A l'heure des réseaux sociaux qui amplifient tout et qui donnent des ailes d'avion supersonique à la connerie humaine, une seconde catastrophe est en train d'advenir, près d'un mois après la catastrophe industrielle et chimique de Lubrizol à Rouen: l'image de la Normandie est, désormais, dégradée au coeur même de ce qui fait l'identité de notre région. En effet, une suspicion sur les produits alimentaires normands, des produits essentiels, est en train de se développer dans l'esprit des consommateurs...

box-fromages-normands_m

L'un de nos fidèles lecteurs témoigne. Cela se passe dans une Biocoop de l'Anjou:

Suite à l'accident de Lubrizol, juste un mot pour confirmer nos craintes sur les dégâts très très importants pour l'image de notre région que cet accident a engendrés. Je parle de la région entière et pas uniquement du secteur de Rouen/Seine Maritime. Ce jour je me rendais à la boutique Biocoop près de chez moi et j’entends la responsable du rayon poissons/fromages/crémerie dire à des clients "je ne prends pas de produits venant de  Normandie avec ce qu'il y a eu à Rouen" . Cela concernait la coquille St Jacques.
Comme je la connais et je sais qu'elle n'a pas d’apriori sur notre région, je me permets d'apporter mon avis contradictoire et de lui expliquer que la coquille est pêchée en baie de Seine et n'est donc  pas impactée par cet incendie. Sur ce, elle me dit que son mareyeur, une boîte nantaise, n'a pas été capable de fournir la provenance exacte de ces St Jacques.
Elle l'avait interrogé suite à de nombreuse interrogations de clients qui lui ont manifesté leurs inquiétudes concernant TOUS les produits alimentaires normands (poissons, fromages). c'est pour cela qu'elle a jugé bon ne pas faire venir ces St Jacques.
Il est clair qu'elle et ses clients ont une image très floue des origines géographiques des produits normands (et de la Normandie tout court !!!). Une confirmation donc, du terrain, que les dégâts sont terribles pour notre image.

Amitiés normandes


 Commentaire de Florestan:

Ce témoignage de Barreau est édifiant et le courageux éditorial de Périco Légasse paru dans Paris-Normandie pour la fête du Ventre à Rouen qui fut, malgré tout, un succès, ne suffira pas. Il va donc falloir organiser une véritable opération de reconquête de l'image de notre région, une opération inédite de séduction quitte à forcer la nature de Normands réputés discrets et rétifs à parler d'eux contrairement à d'autres qui ne s'en privent pas!