Certains voient des avantages à la proximité de la Normandie avec Paris: cette donnée géographique, donc géopolitique, a été déterminante dans l'histoire millénaire de notre région pour le meilleur mais aussi pour le pire! N'insistons pas...

En revanche, il faut bien admettre que cette proximité de la région parisienne peut compliquer sinon bouleverser le quotidien, la tranquilité sinon le bien-être ou l'art de vivre des habitants de ces territoires et terroirs situés à une heure de voiture de Paris et qui sont, de plus en plus, recherchés par les Parisiens et les Franciliens qui ont les moyens de s'offrir des week-ends de détente et de ressourcement "au vert" dans un cadre plus agréable et verdoyant que la banlieue bétonnée.

Pression immobilière aidant, fuyant la hausse du prix du mètre carré, certains Parisiens viennent établir là leur résidence principale ou une résidence semi-secondaire pour grands week-ends de temps en temps prolongés par des "RTT"  du jeudi après-midi au lundi matin: une 4ème couronne de résidence permanente ou secondaire se met donc en place autour de l'Ile de France et de façon privilégiée vers l'Ouest...

La Normandie est directement concernée sur ses franges franciliennes avec, sur la rive droite de la Seine et au-delà, le Vexin et le pays de Bray et sur la rive gauche et au- delà vers le Sud-Ouest, le pays d'Ouche et surtout le Perche dont la campagne à la ruralité encore préservée et dotée d'un patrimoine bâti remarquable attire de plus en plus de Parisiens pour les week-ends quand ils ne décident pas d'y résider à la semaine et à l'année en profitant de la ligne SNCF Paris-Granville qui mettent le Pays d'Ouche et une partie du Perche normand à moins d'une heure de la gare de Montparnasse à partir de L'Aigle ou de Verneuil-sur-Avre.

Chassés de chez eux par la hausse du prix du mètre carré, les Parisiens sont des horsains qui deviennent rapidement antipathiques aux yeux des habitants du cru qui voient le prix des terrains et des maisons augmenter à leur tour: les Normands les plus modestes doivent alors, à leur tour, chercher à se loger plus loin... Parfois, on va même jusqu'à leur confisquer leurs jardins pour mieux accueillir le week-end des Parisiens en quête de ressourcement et d'authenticité!

Lire cet article plutôt édifiant trouvé dans la dernière édition parue de l'hebdomadaire "Marianne" (du 8 au 15 août 2019):

perche1

perche2