Evidemment, on ne pouvait que s'en douter!

La dernière édition de la Lettre Eco Normandie (n°1640 datée du 31 octobre 2019) nous donne l'alerte:

clochemerleharopa

A t-on déjà vu un seul port maritime dans le Monde qui soit géré et piloté depuis son hinterland? Au delà de cette nouvelle provocation venant d'une grenouile bretonne qui fait son petit chef en coassant depuis une voie d'eau de la région parisienne, on doit se poser la question suivante:

La fusion portuaire des ports de l'Axe Seine (les deux grands ports maritimes normands et le port fluvial de Paris qui sont déjà intégrés dans l'actuel GIE "Haropa") sera-t-elle suffisante pour accuser le coup de l'ouverture du futur canal Seine-Nord-Europe?

Poser la question c'est y répondre et ici on ne partagera pas, bien évidemment, la belle assurance d'un certain Edouard Philippe qui a bien louvoyé sur cette question pourtant essentielle pour l'avenir du grand port maritime du Havre (mais aussi pour le GPM de Rouen qui pourrait voir son trafic de céréales capté par le GPM de Dunkerque qui sera branché indirectement sur le futur canal...):

Non, la fusion portuaire de l'Axe Seine ne sera pas suffisante car un projet de Mécano sur la taille du contenant ne remplace pas l'absence d'un projet pour définir un contenu, à savoir: un projet commercial efficace pour valoriser, proposer et défendre aux clients mondiaux la destination logistique de la vallée de la Seine normande.

L'enjeu immédiat sera donc d'obtenir, d'arracher, s'il le faut, avec les dents, la mise à niveau, la modernisation de l'équipement logistique de la Basse-Seine normande qui date, grosso modo, des années 1950/1970: toutes les écluses sont à refaire, les bases logistiques manquent ainsi que les plateformes multi-modales. La darse de Port 2000 au Havre reste mal reliée au fleuve. Les routes sont encombrées de camions, le réseau ferré reste inadapté, incomplet quand il n'est pas défaillant. L'hinterland manque de profondeur ou reste enclavé en deça de la région parisienne. Enfin, les élites de haut-fonctionnaires ingénieurs nommés par l'Etat à la tête des grands ports maritimes n'ont que rarement la culture du commerce maritime.

Ce sont des éléments structurels et culturels qui condamnent les GPM normands à une certaine stagnation (Le Havre: moins de 3 millions d'EVP par an) sinon à un certain paradoxe consistant à faire passer près de 50% du trafic des marchandises à destination de la région parisienne, non pas par la grande voie d'eau navigable privilégiée par la géographie et l'histoire mais par un détour, fort inutile, par le Nord, de Hambourg à Dunkerque en passant par Rotterdam et Anvers.

En raison du sous-développement logistique de l'hinterland entre Le Havre et Paris, en dépit de capacités portuaires exceptionnelles par leur qualité, les géants qui accostent au Havre n'y restent guère et n'y déchargent que 10 à 20% de leur cargaison totale... Le reste va se faire dépoter à Anvers, Rotterdam ou Hambourg pour nous revenir en région parisienne par la voie routière ou ferrée!

Déshabiller entièrement dans le port du Havre un porte-boîtes de 21000 EVP est donc impossible, non pas en raison des équipements portuaires mais parce que le réseau routier normand et de la banlieue parisienne est en permanence menacé par la thrombose: on nous promet un report modal vers le rail avec la mise en route du Serqueux-Gisors. Sur le papier et dans les discours ça fait bien d'en parler car ça évite de dire la réalité: SNCF Fret n'assure même pas 5% du trafic généré par le GPM du Havre et la question de savoir où faire aboutir exactement dans la région parisienne cette ligne de fret ferroviaire présentée comme essentielle à la croissance du grand port maritime normand reste toujours en suspens...

Un certain nombre d'acteurs du monde portuaire normand commencent à perdre patience face à l'édredon de communication politique fait de procrastination permanente depuis 2010 dès qu'il s'agit de l'Axe Seine, un projet soi-disant d'intérêt national qui n'intéresse personne sauf les intéressés: précisons que les pouvoirs parisiens s'en foutent... royalement.

afdc0g

La logistique et commerce maritime international vus depuis... Paris

Paris a beau être la première région urbaine du continent européen, cette mégalopole obnubilée par ses propres complexités, se contrefiche de savoir par où ou comment lui arrivent les marchandises qui lui parviennent. Un ancien préfet de la Saône-et-Loire fait illusion sur le sujet depuis l'automne 2012 et le portage politique du dossier par un ancien député-maire devenu le Premier ministre s'avère plus décevant.

Nous sommes dans un moment churchillien: le réel nous botte les fesses et oblige certains à sortir de leur sommeil. Coup sur coup, la catastrophe industriel Lubrizol à Rouen et l'annonce d'un tour de table financier en passe d'être bouclé pour le Canal Seine Nord, ont réveillé certaines consciences normandes qui estiment que des difficultés sont aussi et surtout des opportunités.

Un lobby normand, enfin, est en cours de constitution: l'association Seine Solutions créée autrefois par Marc Ligot pour équiper le foncier portuaire normand des infrastructures logistiques et d'entreposage qui nous manquent vient d'être réactivée avec pour but d'être une force de proposition, de réflexion (laboratoire d'idées) et d'action financièrement autonome pour agir dès maintenant, sans tarder, quitte à mettre les autorités politiques et administratives devant le fait accompli: il s'agira de travailler les projets et les enjeux de façon concrète mais aussi de faire connaître au public régional normand mais aussi aux jeunes en formation le magnifique potentiel des grands ports maritimes normands. Il faudra donc travailler de façon pragmatique et décloisonnée en essayant de mettre dans la boucle un maximum d'acteurs de la société civile normande et créer une identité portuaire normande qui soit l'expression d'une fierté comparable à ce que l'on peut observer en raison d'une tradition séculaire dans les grandes villes portuaires du Nord de l'Europe...

En effet, dans ces ports gérés localement (tradition communale de la Hanse oblige) on trouve branché directement aux darses, un véritable noeud d'entrepôts dédiés à la logistique: un "gateway" où un traitement qualitatif des marchandises permet de remonter la chaîne de valeur et de créer richesses et emplois dans l'amont immédiat du port importateur ou exportateur: une vision active de la marchandise en transit à l'opposé de ce qui existe actuellement dans les GPM français!

Panhard-2018

Grâce à Seine Solutions, le groupe Panhard achève la construction d'un entrepôt de 49000m² situé rive droite de l'estuaire, au pied du Pont de Normandie.

https://www.normandinamik.cci.fr/le-havre-le-groupe-panhard-realise-un-batiment-de-pres-de-49-000-m%C2%B2-dont-24-450-m%C2%B2-pour-le-compte-de-mediaco-vrac/

A terme, les toits de tous entrepôts du port du Havre pourront être recouverts de panneaux photovoltaïques pour produire de l'électricité et avoir un parc logistique à énergie positive. Un projet qui intéresse vivement Michel Segain, le président de l'union maritime des entreprises portuaires du Havre (et par ailleurs, président des UMEP de France et d'outremer)...

Seine Solutions se donne donc cette ambition de réussir cette émergence d'une fierté portuaire normande par la mise en oeuvre de projets concrets sur la réserve foncière disponible des GPM normands (un total de 2 millions d'hectares est mobilisable sans nuire à l'environnement). Voilà qui serait parfaitement complémentaire du retour à l'unité régionale de la Normandie puisque la vallée de la Seine constitue le coeur battant de notre région: nous avons dix ans pour réussir puisque le canal Seine-Nord-Europe doit être ouvert à la navigation d'ici... 2028.

N'ayons plus de scrupules à défendre ce que nous sommes: on n'est jamais aussi bien servi que par soi-même et la lecture de ce qui suit devrait vous en convaincre définitivement!

Les élus Nordistes n'apprécient pas trop les élus Normands, notamment, ceux du Havre... On se demande bien pourquoi!

https://claudenicolet.fr/prises-de-positions/1035-mais-pourquoi-madame-agn%C3%A8s-firmin-le-bodo,-d%C3%A9put%C3%A9e-du-havre-veut-la-peau-de-dunkerque.html