Avant de faire un saut sur les pontons du Havre avant le départ de la Transat Jacques Vabre et de s'envoler pour la Guadeloupe, Edouard Philippe était à Rouen ce vendredi 25 octobre au matin dans la cour de la Préfecture régionale de Normandie...

Problèmes:

L'heure des indemnisations a sonné mais on ne sait pas encore combien...

S'il y avait un arrêté de catastrophe industrielle ce serait peut-être plus rapide et plus simple.

Macron est aux abonnés absents et Edouard Philippe n'avait que peu de temps à accorder à sa "ville natale": entre une excursion au bord de la Scarpe dans le Nord pour annoncer l'arrivée du Canal Seine Nord qui engloutira le port céréalier de Rouen et une virée sur les ponts havrais de la transat Jacques Vabre...

Reportage complet, proposé par Paris-Normandie:

https://www.paris-normandie.fr/actualites/societe/catastrophe-de-lubrizol-un-mois-apres-l-heure-des-indemnisations-MM15809885?utm_source=newsletter_mediego&mediego_euid=7b65029da2&mediego_ruuid=c27f8e47-58b0-4cca-aa72-48e6ef583e3e_1&mediego_campaign=20191026_news_actu&utm_content=20191026&utm_campaign=newsactu&utm_medium=email

Catastrophe de Lubrizol : un mois après, l’heure des indemnisations

Le Premier ministre, Édouard Philippe, a assisté vendredi 25 octobre 2019 à Rouen à la signature de deux conventions d’indemnisation entre Lubrizol et les victimes de l’incendie du 26 septembre : les agriculteurs, ainsi que les commerçants, les entreprises et les collectivités.

bm-edouard-philippe-85_26080486_20191025190930

Il y a un mois, jour pour jour, le 26 septembre 2019, la région se réveillait avec une vision quasi apocalyptique : une usine en feu et un immense panache noir qui allait survoler plus de 110 communes pour le seul département de la Seine-Maritime avant de se diriger vers les Hauts-de-France. Depuis 2 h 40 cette nuit-là, Lubrizol est en flammes. La plus grande catastrophe industrielle dans le pays depuis AZF, en septembre 2001. La France est sous le choc.

« Nous serons extrêmement vigilants »

Tour à tour, face à l’ampleur de l’événement, les ministres se succèdent à Rouen. Édouard Philippe effectue le déplacement le lundi suivant tandis que des voix s’élèvent pour réclamer aussi la présence du chef de l’État. « J’irai bien sûr à Rouen », assure Emmanuel Macron le 4 octobre à l’occasion d’un déplacement en Auvergne. Il rompt ainsi un silence de plusieurs jours. Mais pour l’heure, aucune visite du chef de l’État n’est encore à l’ordre du jour.

Accompagné de la ministre de la Transition écologique, Élisabeth Borne, le Premier ministre, lui, a effectué vendredi un deuxième déplacement dans sa ville natale. S’il s’était rendu sur les lieux du sinistre le lundi 30 septembre, Edouard Philippe était vendredi matin en préfecture pour assister à la signature de deux conventions d’indemnisation entre Lubrizol et les agriculteurs d’une part, les commerçants, les entreprises et les collectivités locales d’autre part.

À combien se monte ce fonds d’indemnisation ? Aucun chiffre n’est donné.

Ni pas Lubrizol ni par le gouvernement. « Lubrizol s’est engagé vis-à-vis des agriculteurs, c’est le premier protocole, vis-à-vis des commerçants et des entreprises, c’est le deuxième protocole, à indemniser au fur et à mesure que le préjudice établi pourrait être démontré et même invoqué par l’ensemble des acteurs », explique Édouard Philippe, au terme d’une rencontre d’une heure et demie avec les acteurs économiques de la région. « Cela veut dire, ajoute-t-il, qu’en la matière, nous avons une réponse rapide à donner à ceux qui sont les premiers concernés en matière de production et qui ont subi le préjudice. »

Pas question en tout cas pour le Premier ministre de laisser flotter les rubans dans les prochaines semaines ! « Nous serons extrêmement vigilants à ce que l’indemnisation soit complète, à ce qu’elle soit rapide, à ce qu’elle soit à la hauteur des attentes légitimes des acteurs », martèle-t-il, tout en rappelant que Lubrizol, site industriel Seveso seuil haut, est « responsable de l’ensemble des dommages causés par les choses qui interviennent à l’intérieur de son site. » « Lubrizol s’est engagé sur le fait que ceux qui ont subi un dommage seront indemnisés. Et donc, toutes les personnes qui auront subi un dommage pourront émarger à ce fonds d’indemnisation », ajoute le Premier ministre.