Ici nous préférons de loin les blasons et l'héraldique aux logos et s'il faut absolument un logo, préférons un logo qui soit la modernisation graphique d'un blason ou d'une héraldique patinée par l'histoire qui parle à tout le monde sans aucune ambiguité...

Car des logos mal conçus sinon abscons, faute de culture historique suffisante chez les histrions de la communication, peuvent avoir des effets redoutables...

Un exemple fameux...

2955705751_1_3_j7RWvf5w

Sans commentaires!

Si l'on prend des exemples normands:

A Caen, nous avons le cas typique d'un logo qui signifie officiellement autre chose que ce qu'en pensent les Caennais: les trois flèches rouges pointées vers les haut symbolisent le dynamisme vers l'avenir des activités et réalités caennaises alors qu'elles donnent à croire qu'il s'agit de styliser les clochers de la ville, à commencer par ceux de l'abbaye-aux-hommes... Le clochemerle n'est pas loin!

Du code couleur héraldique normand (le rouge et l'or) on n'a gardé que le rouge: le logo perd ainsi en puissance et oublie d'identifier l'élément fondateur de la ville, à savoir, son château fondé par Guillaume Le Conquérant que l'actuelle majorité municipale s'évertue à remettre à l'honneur. Le blason historique de la ville figure une tour d'or maçonnée de sable posée sur champ de gueules (fond rouge). Contrairement à Caen, Le logo du Havre a gardé la salamandre de François 1er et celui Rouen n'a pas envoyé son agneau pascal à l'abattoir...

logo-ville-de-caen

Mais il y eut pire...

 

Région_Basse-Normandie_(logo)

 

Un demi-drakkar normand faisant naufrage en route vers la Bretagne...

 

logo_region_web

Un demi-léopard normand se noyant dans la Seine en tentant d'y patauger vers Paris en luttant contre le courant...

Fort heureusement, après des années d'errement symbolique, la réunification de la Normandie a remis quelques évidences bien en place:

logo_r

En janvier 2016 l'équipe de communication du tout nouveau conseil régional de Normandie consulta historiens et experts de la question régionale (nous en fûmes...) pour baliser précisément le sujet de créer un nouveau logo remplaçant un logo provisoire créé à la hâte en 2015 par les deux exécutifs régionaux normands divisés et finissants figurant déjà nos deux léopards longtemps proscrits notamment du côté de la "caserne Levern" à Rouen...

L'affaire fut rondement menée et au moindre coût puisque tous se sont accordés sur l'évidence, du président de région Hervé Morin aux professionnels chargés de dessiner le nouveau logo: ce sera nos deux cats dans le code couleur et la posture la plus proche de l'héraldique provinciale et régionale la plus ancienne de France puisque nos léopards angevins avant devenir normands commençèrent à passer et à garder dès la première moitié du XIIe siècle.

Bien évidemment, nous trouvons ce logo très réussi car il s'inspire directement du blason et du drapeau historique de la Normandie tout en y ajoutant une dimension symbolique supplémentaire: le logo a la forme d'une voile gonflée par le vent figurant un drakkar Viking filant de l'Est vers l'Ouest puisque le vent semble venir du coin gauche en haut... S'agit-il du vent du Nord venu de la Scandinavie?

Quant à nos léopards (que l'on devrait aussi appeler lions s'ils regardaient seulement de profil) qui ne sont pas que des "bâtards de lion" (Henri II Plantagenêt avait-il voulu faire une provocation symbolique en choisissant des léopards face à la soi-disant pureté des lys de France au moment de son excommunication par l'Eglise après l'affaire Thomas Beckett?) ils sont dit "passant et gardant" montrant ainsi une activité maximale, queues en mouvement, gueules ouvertes, griffes et... sexe (mais oui!) visibles: ce sont des matous prêts à bondir!

Mais pour bondir de quel côté?

Vers la gauche pardi!  Car s'ils devaient bondir vers la droite on pourrait les attacher à la hampe du drapeau avec leurs queues...

Bien entendu, certains pourraient y avoir une allusion subliminale à la politique!


Retour à Caen, où décidément, on demeure fâché avec les évidences de la symbolique normande:

La dernière édition disponible de La Manche Libre (datée du 14 novembre 2019) faisait état d'une polémique assez vaine au sujet d'une initiative contemporaine "revisitant" nos léopards normands à l'initiative de la ville de Caen... Si cette proposition avait été plus intelligente et mieux comprise par certains nous n'en serions pas là.

https://www.lamanchelibre.fr/actualite-797901-la-belle-histoire-promenade-insolite-a-caen-le-casse-tete

797901

Ce nouveau mobilier urbain posé dans les jardins de l'hôtel-de-ville (ancienne abbaye aux Hommes) est un "totem à selfies" (sic!): son but est d'attirer les touristes et les "instagrameurs" comme le miel les guêpes afin que ces derniers postent un maximum du photos sur les réseaux sociaux numériques du "spot" ainsi sélectionné par les services de la com de la ville de Caen.

Sauf que l'article de La Manche Libre nous apprend que cela n'est pas du goût de tout le monde notamment parce que les léopards stylisés du totem ne respectent ni le code couleur identitaire normand (rouge et or) et marchent vers la droite... Joël Bruneau, le maire de droite (LR) de Caen assume en affirmant que ces léopards ne sont pas tournés vers le passé mais l'avenir. La campagne des municipales s'approche... Les touristes ne trouvent, paraît-il, rien à y redire pour la bonne raison qu'ils ne savent pas distinguer un léopard d'un lion mais les Normands du cru ont multiplié sur les réseaux sociaux commentaires et remarques peu amènes sur ces léopards trop revisités à leur goût. Et de convoquer, une fois de plus, l'avis des Bretons experts professionnels en identité régionale quant à la meilleure façon de présenter l'emblème de sa région.

Bref! Peut largement mieux faire et le plus efficace c'est souvent ce qu'il y a de plus simple et de plus évident. En revanche, la devise (on ne dira pas slogan par pitié!) est bien trouvée: "La Liberté s'est gagnée ici"... en Normandie.

Dans la même édition de la Manche Libre on trouvera aussi ce billet d'humeur:

IMG_2600

IMG_0529-1024x768

Eh oui! il n'y a pas seulement que la Sicile et l'Italie du Sud: nos chevaliers normands sont allés encore plus loin en Orient. L'île de Rhodes et la "terre sainte"