Et les Normands seront contraints à la portion congrue alors que le Mont- Saint-Michel, situé géographiquement et historiquement en Normandie, est le fleuron de leur patrimoine régional...

En effet, l'abbaye restera la propriété du Centre des Monuments Nationaux (Etat) qui devra, néanmoins, verser son obole au futur EPIC.

Le tour de table des collectivtés territoriales concernées n'est pas modifié: les départements de la Manche et d'Ille-et-Vilaine, la communauté d'agglomération d'Avranches Pays-du-Mont-St-Michel (Avranchin), les régions de Bretagne et de Normandie: bref! l'auberge espagnole (plutôt bretonne en fait...) reste ouverte...

La question est de savoir si les collectivités territoriales normandes, à commencer par la région Normandie, auront voix prépondérante à un chapitre général qui s'annonce animé car la volonté de Christophe Beaux le préfigurateur d'un EPIC annoncé pour le 1er janvier 2020 est que tous les acteurs intéressés par le maintien  de la poule aux oeufs d'or montoise (à moins qu'il ne s'agisse de l'inverse) aient réellement voix au chapitre.

Car l'un des enjeux majeurs du futur EPIC est de proposer, enfin, un contenu à un contenant admirable pour faire du Mont-Saint-Michel une destination à part entière et non plus seulement un produit d'appel pour balader des touristes mal informés dans une région voisine: c'est sur la définition d'un projet touristique, historique, scientifique et patrimonial pour mieux accueillir les touristes et les pélerins que les Normands? qui aiment authentiquement le Mont-Saint-Michel? vont devoir se battre, bec et ongle, contre les autres... Tous les autres qui n'en ont qu'une conception commerciale.

Bref! Si les Normands n'y prennent garde, les crapauds (bretons) risquent de pulluler dans le reliquaire...

Relire une archive de l'Etoile de Normandie:

http://normandie.canalblog.com/archives/2018/06/12/36480529.html

120408335


 Lire cet article paru dans l'édition caennaise de Ouest-France (30 septembre 2019):

epic