblog.com/archives/2018/06/14/36485662.html

120433881

Allons plus loin: dans ce mépris absolu pour le "folklore" d'ici (celui des régions de France et des autres pays d'Europe) affiché par les élites culturelles, notamment en France, on se risquera d'y voir une sorte de supériorité ethnocentrique inconsciente et dévoyée que l'on pourrait résumer ainsi:

La France républicaine nous éduque à l'universel, à être citoyens du Monde, à la tolérance, à l'ouverture aux autres et à toutes les cultures mais à condition de cultiver un certain mépris critique de soi et un dédain de bon aloi pour l'ensemble du patrimoine historique, culturel et spirituel de notre pays frappé d'obsolescence après deux guerres mondiales désastreuses et la tache noire de la colonisation. En somme, nous Français, nous sommes invités à passer à autre chose, à quelque chose de supérieur où le recours à l'Histoire et aux traditions enracinées et identitaires ne serait plus utile puisque futile pour des enfants de la République qui ne doivent plus croire au... Père Noël!

Confusément, nos élites culturelles françaises associent, aujourd'hui, le "folklore" à un vestige inauthentique à déconstruire de toute urgence pour désaliéner les derniers ploucs crétins qui s'y adonneraient encore puisqu'il s'agirait d'un état antérieur de la civilisation, une marque infâmante d'arriération:

On est pourtant en 2019 mais certains cultureux officiels pensent encore comme l'Abbé Grégoire, comme ces députés de la Convention jacobine en mission contre le fanatisme des Chouans ou comme Auguste Comte qui croyait pouvoir éradiquer tous les vieux enracinements, à commencer par celui de la superstition religieuse, par la Raison triomphante...

C'est oublier que cette vision typiquement rationnaliste issue des Lumières et d'une Révolution française aussi universaliste qu'abstraite, a suscité contre elle une critique aussi ancienne et  profonde que l'on pourrait faire remonter à l'énergique Germaine de Stael fustigeant dans son magnifique essai dédié à l'âme du peuple allemand ("De l'Allemagne") une passion française pour une Raison universelle qui n'existe pas concrètement sauf pour dessécher les âmes et labourer les peuples en les déracinant...

Marie_Eléonore_Godefroid_-_Portrait_of_Mme_de_Staël

Principale opposante politique à Napoléon 1er, Germaine de Stael et le petit cercle d'intellectuels qui l'entourait, lancèrent le premier "romantisme" européen contre les excès des Lumière françaises avec pour mission d'étudier le patrimoine culturel des nations menacées par l'universalisme impérieux de la France: c'est ainsi que nacquit la notion de "folklore" dans le cadre de recherches quasi ethnographiques consistant à collecter les chansons, les musiques et danses, les contes et légendes de chaque peuple ou de chaque région ou province d'Europe.

De cette réaction face à l'impérialisme culturel français sortirent les états-nations d'Europe centrale (qui ont repris le modèle français de l'Etat-nation pour mieux s'affirmer contre les empires d'Autriche, ottoman, ou russe). C'est cette idée qui présida à l'émancipation de la Grèce, de la Belgique, qui présida à l'unité italienne (avec le soutien de la France) mais aussi à l'unité allemande (contre la France): le folklore permet alors une prise de conscience nationale, devient un élément de patriotisme culturel avant de justifier le nationalisme au XXe siècle jusque dans l'anéantissement fasciste précédant la Seconde guerre mondiale...

Juger l'Histoire du haut du petit confort moral d'en connaître justement la triste fin est une erreur qui préside aujourd'hui à de nouvelles intolérances d'autant plus redoutables qu'elles se prévalent d'universel, d'ouverture et de tolérance: bref! l'enfermement idéologique des réalités culturelles que l'on pourrait qualifier de "folkloriques" se poursuit aujourd'hui et il est d'autant plus pernicieux que nos idéologues officiels payés par le Ministère de la Culture sont naturellement assurés de ne pas faire d'idéologie...

C'est pourtant par idéologie qu'ils ont littéralement dévasté, il y a quelques années, le chef d'oeuvre français d'une approche exhaustive et pédagogique du folklore de nos régions pour le bénéfice d'une véritable éducation populaire (Ah! quelle vilaine expression!):

jean-dubuisson-architecte-musee-arts-traditions

En effet, le musée des arts et traditions populaires fondé dans les années du Front populaire (1937) par Georges-Henri Rivière et qui était établi depuis 1972 dans un bâtiment ultra-moderne situé dans le bois de Boulogne, a été démantelé en... 2005.

Les collections exceptionnelles de ce véritable musée du folklore français surnommé le "Louvre du Peuple"(sic!) avec des objets de toute sorte témoignant de la civilisation rurale et artisanale de nos anciennes provinces ont été éclatées, la plus grosse part, notamment une extraordinaire collection... d'armoires normandes, se trouvant échouées au fond des réserves de l'improbable Musée de la Civilisation de l'Europe et de la Méditerrannée de Marseille, ce fameux "MUCEM" (un sigle abscons a l'avantage de nous épargner la peine de penser) qui est un chef d'oeuvre aussi vide que cuistre élevé à la gloire du politiquement correct diversitaire déconstructeur nihiliste (car l'idéologie culturelle officielle dominante de notre temps a tout de même un nom...).

7410

Le "Mucem" de Marseille: un magnifique caravansérail où les collections ethnographiques de nos provinces françaises servent d'objets prétexte à valoriser l'art "contemporain". La présentation pédagogique de la civilisation matérielle française et du folklore de nos régions a été anéantie!

Quant au bâtiment abritant  feu le musée des arts et traditions populaires, il a été racheté récemment par un milliardaire français bien connu dans le but d'y loger sa "maison LVMH Talents et patrimoine" (sic!), c'est-à-dire, l'annexe de sa fondation d'art... contemporain!

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mus%C3%A9e_national_des_Arts_et_Traditions_populaires_(Paris)

Voir aussi:

https://www.lemonde.fr/architecture/article/2017/03/08/lvmh-va-transformer-le-musee-des-arts-et-traditions-populaires_5091031_1809550.html

On vit vraiment l'époque que l'on mérite!

Mais cette haine du folklore semble ne concerner que la France et ses élites administratives, politiques et culturelles parisiennes ainsi que leur déclinaison "en régions" (ne plus dire "en province"...)

Parce qu'ailleurs en Europe, ce n'est pas le cas comme le démontrera, fort heureusement l'article de presse à lire ci-après...

En effet, la France fait une triste exception mais avec, bien entendu, une exception folklorique bretonne dans l'exceptionnel désert français au bout d'une Europe folklorique bien vivante et qui trouve dans la préservation, la valorisation et transmission de ce patrimoine culturel immatériel enraciné, un moyen efficace de lutter contre l'actuelle banalisation du Monde sous des standards culturels anglo-américains plus que médiocres puisque le rationalisme universaliste français a baissé pavillon dans son actuelle auto-destruction: il ne pouvait pas en être autrement!

Car les soi-disant élites qui prétendent présider aux destinées de la France refusent toujours de prendre connaissance de la mise en garde de la philosophe française Simone Weil qui, dans un essai éblouissant sur l'Enracinement (1943), écrivait ceci: " L'enracinement est peut-être le besoin le plus important et le plus méconnu de l'âme humaine"...

web-simone-weil-054_leem047703

Heureuse exception dans la morne plaine de la presse hebdomadaire parisienne, Marianne (numéro 1168 daté du 2 au 8 août 2019) par l'intermédiaire d'un article plutôt impertinent signé Mikaël Faujour nous parle, enfin, de folklore...

folklore1

folklore2