C'était audacieux mais le choix s'est porté sur Lisieux pour accueillir le siège de la fédération régionale de football de Normandie réunifiée dans la douleur après avoir été divisée dans la douleur au début des années 1980: s'en suivit le déclin du foot normand que l'on sait avec le plus vieux club de foot de l'Europe continentale abonné à la Ligue 2 (le HAC), une métropole rouennaise sans aucun club dans l'élite nationale du football et un Stade Malherbe caennais qui ne cesse de faire du yoyo entre la Ligue 1 et la Ligue 2...

Quel gâchis pour l'une des plus anciennes ligues régionales du foot français puisque la ligue normande fêtera son centenaire en 2020...

Le choix de Lisieux, central en Normandie a donc été fait et les élus lexoviens ont mis les petits plats dans les grands pour soigner l'accueil des personnels qui ne voulaient pas venir à Lisieux, ville qui subit toujours les conséquences de son bombardement en 1944 avec une image qui reste négative et qui s'est aggravée avec la crise industrielle et sociale qui a ravagé la capitale du Pays d'Auge depuis le début des années 1990.

66890_sainte-therese-enfant-jesus

Nénamoins, nous pensons que le choix de Lisieux, la ville de Sainte Thérèse est le bon si l'on croit au miracle d'une belle renaissance du football normand dont le but serait de nous garantir, au moins, le maintien d'un derby normand (HAC vs Stade Malherbe) en... Ligue 1!

https://actu.fr/normandie/lisieux_14366/ligue-football-normandie-premiers-salaries-sont-arrives-lisieux_26462256.html

Ligue de football de Normandie : les premiers salariés sont arrivés à Lisieux

À Lisieux, le nouveau siège de la Ligue de football de Normandie accueille les premiers salariés (ceux de l'ancienne antenne caennaise) depuis le début du mois d'août 2019.

IMG_1943-854x569

« À compter de ce jour, l’antenne de Caen déménage au nouveau siège de la Ligue de Football de Normandie à Lisieux ». Mardi 30 juillet 2019, la Ligue a annoncé la nouvelle sur son site internet : les employés de son site caennais ont fait leurs cartons et ont rejoint leurs nouveaux bureaux, dans l’ancienne école Cité jardin, où les travaux se poursuivent.

Le bâtiment qu’ils occupaient à Caen (Calvados), non loin du stade Michel d’Ornano, a été vendu. Ils seront rejoints par leurs collègues de l’antenne de Rouen (Seine-Maritime) à partir du 20 août 2019. 

Lire aussi : Lisieux se prépare à accueillir la Ligue et les espoirs du foot normand

Une trentaines de salariés et des négociations

Entre les services administratifs (compétition, licences, comptabilité, etc.) et techniques (formation), une trentaine de salariés sont attendus à Lisieux (une quinzaine par antenne).

Et ils n’arrivent pas tous avec le sourire. Dès l’annonce officielle de l’implantation de l’instance réunifiée à Lisieux (Calvados), en février 2018, des salariés exprimaient leur « incompréhension totale » dans un communiqué.

Lire aussi : 100 ans de la Ligue de football de Normandie : un appel lancé pour collecter des documents

Des négociations ont été menées entre la direction et les salariés et ont abouti à un accord d’entreprise, le 3 mai 2019 : les employés qui souhaitent pourront bénéficier de deux jours de télétravail maximum par semaine ; 90 % de leurs dépenses dans les transports publics seront remboursées ; ils toucheront une prime d’incitation payable en deux fois sous deux ans ; et ils peuvent se faire rembourser jusqu’à 2 500 € leurs frais de déménagements, s’ils s’installent dans un rayon de 20 km autour de Lisieux.

Sept départs

Kerstie Abergel, directrice de la Ligue de football de Normandie, ajoute :

« Les conseillers techniques, qui se déplacent dans toute la Normandie, ont une voiture de fonction attitrée ». 

Malgré tout, sept d’entre eux ont décidé de partir, via un licenciement économique. Ils sont en cours de remplacement. 

La Ligue accueillie à bras ouverts

De leur côté, la ville de Lisieux et l’agglomération se réjouissent d’accueillir l’instance. Les élus avaient su séduire Pierre Leresteux, le président de la Ligue de football de Normandie, et le comité directeur, grâce à leur dossier.

Les clubs de football normands avaient confirmé ce choix en votant pour Lisieux à plus de 85 %. La candidature lexovienne s’était démarquée d’une dizaine d’autres villes en répondant parfaitement au cahier des charges émis par l’instance.

L'ancienne école Paul Doumer accueillera le pôle espoir.

L’ancienne école Paul Doumer accueillera le pôle espoir. (©Le Pays d’Auge)

Le siège, le futur pôle espoir et les terrains seront réunis au même endroit, dans le quartier nord, autour du complexe sportif Louis Bielman.