Ce 24 septembre 2019, dans les pages de l'édition caennaise de Ouest-France, Hervé Morin, le président centriste de la Normandie donnait à la presse régionale son grand entretien de rentrée.

A la lecture des éléments publiés par Ouest-France de cet entretien, on retiendra:

1) Hervé Morin est, quoiqu'on pense de lui, le chef politique de la Normandie (chef se disant, autrefois... "duc"): la "région", la collectivité qu'il dirige est devenue, de fait, le premier partenaire public de finances et de projets de toutes les autres collectivités territoriales normandes, à commencer par la métropole de Rouen et les autres grandes agglomérations, intercommunalités et communes. Loin devant l'Etat ou les départements. En conséquence, il doit avoir la vision et l'ambition prospective territoriale pour l'ensemble de l'espace normand, chose qui n'est pas dans la culture des "grands" élus normands trop habitués au confort douillet du localisme à l'ombre d'un Etat central tout puissant qui a géré, dans un sous-financement chronique, une Normandie coupée en deux. Depuis trois ans et la réunification, que de changements! Nous étions dans une stagnation quasi coloniale... Il était temps que la Normandie se réveillât: Hervé Morin a su incarner politiquement et humainement ce réveil normand.

2) Comme Hervé Morin est, sans contestation possible, le patron en Normandie, il a se doit donc d'avoir une vision panoptique de la Normandie politique: d'où le titre de Ouest-France: "Hervé Morin garde un oeil sur les municipales."

3) Manifestement, le lien entre Hervé Morin et la Normandie se doit d'être évident: il faut, d'ores et déjà, penser aux élections régionales de 2021 pour confirmer et achever l'immense chantier de reconstruction de la Normandie entamé depuis le 1er janvier 2016. D'où l'idée, excellente, de raconter ce lien d'enracinement entre l'élu et son territoire dans un livre au titre bien choisi: "Je viens d'ici"...  C'est donc une "Normandie sensible" version Hervé Morin, à paraître le 8 novembre prochain: on ne manquera pas de faire la recension de ce livre qui s'annonce passionnant sur l'Etoile de Normandie car il s'agit de démontrer ce qui est pourtant évident pour nous mais qui ne l'est toujours pas chez ceux qui refusent, on ne sait trop pourquoi, l'évidence normande:

La Normandie n'est pas qu'un périmètre administratif, un contenant ou un robinet institutionnel à subventions, c'est un espace vécu ayant pour patrimoine une géo-histoire millénaire, c'est une personnalité collective sinon morale avec ses valeurs, c'est une région-province, c'est-à-dire, une vraie région, celle du coeur et de la raison.

4) Hervé Morin a déjà un bilan. Il est bon. Car c'est un bilan normand. Bien entendu, il y a des points forts (par ex: le réveil industriel et entrepreneurial normand, le retour de la fierté normande, le rayonnement mondial de la Normandie autour de l'idée de Paix) mais aussi des points faibles dont il est fait état dans cet entretien. Ainsi: le manque d'attractivité des universités normandes qui perdent encore trop d'étudiants au profit des facultés bretonnes et parisiennes...


 A lire ci-après:

morin1

 

morin2

 

morin3

 

morin4

 


 

 Commentaires de Florestan:

Fêno c'est bien au printemps... Mais la fête des Normands c'est maintenant: le 29 septembre, à la Saint Michel!

Sur l'université normande qui peine ) attirer et à fidéliser ses étudiants, Dominique Gambier (le maire PS de Déville-les-Rouen, ancien vice-président de M. Le Vern de la ci-devant région de Haute-Normandie) dresse le même constat qu'Hervé Morin dans les pages de Ouest-France:

Quel classement des villes pour les étudiants en 2019 ? Rouen 19ème sur 44 !

 

 Rouen avec 44500 étudiants, est en 19eme position au classement général, et dernière des métropoles étudiantes (sur 15), alors que Caen est juste devant en 18eme position au classement général, et 4eme des grandes villes (sur 11) avec 33870 étudiants ; Le Havre est en 39eme position et 13éme des villes moyennes (sur 18). A noter que Rouen est 16eme pour l’attractivité,27eme pour la formation, 31eme pour le cadre de vie 19eme pour la vie étudiante et 16eme pour l’emploi

 

http://dominiquegambier.fr/2019/09/quel-classement-des-villes-pour-les-etudiants-en-2019-rouen-19eme-sur-44/