Billet de Florestan

9782348043468

Et face à l'armée des faussaires qui se déploie sur de multiples théâtres d'opération, il nous faut résister!

On le sait, l'industrie de l'imposture laitière s'est établie depuis près de 50 années dans les bocages dits de l'Ouest (pour parler comme "Ouest-France") et face au double danger pour son existence future d'une révolte des citoyens consommateurs qui veulent, de plus en plus, boire et manger du bon, du bio et du vrai et de la menace de l'ouverture du marché européen au monstre laitier mondial néo-zélandais, les faussaires sont aux abois! Ils le sont d'ailleurs toujours... Par principe!

En effet, avec la sage décision soutenue par Hervé Morin et le conseil régional de Normandie d'étendre le périmètre géographique normand (en espérant que le Pays de Caux ne sera pas oublié) pour la collecte du lait nécessaire à la fabrication du Camembert AOC de Normandie, collecte ouverte tant au lait cru qu'au lait pasteurisé avec l'idée de tirer toute la filière laitière normande vers le haut, c'est-à-dire, vers le retour de la race normande dans les troupeaux et vers le retour à l'herbe et au foin, la suppression concomitante de l'appelation fallacieuse commerciale de "Camembert fabriqué EN Normandie" agace beaucoup nos industriels faussaires, plus particulièrement ceux du Maine (une marche de Bretagne) mais aussi et surtout ceux du "bassin rennais" où, certes, les troupeaux de race normande sont nombreux mais sans que leurs éleveurs ne soient contraints par le cahier des charges d'une AOC...

En conséquence, lorsque les nouvelles règles s'appliqueront en 2021, l'accès au Saint-Graal de la réputation commerciale, ces noms divins de "Camembert" de de "Normandie", leur sera... INTERDIT...

A moins d'entrer en tant que tel dans le périmètre de la future AOC camembert de Normandie quitte à violer quelques évidences élémentaires de la géographie régionale: le camembert normand étant une évidence nationale française depuis la Première Guerre Mondiale, les producteurs Normands n'avaient pas cru bon d'en protéger l'appelation comme il fut fait pour le vin de Champagne ou le fromage de Roquefort...

Le camembert appartient donc à tout le monde. Y compris aux margoulins.

Aussi, nous avons donc le choix, à condition d'en être pleinement informé... Sachant que la principale ennemie d'un faussaire, d'un imposteur, d'un margoulin voire d'un escroc, c'est la vérité:

Soit consommer une vague pâte molle fromagère de section circulaire au lait pasteurisé de vaches de race normande, de Prim Holstein, ou les deux à la fois,  ayant consommé de l'ensillage de maïs, du soja transgénique brésilien dont la culture met le feu à l'Amazonie ou ayant, parfois, brouté l'herbe du printemps et le foin du pré du coin...

Soit déguster un vrai camembert de Normandie AOC/AOP dont la qualité et l'authenticité est définie par un cahier des charges aussi précis que rigoureux.

Que les faussaires laitiers du Grand Ouest (à commencer par Lactalis qui a compris, désormais, l'intérêt de jouer sur les deux tableaux en contrôlant les principales marques de camemberts AOC normands) s'agacent du fait que le Camembert de Normandie ne soit plus une auberge espagnole c'est plutôt bon signe...

Que ces faussaires osent tout pour entrer dans le nouveau périmètre élargi de l'AOC en mettant à l'épreuve le nouveau cahier des charges de l'AOC Camembert de Normandie EN NIANT SON IDENTITE GEOGRAPHIE REGIONALE  c'est... NORMAL: les margoulins sont provocateurs et c'est même pour cela qu'ils se font prendre et démasquer quand leurs provocations vont trop loin car ils savent que plus c'est gros, plus ça passe...

MAIS quand des professionnels Normands du Camembert tombent dans le panneau en acceptant ce pied du faussaire breton dans la porte du camembert normand de peur d'avoir à passer pour chauvins normands si, d'aventure, ils osaient s'opposer à cette nouvelle manifestation d'agressivité bretonne sur le front sensible de l'identité régionale, il y a de quoi s'alerter vivement:

L'Etoile de Normandie demande que cette affaire soit suivie au plus haut niveau du côté du conseil régional de Normandie car il en va de l'intégrité et de l'identité d'une production emblématique de la Normandie.

Imagine-t-on, un instant, les réactions outrées et scandalisées si un industriel normand s'avisait de s'approprier un élément essentiel du patrimoine culinaire gastronomique breton... Pis! Si une institution normande s'avisait de s'approprier un morceau de Bretagne pour faire parler davantage de soi ou pour mettre en valeur... la Normandie! Ce serait un scandale médiatique... chez tous les journalistes bretons!

A la rigueur, si la demande de quelques communes du bassin laitier rennais (le Pays de Fougères) d'entrer dans le nouveau périmètre géographique de l'AOC Camembert de Normandie était acceptée par l'INAO, on pourrait s'amuser de l'annexion normande de territoires bretons à l'ouest du Couesnon pour constituer une marche militaire défensive pour mieux préserver le Mont-Saint-Michel... des Bretons! 

Bayeux_Tapestry_scene19_detail_Castle_Dinan

Le Pays de Fougères et de Dinan, marches de Normandie en Bretagne: c'est déjà arrivé et c'est même ce qui nous est conté au début de la tapisserie de Bayeux...

Si cette ineptie devait arriver, on ne manquera pas d'en faire état sur l'Etoile de Normandie, histoire de nous amuser, pour une fois, avec le chauvinisme ombrageux de nos chers voisins!

Bien évidemment, tout ceci est absurde!

En effet, il n'y a rien à conquérir pour les Normands à l'Ouest du Couesnon puisqu'en matière agro-alimentaire les Bretons n'ont, pour l'instant, rien de qualitativement de très intéressant à nous proposer. D'où leur force.

Puisqu'ils n'ont rien, ils osent tout! Sachant qu'ils n'ont qu'une seule certitude solidement partagée: leur identité régionale au point d'en faire un monopole d'usage sinon une arme contre toute région ou territoire qui, à l'Ouest de Paris, oserait les concurrencer sur le sujet.

Bien évidemment, la Normandie nouvellement réunifiée qui se réveille et retrouve sa fierté est directement visée...

Nous sommes ici régionalistes et notre régionalisme normand n'est pas chauvin: nous déplorons ce nouvel accès d'aggressivité bretonne contre une affirmation régionale voisine car cela dessert totalement l'idée régionale et renforce la critique jacobino-parisienne contre nos provinces qui seraient la marque d'une régression ou le témoin suranné d'un état antérieur de notre civilisation.

Bref! Certains acteurs de la société civile bretonne sont les pires avocats de l'idée régionale.

Nous qui soutenons ici la cause de la réunification de la Bretagne avec le rattachement du département 44 et de Nantes à leur province historique d'origine, nous déplorons les attaques incessantes dont la Normandie fait l'objet: quand ce n'est pas le Mont-Saint-Michel, c'est notre camembert!

Mais nous dénonçons surtout le manque de lucidité, la naïveté de certains Normands face aux provocations bretonnes faute d'avoir clairement conscience du rôle que joue l'identité régionale dans la définition de la spécialité fromagère qu'ils croient défendre en introduisant le loup breton dans la laiterie normande.

Monsieur Patrick Mercier qui fabrique le meilleur camembert normand qui soit à Champsecret ne trouve rien à redire quant au fait que des communes du Pays Gallo breton fassent acte de candidature à l'INAO pour entrer dans le nouveau périmètre géographique de la plus emblématique des AOC normandes... En revanche, on aimerait AUSSI l'entendre soutenir les producteurs laitiers cauchois qui font d'excellents camemberts normands en Seine-Maritime dans leur demande d'entrer, EUX-AUSSI, dans le futur périmètre de l'AOC Camembert de Normandie.

Une fois de plus les Bretons s'incrustent dans nos affaires normandes pour saboter toute manifestation ou affirmation de notre identité régionale...

En affaire, les Bretons sont comme les Chinois. Avec eux, il faut être comme eux: n'avoir aucune vergogne!

Et si on veut garder un tant soit peu son quant-à-soi sinon son honneur, il nous faut courageusement refuser tout contact, tout contrat ou accord avec eux!

Le collectif "Bienvenue en Normandie" qui s'est constitué depuis 2006 pour défendre les intérêts de la Normandie et son image régionale, notamment contre la mauvaise foi bretonne, est bien placé pour le savoir!

Pour finir, gardons cette idée en tête:

Les citoyens consommateurs de plus en plus exigeants sauront choisir et préférer un VRAI CAMEMBERT DE NORMANDIE  à toutes les autres impostures...

Non sans prodiguer un ultime conseil à nos amis Bretons:

Faites donc une AOC Camembert... de Bretagne!


 Lire, ci-après dans l'édition du Parisien Aujourd'hui en France (23 septembre 2019):

IMG_2491

Voir aussi:

https://www.letelegramme.fr/bretagne/fromage-bientot-du-lait-breton-dans-le-camembert-normand-23-09-2019-12390450.php


 Commentaire de Florestan:

Si le principe français des appelations d'origine contrôlées (A.O.C.) et sa version européenne (A.O.P.) a été difficilement mis en oeuvre et toujours combattu ou détourné par l'industrie laitière qui ne voudrait n'en faire qu'à sa guise, c'est qu'il s'agit de protéger des biens culturels communs dans leur intégrité et leur authenticité notamment géographique: ce dernier point est essentiel en ce qui concerne nos fromages. Un vrai Cheddar de la vallée du Cheddar dans le Sommerset est absolument... divin! Et c'est devenu une provocation que de le dire tant l'image du "Cheddar" a été dévoyée par l'industrie laitière qui en a fait n'importe quoi. Le camembert ne doit pas devenir le Cheddar français et il tout aussi scandaleux de voir du Brie élaboré bien loin de Meaux.

La Bretagne c'est le beurre. Mais pour certains industriels bretons, le beurre c'est surtout l'argent du beurre et le cul de la crémière... normande!

Pourquoi n'y a-t-il pas d'AOC laitières en Bretagne?

front_fr

... Ils font ce qu'ils peuvent!

Le Camembert AOC de Normandie n'a pas besoin de l'aide de la Bretagne pour être estampillé "produit... phare"!