Nous venons de l'apprendre...

https://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/pres-de-caen-la-veuve-de-leopold-sedar-senghor-est-decedee-6614189

Verson. La veuve de Léopold Sédar Senghor est décédée

MjAxOTExNjJjNmRkMGRmYjczOTAyOGFiMjU3OTJiY2MxYzkwNTA

Colette Hubert aurait eu 94 ans dans deux jours. Elle est décédée dans la demeure familiale de Verson, près de Caen (Calvados). Elle avait épousé, en 1957, celui qui allait devenir président du Sénégal.

C’est avec une immense tristesse que la Ville de Verson apprend, ce 18 novembre 2019, le décès de Colette Senghor dans sa demeure familiale.  Ce lundi 18 novembre 2019, la Ville de Verson rend hommage à une de ses plus illustres habitantes : Colette Hubert. Née le 20 novembre 1925 à Mouzay (Meuse), elle épouse, le 18 octobre 1957, Léopold Sédar Senghor, alors député.

Colette Hubert deviendra première dame du Sénégal. Muse, tendre compagne, elle a toujours veillé et épaulé son mari dans sa vie politique et a été la source de son inspiration dans sa vie artistique. Léopold Sédar Senghor lui a consacré le recueil de poèmes Lettres d’hivernage.

 C’est également elle qui lia à jamais le poète président à la Normandie, et plus spécifiquement à Verson, où le couple prit l’habitude de venir en villégiature dans la maison familiale de Mme Senghor, au 150, rue du Général-Leclerc, puis d’y résider à partir des années 1980  , indique Michel Marie, le maire de la commune.

Colette Senghor a toujours veillé sur la mémoire de son mari. Elle a fait en sorte qu’une partie de ses archives soit conservée, notamment, au sein de la salle Djilor dans l’espace Senghor, à Verson.


 Commentaire de Florestan:

Colette Hubert fut la normande qui fit connaître notre région à ce grand esprit africain qui s'était épris d'elle: constatant la qualité de l'étoffe dont est faite la matière normande, ce grand esprit venu du Sénégal s'y trouva à ce point à l'aise qu'il en devint notre plus grand poète et notre plus grand philosophe normand en écrivant, grâce à Colette, les plus beaux  textes et les plus profondes réflexions qui furent jamais écrites sur la Normandie et les Normands au point de proposer une théorie normande d'être au monde.

Le conseil régional de Normandie, très conscient de la valeur inestimable de ce patrimoine immatériel fruit de l'heureux mariage entre la Normandie et le Sénégal, entre la France et l'Afrique, entre la Normandité et l'Africanité, voix qui a chanté une voie normande pour accéder à l'universel, a pris en charge la conservation et la valorisation du fonds Senghor qui sera conservé et étudié à l'Institut de la Mémoire de l'Edition Contemporaine à l'abbaye d'Ardenne (IMEC), située non loin de la maison du poète à Verson, maison qui sera prochainement aménagée pour en faire l'une des plus belles maisons d'écrivains de notre région...

3422688-4923711


 

Lire aussi la réaction du député Alain Tourret:

Elle avait enraciné le chantre de la Négritude à Verson, en Normandie

 

J’ai appris avec tristesse, le décès, lundi soir à Verson, de Madame Colette Senghor, née Hubert de Betteville, veuve du premier président de la République du Sénégal, poète, ancien député et ministre de notre IVe république, premier Africain devenu académicien français.

Colette Hubert de Betteville avait épousé Léopold Sédar Senghor en 1957 et, dès 1959, le couple avait pris l’habitude de séjourner dans la propriété familiale de Verson que le poète appelait «ma retraite normande ». Une retraite qui devint résidence principale au début des années 80.

Léopold Sédar Senghor aimait Colette et Colette avait fait aimer la Normandie au poète africain, au défenseur de la francophonie, au chantre de la négritude, l’enracinant dans cette terre de la plaine de Caen. Comme il l’a dit, c’est ici qu’il vivait pleinement sa normandité.

Député de la circonscription, j’avais été le premier représentant de la République à me rendre auprès de Madame Senghor lorsque son illustre époux a rendu son dernier soupir, le 20 décembre 2001, dans cette même propriété de Verson.

Les Senghor ont toujours aimé Verson et les Versonnais le leur rendent bien. La bibliothèque et centre culturel inauguré par Léopold Sédar Senghor en 1995 porte son nom. La jolie demeure familiale de Colette est appelée à devenir une « Maison Senghor ».  Etat, Région basse Normandie, Département du Calvados, agglomération de Caen la Mer, IMEC et Fabrique du Patrimoine ont en effet signé en 2005 une convention dont l’objet est la mise en valeur dans ce lieu des archives privées, documents, objets divers légués par Colette Senghor à la commune de Verson.

Discrète et généreuse, l’ancienne première dame du Sénégal n’était pas seulement l’épouse du président Senghor, elle était sa muse, comme l’a joliment rappelé Michel Marie, maire de Verson.

Alain TOURRET

Député